Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 26/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Mer 7 Nov - 19:15
Natalia avait décidé de laisser sa petite famille pour partir en Mer au côté d'Aëlia et son frère sur l'Envolée. Elle en avait eu marre de tourner en rond dans sa jolie petite vie u'elle aimait certe mais qui l'ennuyait parfois. Etant donné que l'an passé quand elle avait fait celà dans une soirée mondaine celà c'était affreusement mal passé alors elle avait décidé de s'entourer de personne de confiance.

Elle les avait rejoint pour la fête de la Paix et maintenant elle était de plus en plus à l'aise avec tout ce qu'il se passait à bord . Elle adorait faire le moineau et aider à la manipulation des voile. Elle aimait un peu moins aider à peler les patates et à passer la serpillière. Elle portait la tenue du parfait petit mousse : Marinière en laine, serre taille en cuir pantalon de pirate et bottes de pirate. Parfois ses cheveux étaient tressés d'autre fois ils étaient lachés ils ondulaient vachement avec l'air marin celà faisait de jolie anglaise das le dos de Natalia quand elle les lâchait comme ce jour là elle mettait un bandeau vert émeraude sur crane pour empêcher que sa tignasse lui vienne dans le visage.

C'était le matin le soleil était levé depuis une heure et elle avait déjà fait sa part de nettoyage de pont et elle était grimpée en haut du mat pour profiter au mieux du vent matinal. Ils n'avaient pas croisé grand monde en mer alors elle regardait l'horizon pour y voir une terre ou un navire ou quelque chose. Elle voulait vivre une aventure une vraie bon pas trop dangereuse non plus, elle ne voulait pas que sa fille soit orpheline non plus.

En regardant l'horizon elle était tout de même attentive à ce qu'il se passait en bas. Elle ne voulait pas manquer à l'appel ou qu'on confit une tâche intéressante qu'elle pouvait faire à quelqu'un d'autre. Elle attendait les ordres des Merirosvo.

