Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 29
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

[Fête de la Prodigalite 2783] L'appel du large [sp Luther & Xerxes]

le Lun 24 Déc - 17:58
Nous étions le 24 au soir. Il y avait là un joli sapin illuminé, des couronnes, et des guirlandes partout. De nombreuses bougies éclairaient la pièce, et faisaient briller les décorations de la Prodigalité accrochées au mur. L’air était saturés d’odeurs de viande lentement rôtie, de légumes cuits, de chocolat fondu de vin, d’épices, et de rhum. Attendez … De rhum ?
La porte s’ouvrit à la volée, et laissa entrer un ensemble dépareillé et dépareillé d’hommes d’âge différents précédés d’une jeune femme dans la vingtaine.

Joyeuse prodigalité Boriiiiiiiis !

C’était bien évidemment Aëlia, qui accompagnée de tout l’équipage de l’Envolée, veniat fêter la Prodigalité dans le “N’a qu’un oeil”, le bar de Boris situé en plein port d’Hypnos dont le comptoir l’avait vue grandir. Elle se jeta dans les bras du gros homme à l’oeil droit protégé d’un bandeau -c’était de là que veniat el nom du bar.

Ma p’tite Lëlie ! Je me demandais quand vous arriveriez ! Tout l’monde est d’jà là !

Et en effet, ils n’étaient pas seuls ! Toute une assemblée un peu disparate était là, tous pirates ou matelots. Le troquet était le quartier général depuis de nombreuses années d’un grand nombre de marins, qui s’étaient peu à peu liés les uns aux autres. Pour beaucoup, c’était là la seule famille qui leur restait, ou presque. Et ainsi, depuis des années déjà, tous se retrouvaient autour de Boris pour la Prodigalité; lorsqu’un manquait à l’appel, soit il était en mer, soit il fricotait, soit il était mort -ou pire, en prison.
Les embrassades terminées, chacun se trouva une place, et le repas commença, rythmé de nombreux verres levés et de chants en nombre. Evidemment, cela riait beaucoup, et lorsque chacun fut repus, il fut décidé de continuer à boire ! Aëlia buvait, évidemment, mais moins que d’autres. Elle savourait le rhum chaud aux épices de Boris, qu'il ne faisait qu’à cette période là de l’année. Ambré et brûlant, il réchauffait même un bloc de glace ! Elle n’avait jamais vu quiconque y résister !

Eh toi ! Qu’est-ce donc que cette descente de marin d’eau douce, les fûts sont à sec ?

Elle sursauta, se retourna. Un grand sourire à fossettes lui fendit le visage.

Xerxès ! Alors tu es rentré de la forêt infernale ? Et le gosse comment il va ? Il est où ? Tu l’as pas bouffé j’espère hein !!

Elle descendit de son tabouret haut sur pattes d’un bond, pour aller claquer deux bises au Darah, qu’elle avait fini par apprendre à apprécier. Ce faisant, elle remarqua l’homme qui l’accompagnait. Elle fronça un sourcil, surprise, et regarda le Darah. Elle était persuadée d’avoir déjà vu ce type ailleurs, avec un sourire étincelant. Taille moyenne, donc plus grand qu’elle d’une dizaine de centimètres sans aucun doute, si fin ni gros, ni musclé ni faiblard, il avait le teint hâlé, comme elle, et une épaisse masse de cheveux bruns sur le crâne, assortis à la fine moustache qui surmontait sa  bouche rieuse. Elle plissa un peu les yeux pour tenter de le reconnaître, de le remettre, mais ça ne venait pas.

Bah alors, t’as amené un copain ?

Elle lui fit un clin d’oeil.  A cet instant, le Darah sembla se rengorger et déclara:

Aëlia, je te présente Luther Delabost, le plus grand des grands inventeurs et agriculteurs d’Elysion ! Il me fait pousser des membres à tour de bras !

Disant ceci, il lui agita sous le nez assorti d’un “Tatatin” musical, très fièrement, un bras DROIT?? clairement tout neuf et rutilant. Elle éclata de rire.

Il veut voir du pays alors je te l’ai amené ! Et il a d’la thune, avant qu’tu demandes bébé !

La pirate rit de nouveau, et …

Eh mais c’est Xerxès !
Allez viens le poche ! On va faire la tournée des bars ouverts !
Vous m’accueillez … à bras ouverts ?
Tu viens Lëlie ?


Elle hésita un instant, puis regarda l’homme face à elle, aux yeux gris brillants et malicieux, bien habillé. A cet instant, elle le remit.

*Putain. Luther Delabost. LutherCorp ! Bécasse ! Evidemment !*

Alors elle sourit à sa famille d’adoption, qui tenait déjà le Darah par les bras.

Allez-y sans moi pour ce soir les garçons !
Roh !
Il en faut bien une de fraîche pour manoeuvrer dans la baie demain !


Cette dernière réplique fit rire les pirates, qui s’éloignèrent avec le Darah, et Boris qui, ayant totale confiance en Aëlia, les accompagnait. Lorsqu’ils eurent passé la porte, qui indiquait que le bar était fermé, elle se retourna vers Luther.

Alors comme ça on veut voyager ?

Elle lui sourit, et lui fit signe de venir s’asseoir au comptoir.

Un rhum chaud ? Il est excellent !