_________________
Esprit troublé 
Vérité ou tissu de mensonges 
Je ne discerne plus vraiment qui je suis 
ni même qui j'étais 
encore moins qui je serai 
rien de mon passé de mon présent ou de mon futur n'est certain
mis à part l'amour que je leur porte
Noïa et Angel.  
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 29
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Mer 28 Nov - 15:38
Aëlia avait été quelque peu surprise, lors de la Fête de la Paix, peu après que son précédent passager clandestin, la fille de sable, soit descendue du navire, de voir arriver Natalia, qui la cherchait manifestement. La jeune femme qui avait fit vouloir un peu de péripéties dans son quotidien qui semblait lui paraître bien morne, ce qui avait beaucoup amusé la pirate. Natalia avait 26 ans, et elle 29. Si on regardait leurs vies, celle de Natalia ressemblait bien plus à une vie d’adulte que la sienne.
Son amie, avec trois ans de moins, avait été ballotée de tuiles en tuiles, avant de rencontrer sa meilleur amie, avec qui les choses s'étaient mal finies, et son grand amour, qui était mort, en la laissant avec un bébé, ainsi que son ancien amour, avec qui les choses avaient tourné au vinaigre. Suite à ces péripéties, Natalia avait laissé sa fille à Odéline et, elle le savait, avait vécu des heures noires la menant à l’asile où Aëlia l’avait retrouvée. Depuis, elle travaillait et vivait chez les Belgan, remplissant son rôle de maman.
En parallèle Aëlia avait été enlevée à ses parents par son frère et avait toujours vogué. Elle avait toujours vécu mille aventures, amis sans jamais prendre le temps de se poser, ou de construire quelque chose en dehors de l’Envolée. Elle avait abordé, volé, pillé, tué, ri, bu, et aimé aussi. Son frère, évidemment, mais aussi Garmyr. Il avait été le seul avec qui elle avait envisagé de peut-être descendre de l’Envolée. Cela avait duré presque trois ans, et avait été riche en rebondissement, mais jamais aucun qui leur permette d’avoir une relation d’adultes. Et depuis, elle avait connu les bras et les draps de bien d’autres hommes, mais n’avait jamais ressenti le besoin de s’engager. Elle ne s’imaginait pas comme Natalia, dans une maison et avec un enfant. Et pourtant, c’était elle qui approchait de la trentaine à grands pas.
Ainsi, lorsque son amie était venue la voir pour lui demander de l’embarquer dans une aventure, elle avait très bien compris: elle n'aurait jamais supporté la vie de son amie, et lui apporter une bulle ne pouvait pas lui faire de mal. Les deux femmes s’étaient arrangées: Natalia partirait avec eux trois jours après la Fête de la Paix, et serait de retour à Minos une semaine avant la Prodigalité, afin de pouvoir passer cette fête si importante avec sa fille adorée.
Alban, lui, fut plus dur à convaincre. Jusque là, ils avaient eu des clandestins, souvent, et Garmyr régulièrement. Tout ceci ne lui facilitait pas la tâche en tant que capitaine. Natalia n’était pas marin, encore moins pirate, et encore moins partie de son équipage. Il était assez réticent à l’idée de l’embarquer dans cette nouvelle quête au trésor. Il savait les dangers de la mer, la violence des batailles entre navires, la voracité des monstres marins. Il savait les désirs sexuels des pirates, et s’il était sûr de pouvoir protéger sa soeur, accompagné de l’équipage, il ne pouvait pas en dire autant de Natalia. Il ne voulait avoir ni viol ni mort sur la conscience. A vrai dire, ce qui le taraudait le plus était cette idée simple: et si ensuite, cette fille les trahissait et révélait leurs caches, leurs ressources, leurs trajets, et les faisait tous arrêter ? Après tout, lui ne la connaissait pas, et elle ne se devait d’obéir à aucun de leurs codes, puisqu’elle ne faisait pas partie de leur communauté.
Sa soeur le tanna pourtant tellement, qu’il finit par céder, ayant négocié que si trésor il y avait, Natalia ne pourrait y toucher; ceci tout comme son travail à bord, permettrait de payer la traversée. Et si jamais il apprenait que des bruits couraient, il viendrait la tuer, sans aucune once d’hésitation. Un fois que ceci fut clair, il accepta que la jeune femme, de douze ans sa cadette, embarque. Il avait aussi négocié avec Aëlia que celle-ci partage sa cabine avec son amie, y installant un lit supplémentaire. Il ne voulait pas tenter ses hommes, ou créer des tensions.
Ainsi, cela faisait un peu plus d’un mois qu’ils voguaient, et qu'Alban voyait sa petite soeur heureuse d’avoir une compagne, donnant lieu parfois à d’étranges fous rires. A ces instants là, il se demandait souvent s’il avait fait le bon choix en arrachant sa soeur à leur famille, et en l’élevant au milieu de pirates, d’hommes, d'actes violents et avares, comme il aurait élevé un fils, la privant involontairement de filles dans son univers. L’avait-il privée d’enfance et d'adolescence ? Aurait-elle aujourd'hui un mari et des enfants s’il n’avait pas été là ? Aurait-elle été plus heureuse ? Ainsi, la présence à bord de Natalia générait une certaine tension chez lui. Même lorsqu’il chassait ces idées, se disant que de toute façon, vu l’avenir que proposaient leurs parents, Aëlia aurait fini vendue, ou défoncée dans une rue, ou mère, certes, amis de huit ou neuf gamins, perdue, se rappelant aussi que sa soeur était née pour être pirate et qu’elle était la clé, il restait tendu. En réalité, il était jaloux, même s’il ne l'aurait jamais avoué. Jaloux de la complicité entre les deux femmes, une complicité qu’en tant que grand frère et tuteur, il n’avait asp ainsi avec sa soeur. Il avait peur que Natalia lui vole sa Lëlie, qu’elle l’embarque à terre.
Pourtant, il traitait ce nouveau mousse comme tous les autres: durement, mais justement. Oh, ils avaient déjà vécu une ou deux péripéties, évidemment, mais rien qui ne permette à Natalia de prouver sa valeur. Ils étaient en plein milieu de l’océan, et la mer était étonnamment calme pour la saison. Les marins avaient du tous revêtir leurs manches longues.
Aëlia, vêtue de son éternelle veste rouge s’amusait de voir son amie habillée comme les marins dans les livres d’images, et épatée de sa capacité à être toujours jolie, même sur un bateau pirate en pleine mer. Elle alla la rejoindre. Et lui fit un clin d’oeil.

Alors, aujourd’hui, on continue cap au Sud. Ca nous permet de contourner Eaque par le large. C’est un endroit peu emprunté, où on ne croise généralement pas grand-monde. Alban veut se rendre dans l’océan entre Eaque et Rhadamanthe, car c’est là qu’il a entendu parler de quelque chose. Ce serait plus rapide de passer par le détroit de Rhadamanthe, vu qu’on est partis de Minos, mais c’est assez dangereux, et on voudrait éviter de prendre trop de risques. Là, si on traçait une ligne à la verticale sur un planisphère, on traverserait Crannsliabh, les montagnes héraclès et Hypnos. On serait même pas loin du port ! A l’horizontale, on passerait juste au Sud de Cruor.

Elle savait combien il était complexe pour un novice de se repérer en mer, aussi elle tentait régulièrement de donner des repères à son amie. Elle lui sourit.

Ici, il va falloir se couvrir, on arrive vers les pôles, et il fait froid. Tu verras, d’ici deux ou trois heures, on va geler ! Par contre, garde les yeux ouverts, même en cabine, regarde aux hublots: on est sur le territoire des cétacés géants. Il font deux à sept fois le bateau en fonction de leur âge et de leur espèce. C’est très impressionnant, et leur chant, si on peut dire, est fascinant.

Puis, elle fut appelée dans la cabine d’Alban, avec le second pour regarder l’itinéraire, alors que Natalia devait aller en cuisine.

On se retrouve tout à l’heure !

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 26/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Dim 9 Déc - 12:13
Natalia appréciait grandement les précision terrestre que lui fournissait Aëlia. Dans son périple qui l'a menée à l'asile l'aniformus a parcours en long en large et en travers les continents (merci les portails ). Comme le fait de voyager n'avait pas été un traumatisme, son cerveau avait décidé de laisser ça en place dans sa mémoire, alors elle savait où ils se trouvaient.

L'agilité féline de la rouquine lui était d'une grande utilité pour monter et descendre de la vigie rapidement. Elle souriait à son amie avant de descendre dans la cale pour la cuisine. Ils étaient deux plus le cuisinier. Natalia s'était assise face à la seule source de lumière naturelle et avait prit un couteau pour commencer à couper pommes de terre carottes et oignon pour le ragoût qu'ils allaient manger à midi. Elle regardait par le hublot de temps en temps en espérant pouvoir apercevoir l'un des cétacés géants dont Aëlia venait de lui parler.  Le temps fut venu d'éplucher et couper les oignons.  La technique de Natalia pour ne pas pleurer était de chanter.  Elle ne savait pas bien pourquoi celà marchait mais ça marchait du moins pour elle. Alors elle chantonna aussi discrètement qu'elle le pu un chant marin qu'elle avait retenu.
le chant:

Mais elle avait été  entendu par le commis et le cuisto qui quand elle arriva au refrain chantèrent avec leur plus belle voix.  Natalia fut surprise. Elle ne pensait pas qu'elle serait suivi dans ce chant tout simplement parce qu'elle pensait que l'équipage ne l'aimait pas, en particulier le cuisto et Alban le capitaine du navire.  Une fois la surprise passée elle Chanta avec eux.  Les quelques pirates à proximité dans la cale se mirent eux aussi à chanter.  L'apprentie mousse en avait le coeur qui battait la chamade et les larmes aux yeux. Et ce n'était pas les oignons. Il lui serviraient d'excuse auprès des hommes mais elle savait que ces larmes étaient des larmes de joie.  Pour la première fois depuis quelle était sur le navire elle se sentait acceptée.  

Quand la chanson fut fini le cuisinier cria :

"CHANSON ? CANON !"

On entendit un pop il avait débouché une bouteille de Rhum ou il avait bu et ensuite tendu à son commis qui la tendis  à Natalia à son tour. Elle l'attrapa et bu une gorgée avant de la tendre à nouveau à un compagnon de voyage qui les avait rejoint en cuisine.  Puis ils retournèrent tous finir leur tâche.

L'aniformus remonta dans la cabine qu'elle partageait avec Aelia pour se reposer  et observer calmement les cétacés géant au travers du hublot. l'eau était agitée et le ciel se couvrait dangereusement. Elle grimaça avant de retourner sur le pont pour voir ce qu'il allait se passer. Jusque là ils n'avaient eu que du beau temps. Le bateau tanguait fort.  Un tonneau se détacha et roula. Natalia avait un suffisamment bon équilibre pour courir stopper se tonneau et remettre en place Elle fit un des nœuds le plus compliqué et solide que lui avait appris Angel.

Un éclair et pas moins de 3 secondes plus tard le tonnerre. Natalia cherchait Aëlia des yeux.  Elle était son amie, son repère, son phare dans la nuit et la tempête.