Elle-même s'assit sur le comptoir directement, près de son tricorne, ce qui lui permettait de regarder le nouveau venu dans les yeux sans avoir à baisser la tête. Elle était prête à lui servir un verre alors qu’elle même reprenait une louche du breuvage adoré.

Bon, du coup, je suppose que l’autre Darah vous a parlé de moi, mais enfin … Je suis Aëlia Merirosvo, petite soeur d’Alban Merirosvo, illustre capitaine de la non moins illustre Envolée, bateau pirate de son état ! Tous les responsables étant partis se souler pour fêter l’arrivée des cadeaux, je suis la mieux placée pour vous faire monter à bord si c’est ce que vous voulez hehe. De toute façon, je suis toujours la mieux placée pour ces choses là haha !

Elle lui fit un clin d’oeil.

Et sinon, vous faites quoi tout seul loin d'Efferias un soir comme ça ? Et l’autre énergumène là, vous lui êtes tombé dessus comment ? Parce qu’il a dû sacrément vous emberlificoter pour que vous lui fassiez un bras !

Il y avait beaucoup de malice dans ses yeux noisette qui pétillaient, et les fossettes qui creusaient ses joues trahissaient son amusement. Elle n’était évidemment, pas impressionnée pour un sou par le bonhomme, elle, la petite pirate blonde aux cheveux ébouriffés.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

avatar
Big Boss
Messages : 6
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fête de la Prodigalite 2783] L'appel du large [sp Luther & Xerxes]

le Dim 13 Jan - 23:19
Luther accepta volontier le verre proposé par la pirate. Il bu une gorgée pour se réchauffer. Il ferma les yeux pour sentir la chaleur envahir son corps, puis ramena son attention sur Aëlia.

A vrai dire, Xerses n’a pas eu à me demander de lui reconstruire un bras. C’est moi qui lui ai proposé mes services. Après tout, il faut bien s’occuper quand on tombe enceint par surprise!

L’inventeur éclata de rire à cet instant, autant à cause du souvenir de l'événement que du regard dubitatif de la jeune fille. Une fois son calme revenu, il reprit :

Peut être que je vous raconterai cette histoire sur votre navire. Quant à savoir ce que je fais loin d’Efferias, eh bien, disons que lorsque l’on passe toute sa vie confiné dans une cité souterraine, l’appel de l’inconnu est irrésistible. Voilà pourquoi notre ami commun m’a conduit à vous. Peu importe la destination, je compte voir du pays. Et vous pouvez m’y aider.

Luther prit une nouvelle gorgée de rhum avant de se redresser sur sa chaise et de plonger son regard dans celui d’Aëlia, prêt à la sonder.

Bien, et si nous passions aux choses sérieuses?

Les négociations allaient pouvoir commencer.
avatar
Messages : 373
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 29
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Fête de la Prodigalite 2783] L'appel du large [sp Luther & Xerxes]

le Mer 16 Jan - 10:13
Elle lui servit donc un verre de rhum, cachant sa surprise face à son acceptation.

*Je l’aurais plus vu whisky.*

Elle ne savait pas d’où lui venait cette idée, cet a priori, mais il était là. Elle lui sourit alors qu’il buvait, et ses sourcils s’envolèrent lorsqu’il aborda, rapidement l’Expédition. Oh, ça, en effet, elle lui en reparlerait, et il avait tout intérêt à lui raconter ! Puis ses yeux brillèrent. L’appel de l’inconnu, hein ? voilà quelque chose qu’elle connaissait, et comprenait tout parfaitement. Elle avait des chances de s’entendre avec ce bonhomme, manifestement. Puis, il lui proposa de passer aux négociations, et ses yeux pétillèrent.

Eh bien, on peut dire que vous n’y allez pas par quatre chemins !

Elle lui fit un clin d’oeil, et reprit uen gorgée de rhum, très tranquille.

Soyons clair. L’Envolée n’est pas un bateau de plaisance. On ne transporte pas les gens, encore moins les marins d’eau douce. Et depuis quelques temps, un peu trop de gens croient manifestement que notre navire est un bateau de tourisme, sans prendre la peine de payer la traversée. Et notre capitaine commence à en avoir un peu assez.

Elle fit une pause rhum.

Il va donc falloir payer votre traversée, et participer à la vie de L’Envolée. Il va aussi falloir faire voeu de silence. On est des pirates, et si vous voyez ou entendez des choses un peu … Disons des choses que toutes nos autorités n’approuveraient pas, je vous conseille de les empoter dans votre tombe, sans tenter de nous menacer ou de nous doubler, sinon, vous risquez de le regretter bien avant nous.

Elle lui sourit. Si son ton était léger, ses propos étaient extrêmement clairs.

Passons au tarif … Si vous n’êtes jamais monté sur un bateau, vous le savez peut-être pas, amis avec nous, on sait quand on part, jamais quand on accoste. Il serait plus simple de déterminer un prix journalier à votre traversée, que nous multiplierons ensuite. mais si vous voulez qu’Alban vous laisse monter, il va vous falloir un sacré forfait … et une sacrée avance. De toute façon, ne nous méprenons pas, vous resterez au moins deux à trois bonnes semaines avec nous.

Son sourire s’élargit, creusant ses fossettes. Elle se tenait prête à le sonder jusqu'au plus profond de son esprit.

Alors, que proposez-vous, Luther Delabost ?

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Contenu sponsorisé

Re: [Fête de la Prodigalite 2783] L'appel du large [sp Luther & Xerxes]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com