_________________
Esprit troublé 
Vérité ou tissu de mensonges 
Je ne discerne plus vraiment qui je suis 
ni même qui j'étais 
encore moins qui je serai 
rien de mon passé de mon présent ou de mon futur n'est certain
mis à part l'amour que je leur porte
Noïa et Angel.  
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 29
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Dim 16 Déc - 16:59
Aëlia était donc partie rejoindre son frère, boudeur depuis quelques jours, afin de regarder de plus près leur itinéraire. A vrai dire, alerté par la vigie, Alban avait vu venir la tempête, et Aëlia comme plusieurs autres marins, avaient senti un changement dans l’air sur les dernières heures, qui les avaient tous alertés. Aussi, elle ne fit pas surprise lorsque son capitaine évoqua ce phénomène à venir. Elle sentait une certaine tension dans sa vix. Ils avaient beau être de bons navigateurs, une tempête restait un danger permanent. Il fut immédiatement demandé à plusieurs marins de confiance d’aller vérifier l’état des points les plus fragiles du bateau, quitte à le solidifier. Le Fils de l’Air du bord fut chargé de rester sur le pont afin de contrer les effets des vents les plus forts et le Fils de l’Eau décida de rester là aussi, puisqu’après tout les vagues étaient de l’eau, et peut-être pourrait-il les protéger un peu. Alban ne décolérait pas d’avoir perdu leur tarima, parti dans un autre équipage, le traître. Un Créateur de faible niveau avait pris sa place, mais il n'était pas aussi efficace pour renforcer l’Envolée, et donc pour les protéger. Aëlia savait à quel point cette zone était dangereuse, avec ses énormes animaux, et ses glaces à la dérive, ainsi que ses fonds qui parfois raclaient et perçaient les coques des bateaux. Elle comprenait la tension de son aîné. ce qu’elle ne comprenait pas, cependant, c’était pourquoi, comme à chaque tempête, il l'empêchait de prendre part aux évènements. Il la disait trop précieuse pour prendre le risque de la perdre.

Tu es trop légère, tu pourrais t’envoler !

Voilà ce qu’il lui disait depuis qu’il l’avait recueillie, et qu’il l’envoyait se réfugier dan sune cabine, avec interdiction d’en sortir, à chaque tempête. Quand elle était enfant, elle acceptait, mais aujourd'hui, elle ne comprenait pas pourquoi il lui imposait cette retraite: après tout, elle était elle aussi membre de l'équipage ! toute perte lors d’une tempête était terrible ! Elle ignorait évidemment la portée de sa valeur aux yeux de son grand frère. aussi, cette fois encore, elle fut consignée dans sa cabine; Ce qui changeait cette foi, c’était

Nathalia !

Après le premier éclair, Aëlia fit un grand signe à son amie sur le pont en l’appelant. elle la rejoignit immédiatement, et l’entraîna avec elle.

Viens, une tempête arrive. On va aller se mettre en sécurité dans ma cabine, Alban ne nous veut pas sur le pont. Lui et ses hommes se realaieront pendant le plus clair du temps. Ils n'auront pas besoin de nous, on risque de les gêner plus qu’autre chose.

A ces mots, elle ouvrit la porte de sa cabine, y poussa un peu son amie, et s’y engouffra à sa suite; Habitué, elle rangea les objets qui, sous l’effet du roulis bougeaient déjà dangereusement et risquent de se casser. Ce faisant, elle sourit à l’aniformus.

installe-toi va. ca risque de durer un moment. on peut se mettre sur mon lit, c’est là où on sera le mieux. C’est ce que je fais d’habitude pendant les tempêtes. Je lis beaucoup à ces moments là, mais là ça va être plus sympa haha ! Pour répondre à ta question avant que tu ne la poses, Alban ne me veut jamais dehors pendant une tempête. Il a peur que je m'envole. J'assiste aux actions par la pensée, parfois je les soutiens, les aide etles conseille de ma cabine, amis je n’ai pas le droit de sortir.

Elle lui fit un sourire à fossettes, en haussant les épaules.

C’est comme ça, j’imagine, qu’il me montre qu’il m’aime !

Elle continua à ranger puis:

Ca va, tu te plais sur le bateau ? C’est pas trop loin de ce que tu espérais ?

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 26/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Sam 12 Jan - 18:45
Son amie l'avait poussée à entrer dans la cabine. Natalia l'avait regardé ranger les objets qui bougeaient sur son bureau et l'avait laissé parler lui expliquant pourquoi elles se retrouvaient ici alors que le reste de l'équipage était en danger à cause de la tempête. Elle comprenait que le capitaine veuille protéger sa sœur mais la jeune maman avait peur qu'il lui reproche à elle de ne pas être sur le pont. Elle soupira en pensant que de toue façon la jolie blonde ne la laisserait pas sortir toute seule, et que du coup Alban la détesterait encore plus car elle aurait mis en danger un membre de sa famille.

La rouquine retira ses bottes avant de s'asseoir en tailleur sur le lit d'Aëlia reposant son dos sur l'une des parois de l’alcôve. Elle attrapa un drôle de coussin à la forme indéfinissable et au tissu patchwork pour le mettre contre son ventre et le serrer dans ses bras. C'était une position réconfortante au vu de la journée qu'elles allaient passé un peu de réconfort n'était pas de refus. Elle soupira avant de répondre à la question de son amie.

"Jusqu'à aujourd'hui j'avais l'impression qu'on ne m'appréciais pas vraiment ici et qu'on aurait pu e jeter par dessus bord pour n'importe quoi... Mais on a chanté ensemble en cuisinant et c'était beau c'était enivrant, et je dis pas ça parce que après on a bu du rhum haha. "

Elle s'était redressée et avait souris en repensant à cette matinée rythmée.

"Ils sont sympa les gars ici mais ils sont pas très bavards... haha. Puis ton frère me fait un peu peur je t'avoue. Je crois que je l'embête plus qu'autre chose, tu sais comme quand on a une feuille de papier toilette sous la chaussure"

Natalia rit de l'image qu'elle avait employée.

"Après il faut dire que vous avez un sacré sex-appeal dans la famille"

Elle fit un clin d'oeuil en tirant la langue à son amie. Qu'elle trouvait tellement jolie. Son frère aussi avait un charme fou et Natalia n'aurait pas dit non pour une nuit dans les bras de l'un ou de l'autre.

De plaisanter l'avait calmé elle et sa crainte de ne pas être au bon endroit au bon moment. Ce moment était fait pour qu'elles passent du temps entre amies au final et ce n'était pas plus mal. Natalia fini par lâcher le coussin pour défaire le bout de tissu qu'elle avait sur la tête et l'accrocher à son poignet. Elle secoua sa tignasse pour la laisser respirer un peu.

_________________
Esprit troublé 
Vérité ou tissu de mensonges 
Je ne discerne plus vraiment qui je suis 
ni même qui j'étais 
encore moins qui je serai 
rien de mon passé de mon présent ou de mon futur n'est certain
mis à part l'amour que je leur porte
Noïa et Angel.  
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 29
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Sam 12 Jan - 21:55
Aëlia finit de ranger ce qu’elle avait à ranger, puis écouta son amie. Elle la regarda d’un oeil étonné, alors qu’elle la rejoignait sur le lit, puis éclata de rire quand elle parla d’Alban. A vrai dire, Aëlia aussi le trouvait un peu renfrogné, mais après tout, c’était Alban: il avait ce côté soupe au lait, et vite très protecteur -trop- envers elle, alors elle n’y faisait plus vraiment attention. Puis son amie secoua ses cheveux.

Et après, ça ose parler du sex appeal des autres ! Regarde-toi enfin haha !

Elle lui fit un clin d’oeil.

Par rapport à Alban et aux autres, ne t’en fais pas va. Ils sont un peu rustres, c’est tout, et aps très habitués à avoir des nouveaux à bord, encore moins des nouveaux qui soient et femmes, et jeunes, et entièrement inexpérimentés.

Elle haussa les épaules.

Il faut pas leur en vouloir. Ils mettent du temps à se détendre, mais après ils seront chouettes. Puis faut pas avoir peur d’Alban. Il est grand et beau mais c’est bien tout ce qu’il a pour lui hehe. Tu verras, une fois ivre, il dit tellement de bêtises qu’on peut plus en avoir peur ! Par contre pour ce qui est de passer la nuit avec lui, n’y penses même pas ! Il ne s’intéresse qu’aux filles de cabarets de toute façon. Les autres, il ne leur laisse pas une seule chance ! Alors toi qui es mon amie, c’est même pas la peine, tu parles.

Elle lui sourit.

D’ailleurs, tu t’en sors sur ce chapitre ? On en a pas beaucoup parlé, mais j’ai cru comprendre que depuis le père de la petite, c’était compliqué, non ? Et vu qu’on a du temps devant nous …

La pirate fit un nouveau clin d’oeil à son amie.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 26/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Dim 13 Jan - 17:33
Natalia reprit le coussin coloré pour le serré contre elle. Le sujet était délicat Après Angel elle n'avait pas eu grand chose de stable ni sa vie ni ses amours. Il y avait bien ce que lui avait raconter Cathleen, mais était ce vraiment quelque chose qu'elle pouvait compter comme aventure si elle ne s'en rappelait que par bribes totalement floues. Et puis il y a eu cette étrange soirée avec Garmyr... Pouvait elle en parler avec Aëlia ou cela lui ferait il trop mal ? Allait elle la passer pardessus bord si elle apprenait leur flirt ? Elle était sa seule amie en dehors du couple Belgan.

Elle inspira un grand coup pour se donner du courage.

« C'est un peu compliqué je ne me rappelais pas grand chose de ce qu'il s'est passé avant mon internement... Mais Cathleen Asmodée m'a un peu plus éclairé à ce sujet ; j'ai travaillé dans son cabaret pendant quelques mois et les amants et amantes dont elle on défilés mais je ne m'en souviens pas bien. On a recouché ensemble l'année dernière après une soirée ou je me suis mise la tête à l'envers.... Parce que parce que* »

Des larmes montaient aux yeux de la rouquine sa voix était tremblante mais elle les ravala elle ne devait pas se laisser emporter c'était il y a longtemps et elle s'était ressaisie. Ils étaient vivants mais ils n'étaient plus eux même.
Aller Nat ce ne sont plus les gens que tu as aimé plus que de raison. Tu le sais maintenant ta vie est avec Noïa Odéline et Siffroy

« * parce que le père de Noïa Angel Dust et la femme qui était comme ma sœur Eden Inferno étaient bien vivants et surtout bien amants... »

Elle n'avait pas regardé Aëlia de tout son monologue et elle leva enfin les yeux toujours embués vers la pirate.

« Si tu as une bouteille de Rhum qui traîne je crois que c'est le moment de la sortir... »

La blonde s'éxécuta et donna une bouteille déjà entamée à la rousse. Natalia en bu une énorme gorgée. Puis une deuxième et une troisième avant de rendre la bouteille à son amie.
Le liquide ambré avait réchauffé la bouche et puis la gorge de l'apprentie mousse dans quelques instant sa tête allait lui sembler à la fois tellement légère et terriblement lourde. Mais ce liquide allait surtout lui donner le courage d'aborder le sujet qu'elle n'arrivait pas à aborder depuis qu'elle avait embarqué à bord de l'envolée : GARMYR.

« Bon bah euh au printemps il s'est passé un truc un peu beaucoup étrange. J'étais parti courir et puis.... J'ai croisé Garmyr. On joué à chat, fait trempette, pêcher et pique niqué, il m'a fait écouter une musique très tendancieuse, et je sais pas j'ai cru que c'était une avance je me sentais bien il avait l'air bien aussi on était proche. Je n'avais pas flirté avec un homme depuis des siècles... Et là il a pété les plombs j'ai pas tout compris j'ai eu peur, j'ai eu mal.... »

Elle regarda son amie s'attendant à la voir en colère. Avant qu'elle ait pu réagir elle enchainant en pleurant

«  Je suis désolée vraiment je n'ai pas pensé à toi sur le moment, je me sentais seule c'était facile c'était hors du temps et j'avais encore mal de Eden et Angel. Je suis désolée ne me donne pas à manger au Cétacés géants s'il te plaît pardonne moi »

Elle attendait une réaction de son amie en ayant les joue trempées de larmes.

_________________
Esprit troublé 
Vérité ou tissu de mensonges 
Je ne discerne plus vraiment qui je suis 
ni même qui j'étais 
encore moins qui je serai 
rien de mon passé de mon présent ou de mon futur n'est certain
mis à part l'amour que je leur porte
Noïa et Angel.  
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 29
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Mer 16 Jan - 9:49
Lorsque son amie lui demanda une bouteille de rhum, s’interrompant par là dans son récit, Aëlia s’exécuta immédiatement, et alla lui chercher celle qui était toujours dans sa chambre (car quel pirate qui se respectait n’avait pas d’alcool à portée ?). Elle savait à quel point parler de ces choses-là pouvait être dur, mais elle savait aussi que cela pouvait faire un bien fou. Elle savait aussi que l’alcool pouvait aider la confidence et le courage, or ce que Nathalia avait à dire semblait très dur. La pirate hocha la tête aux récits de frasques diverses, et se mordilla la lèvre, concernée, lorsqu’elle lui parla d’Eden et Angel. Oui, elle avait déjà entendu cette histoire, et pourtant, cela ne la rendait pas moins douloureuse.
Elle mit sa main sur la sienne, et serra doucement, en signe de soutien, tout en lui souriant. Puis, Nathalia sembla se décider à aborder un sujet particulièrement difficile, et lorsqu’elle lui eut expliqué, Aëlia ne put qu’éclater de rire, et la serrer contre elle.

Mais enfin, c’est quoi cette idée ?! Bien sûr que jvais pas te jeter à la mer Nat ! Garmyr c’est … C’est du passé ! Ca fait plus de deux ans qu’on s’est séparés, et je te jure que si la première fois fut douloureuse, la seconde m’a vaccinée éternellement, et je ne retournerais dans ses bras plein de poils pour aucune raison !!

Elle lui fit un bisou dans les cheveux, et lui donna un mouchoir.

Calme-toi enfin, c’est pas moi qui vais te tenir rigueur de vouloir coucher avec lui, hormis peut-être pour un flagrant manque de goût !

Elle lui fit un clin d’oeil, ne faisant aucun cas du ciel qui dehors s’obscurcissait du fait de la tempête. Le navire bougeait de plus en plus.

Tu sais Gramyr c’est … vieux maintenant. On s'est mis ensemble en début 2776, on est fin 2783 maintenant … Ca fait 6 ans, j’avais 22 ans, c’était ma première vraie histoire, je me suis laissée emporter. Il était drôle et gentil, arrivait à être sexy. Certes, il n’était pas le plus spirituel, amis bon, il apportait à ma vie quelque chose que je n’avais jamais eu, et j'adorais ça. J’étais très amoureuse, je me suis engagée très vite, j’imaginais tout ensemble, c’était fusionnel. Ca a duré un peu moins de deux ans, puis, on s’est séparés. Je sai que ce n’est pas complètement de sa faute, mais plus celle de sa famille tordue, n’empêche que ça donne un aperçu de la vie à venir avec l’énergumène, tu vois ? Je ne l’ai pas revu pendant presque trois ans, je l'ai cherché pourtant, partout, mais lorsqu’il est revenu, après la guerre il avait … changé.

Elle prit une grosse gorgée de rhum. Elle n'était pas triste, elle n’en avait pas besoin. Elle trouvait juste ça bon.

Et ce n’était pas du tout positif: il était devenu extrêmement arrogant, imbu de lui même, persuadé de devoir me protéger et avait perdu à mes yeux tout ce qui me l’avait rendu sympathique. Pourtant, je l’aimais encore, mais j’étais je crois plus attachée au souvenir idéalisé de mon premier amour qu’à ce qu’il était en réalité. On s’est remis ensemble, on a eu quelques jolis moments, mais c’était plus compliqué et lourd qu’autre chose, on ne se voyait pas souvent, et toujours dans son espèce de cimetière là. C’est ça qui t’a fait peur ? Il m’a dit que c’était son refuge, là où il s’était réveillé, sans souvenirs, après la guerre. IL était obsédé par ses nouveaux pouvoirs, ses nouvelles capacités, par me protéger, il ne me laissait plus être moi, j’avais changé, lui aussi, et il m’étouffait alors que j’étais incapable de lui donner ce qu’il voulait. Je crois qu’on en avait parlé, déjà. Ca a duré environ un an et demi, puis j’ai compris que je ne l'aimais plus, et j’ai rompu.

Elle prit une autre gorgée en haussant les épaules.

Sur le coup ça a piqué un peu, puis finalement après, tu n’imagines pas à quel point je me suis sentie libérée ! Il m’étouffait complètement, je crois qu’il m’aimait comme je l’aimais: comme un souvenir. J’étais incapable d’aimer l’homme face à moi, il était incapable d'appréhender mon changement. Ca fait bien deux ans maintenant, tu sais. Je m’en suis bien remise, et j’en suis même contente ! Rompre avec lui, et en plsu jamais le revoir a été une des meilleures décisions de ma vie. Je suis pas une poupée à protéger, ej sais me défendre, et je n’avais aucune envie d'abandonner ma vie en mer, ni de l’y inviter de toute façon.

Elle lui fit un clin d’oeil.

C’est fou comme le manque d’humour et l’amour du drame peuvent tuer une relation !

De nouveau elle but.

Bref: je ne t’en veux pas du tout ! Et si tu veux un conseil: réessaie pas. Il voudra te couver après, et c’est insupportable ! En plus il y a de bien meilleurs amants qui existent hehe !

Le bateau commençait à être sacrément secoué, et dehors il faisait noir comme dans un four. Aëlia, habituée, n’était pas inquiète du tout.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 26/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

le Mer 16 Jan - 19:49
Un rire.  Voilà comment son amie avait réagi et c'était la plus belle réaction qu'elle pouvait avoir. Ce rire allégea toute l'atmosphère pesante que Natalia s'était créée.  La tempête qui faisait rage dehors semblait à des année lumière de ce qui se passait dans la cabine. Seul le tonnerre et les mouvements de plus en plus violents du bateau  rappelaient à l'apprentie mousse qu'elle n'était pas en sécurité sur la terre ferme.  Le rire de son amie effaçait toutes ses craintes.

Le discours d'Aëlia semblait tellement détaché que Natalia comprit rapidement que Garmyr n'était pas un sujet tabou et qu'il appartenait à son passé. Les piques lâchée par la pirate étaient non seulement drôle mais semblait totalement appropriées pour définir ce qu'était devenu l'aniformus Ours.  Alors Natalia riait de bon coeur.  

"Eh mais laisse moi un peu de Rhum oh je sais que tu as la descente facile mais tu as une adversaire à ta taille à bord. "

Natalia ri de plus belle avant de prendre des main de son amie la bouteille et d'en avaler une belle gorgée.  

"Ah c'est vrai que c'est un doux poison ce truc quand même. Je parle du Rhum pas de Garmyr hin. Haha... C'est vrai qu'il a voulu jouer le chevalier protecteur avec moi aussi alors que bon ça faisait un peu plus de 6 ans qu'on ne s'était pas vu.  Il a  tenu un discours sorti tour droit d'un bouquin à l'eau de rose parce que je lui ai raconté d'où venait mes cicatrices. J'ai trouvé ça mignon sur le coup . Bon je me suis quand même énervé et je l'ai peut être un peu giflé au passage mais avec le recul j'aurai peut être du éclater de rire. C'est fou de penser que parce qu'on a des néné on sait pas se battre... J'ai quand même était formé par l'un des meilleurs assassin qu'il ait existé sur Elysion. "

Elle bu encore une belle gorgée.  Puis s'allongea en posant la tête sur les cuisses de son amie en tenant la bouteille de rhum d'une main sur son ventre et elle reprit la discussion entre deux coup de tonnerre.

"C'est vrai qu'il était doué pour tuer Angel. Mais il l'était aussi douée pour la petite mort si tu vois ce que je veux dire"

La rouquine ri et des images d'elle et le père de sa fille en plein coït défilées dans sa tête.

"Personne n'a jamais su me toucher comme lui le faisait. Je sais pas il y avait quelque chose de chimique entre nous. Puis faut dire que je me souviens pas vraiment des suivants et depuis que je suis sortie de la maison de repos j'ai pas eu l'occasion de m'envoyer en l'air bien souvent. "

Elle se redressa légèrement pour boire un coup, avant de se remettre sur les genoux de la blonde.

" Bon et toi les occasions en pleine mer doivent se faire rare non ? Puis avec le grand frère à bord c'est pas la peine de penser à faire quoi que ce soit ici je suppose. Alors comment diable madame A¨¨elia Merirosvo  trouve t elle des amants si doué  ? "

elle tendit la bouteille à son amie comme si c'était le totem de la parole celle qui a la bouteille parle (et boit aussi ).  elle lui faisait un grand sourire. Même d'un angle de vu aussi étrange elle trouvait Aëlia superbe.

_________________
Esprit troublé 
Vérité ou tissu de mensonges 
Je ne discerne plus vraiment qui je suis 
ni même qui j'étais 
encore moins qui je serai 
rien de mon passé de mon présent ou de mon futur n'est certain
mis à part l'amour que je leur porte
Noïa et Angel.  
Contenu sponsorisé

Re: Accastillage et compagnie. [pv Aëlia et son équipage]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit