Forum RPG science fantasy
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garmyr
Le rugissement glacé du Berzerk
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 26
Localisation : Artgard

Votre personnage et ses relations
Âge: 21
Infos:
Relations:

MessageSujet: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Sam 26 Oct - 3:22



Garmyr se réveillait paisiblement dans le lit qu'il avait investit la nuit précédente avec sa petite amie Aëlia. Garmyr avait extrêmement bien dormis et il devait avouer que ce petit imprévu décidé sur un vrais coup de tête lui avait très probablement remis les idées en place quant-à son appartenance à ce monde. Il ne repensait plus du tout aux montagnes Demeter. Il ouvrit doucement les yeux pour retrouver sa magnifique piratasse enroulé autours de lui et il n'allait très probablement jamais se lasser de cette façon de dormir. Il passa doucement ses cheveux derrière son oreille en lui soufflant "On se réveille mon amour, le soleil est déjà très haut." Ouais ils avaient prit du retard et pas question d'emprunter les portails. Non, il prendrait probablement le vent avec Alban comme ils avaient déjà prit la petite habitude de faire. Garmyr déposa un petit baiser sur le front de la femme qui semblait émerger peu à peu.

_________________

The affraid man said: "This ain't no place for no hero!!!!!
It's okay mate... Don't worry... I am no hero... I am only the end."
Answered the masked man...


Garmyr's Theme


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Sam 26 Oct - 16:21

Aëlia ouvrit les yeux, le souffle de son amant dans son cou, ses doigts contre sa peau, et des mots tendresse à l’oreille. Elle était bien elle était chaud. Ses jambes étaient enroulées autour de lui, le soleil éclairait avec ses rayons dorés le papillon immense du dos de la jeune fille. Elle gémit un peu, et se serra encore plus contre Garmyr, très fort mais tout doucement.

- Encore cinq minutes.

Elle embrassa son torse, y lova sa tête, yeux fermés.

- Un dernier câlin, s’il te plaît chéri.

*Serre-moi fort, fort, fort, fort … J’ai pas envie de sortir de là tout de suite.*

Ses pensées-là n’étaient pas transmises. Juste là. Elle était lovée contre lui, bloc de tendresse amoureuse. Elle savait ce qui les attendait aujourd’hui, et sortir dans le froid ne la tentait que peu pour l’instant. Juste cinq minutes, un câlin, et ça irait beaucoup mieux. Elle serait beacoup plus motivée tout de suite.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmyr
Le rugissement glacé du Berzerk
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 26
Localisation : Artgard

Votre personnage et ses relations
Âge: 21
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Dim 27 Oct - 2:39



Les petits geste d'Aëlia sur Garmyr le firent sourire et lui firent ressentir une douce et longue vague de bien être parcourant chaque fibres de son corps. Décidément, il se l'était déjà dit, mais partout où irait cette femme, il irait, bien que cette fois, c'était lui qui choisirait la direction, le chemin à Arpenter. Il n'avais décemment pas envie de se presser, juste de marcher main dans la main avec cette femme dont Mjöll avait présagé la venue. Ouais, sacré Mjöll, elle savait de quoi elle parlait. "Encore cinq minutes." Lui dit-elle. "Un dernier câlin, s’il te plaît chéri." Un large sourire étira les lèvres de l'ours qui fit doucement remonter sa petite amie contre lui, il allongea les bras et referma la couverture sur le dos de la femme. Ils resteraient autant de temps qu'elle le désirerait dans ce lit, après tout, Mjöll ne les attendait pas... Garmyr ressentait la peau de la femme contre la sienne, son doux épiderme velouté et savamment broné par endroit. Les mains du métamorphe parcouraient tranquillement le dos de la femme, redessinant le tatouage qu'il connaissait par cœur, chaque lignes, chaque formes, bien que ce qu'il y préférait, c'était de caresser tendrement et amoureusement la peau de celle qu'il aimait. Que demander de plus dans cette journée? Se prélasser au lit avec l'amour de sa vie. Garmyr n'avait pas envie de partir maintenant, il voulait profiter de sentir les pulsation de la femme au travers de sa poitrine, il voulait sentir sa respiration dans son cou, sentir le parfum de ses cheveux. Garmyr déposa un furtif baiser invitant sur le front de sa belle piratesse, et elle saurait très probablement l’interpréter. Il n'avait pas besoin de penser qu'il lui accorderait tout le temps qu'elle désirait, il savait que son language corporel parlerait pour lui. Garmyr ferma les yeux un large sourire étirant ses lèvres, le genre de sourire qu'on aimerait voir gravé sur la face de l'homme le plus heureux pour toujours. N'était-ce donc si peu compliqué de faire sourire l'ours? Quand on s'appelait Aëlia Merirosvo, oui.

_________________

The affraid man said: "This ain't no place for no hero!!!!!
It's okay mate... Don't worry... I am no hero... I am only the end."
Answered the masked man...


Garmyr's Theme


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Mer 11 Déc - 15:42

Les bras puissant de l’homme-ours l’entourèrent, la couverture se referma sur eux. Le nid se refermait, la chaleur affluait de nouveau et elle adorait ça. Son  sourire se fit bêtement heureux, celui des amoureux comblés. Les doigts de son amant lui parcouraient le dos, générant de longs frissons sur tout son corps, de longs frissons qui la secouaient toute entière. Elle se colla à lui. Il posa un doux baiser sur son front, où tout un amour était contenu. Elle l’embrassa de façon sauvage et tendre à la fois, drôle de mélange dont elle avait la spécialité.

*Secret de pirate !*

Elle lui rendit son sourire, puis, sentant affluer des sensations bien trop connues, qui lui murmuraient qu’ils allaient rester sous la couette encore toute la journée –et qu’un jour elle aurait des oursons avec un tricorne sur la tête, à ce rythme-, elle s’assit d’un seul coup exposant son dos nu, et son tatouage étrange aux yeux de Garmyr. Elle bailla, s’étira et ébouriffa ses cheveux courts, créant encore plus d’épis. Elle se leva, se pencha pour l’embrasser, et fila sous la douche.
L’eau fraîche finit de la réveiller, et lorsqu’elle revint dans la chambre, vêtue de son uniforme de pirate habituel, ses cheveux blonds séchés à la serviette, et son visage sans maquillage respirant l’énergie, un grand sourire s’étalait sur son visage, créant des fossettes dans ses joues. Toute trace de sommeil avait disparu.

- On est partis ? 


[Désolée, j'ai pris mon temps ^^']

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmyr
Le rugissement glacé du Berzerk
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 26
Localisation : Artgard

Votre personnage et ses relations
Âge: 21
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Ven 21 Nov - 10:40



L'avenir était de bien bonne augure, les lèvres entremêlées et mélangées, les bras emmitouflés contre la chaire de l'être aimé. Comment avoir froid dans cette situation tant la chaleurs de leurs deux cœurs les gardaient brûlant d'amour et de bonheur. Mais comme à tout moment d'un joli rêve, il faut se réveiller, la femme fila rapidement sous la douche avant que Garmyr n'eût le temps d'apprécier ces lignes ancrées dans le dos de sa bien-aimée. Mais il ne s'en formalisa pas, il savait qu'il pourrait les contempler, peut-être même en comprendre le sens un jour, qui pouvait savoir? Certainement pas lui,n il était trop heureux de pouvoir montrer cette endroit pour lequel il s'était battu et débattu à cette petite blondinette. En tout cas une chose était sûre, Alban n'allait pas la voire avant un moment. Il lui en voudrait surement un peu et il se la jouerait gros dur pour pas perdre la face, mais c'était cet espèce de petit orgueil qui faisait qu'on l'appréciait bien vite cet capitaine de navire! Des ourson avec un tricorne? Contrairement à sa petite amie, ça ne lui avait même pas effleuré l'esprit mais il était certain qu'il ne la renierait pas si elle portait son enfant. Mais il se sentait tout de même trop immature pour faire une telle chose pour le moment.

La femme avait disparut sous la douche depuis quelques minutes ce qui fit Garmyr se rabattre sur un pot remplit d'eau pour la toilette. Il s'en passa sur le torse en touchant doucement la marque en relief sur son torse, puis quand sa rapide toilette fut terminée, il s'habilla de son manteau son pantalon et de ses bottes. Il saisit tranquillement Fridya et posa la faux sur son dos avant que sa jolie petite compagne lui demande "On est partis ?" Un large sourire étira ses lèvres alors qu'il saisissait la main de la femme avant de pousser la porte et de filer droit dans un couloir au hasard. Quand c'est l'amour qui nous guide, alors le chemin importe peu dira-t-on... Enfin bref ils finirent quand même par trouver la sortie et bien que Garmyr ne fusse pas friand de portail, il savait qu'ils pourraient en prendre un pour gagner Rhadamantes le plus prestement possible. "Dit Lélie, ils sont où les portails?" Garmyr avait un sourire à la fois gêné et amusé de la situations, elle pourrait les guider elle qui avait le sens de l'orientation.

_________________

The affraid man said: "This ain't no place for no hero!!!!!
It's okay mate... Don't worry... I am no hero... I am only the end."
Answered the masked man...


Garmyr's Theme




Dernière édition par Garmyr le Ven 21 Nov - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Ven 21 Nov - 11:15

Vêtu de son manteau, son pantalon et ses bottes, sa faux sur le dos, Fridya à la main, il lui saisit la main en souriant. Très vite, ils se retrouvèrent dehors, et elle le mena au portail en bavardant silencieusement. Ils y furent rapidement, et passèrent facilement. Il fallait croire qu’à cette heure, les gens ne voulaient pas bouger de chez eux.
Ils furent dans une cité située juste sous la crête de la plus haute des montagnes. Recouverte de neige, il y faisait un froid glacial, et le vent y soufflait en sifflant. Les maisons semblaient  toutes massives, en pierres, leurs toits en bois rappelant les coques de bateaux d’un âge lointain et oublié. Aëlia écarquilla les yeux face à cet endroit, et resserra autour d’elle les pans de sa veste rouge.

- C’est là ?


[Oui, je suis en cours, mais je m'ennuie et j'ai Internet x) Et j prends mes cours à l'ordi, à cause de mon poignet ^^]

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmyr
Le rugissement glacé du Berzerk
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 26
Localisation : Artgard

Votre personnage et ses relations
Âge: 21
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Ven 21 Nov - 21:59



Il ne fallut que quelques instants à la navigatrice de choc pour trouver direction du portail, il en fallut quelques petites de plus pour s'engouffrer dans le portail suivant. Décidément la débrouillardise de sa compagne ne ferait qu'étonner l'homme-ours qui ne se voyait définitivement plus sans elle. Il passèrent le portail et firent face à la montage de Deimos où en son sommet siégeait la ville qu'il avait tant recherché. Garmyr regarda brièvement s'il voyait les trois énergumènes qui travaillaient dans ce coin là, le grand idiot et les deux petits teigneux s'occuperaient bien toujours de cette porte s'en était-il laissé penser. "Il semble qu'on ne puisse pas encore prendre le portail directement dans la ville mais c'est pas grave, je connais la subtilité qui permet d'aller en haut sans passer par l'alpinisme." Garmyr fit contourner le portail à sa dulcinée et sans attendre que les deux vagabonds ne vienne lui ouvrir, il l'enclencha et le passa avec sa tendre. Le portail se ferma juste derrière eux alors que sous les yeux du couple, la longue avenue de pierre se déroulait. Sans vraiment savoir pourquoi, le ciel était déjà au crépuscule. Il avaient du trainer plus longtemps au lit qu'il ne l'avaient pensé. Enfin bref, GArmyr ne se formalisa pas et saisit sa petite amie par la taille et déposa un long et doux baiser sur ses lèvres. "C'est pas vraiment ce à quoi on aspire quand on est marins... Mais je te présente ton second chez toi." Un large sourire amoureux étira les lèvres du demi-humain alors qu'il plongeait ses yeux dans ceux de sa dulciné.

_________________

The affraid man said: "This ain't no place for no hero!!!!!
It's okay mate... Don't worry... I am no hero... I am only the end."
Answered the masked man...


Garmyr's Theme


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Mar 25 Nov - 11:16

Ils passèrent par un second portail, et une longue allée de pierre se dévoila devant eux, sorte de haie d’honneur de la montagne. Le vent balayait la ville glacée plongée dans la pénombre. Aëlia ne put s’empêcher de frissonner. De plein jour, cela aurait été bien plus agréable, sans doute, mais là, à cet instant précis, elle trouvait cette ville froide, pas du tout accueillante, lugubre et fantomatique. Les toits en coques de bateau lui évoquaient un antique naufrage, les murs de pierre, des pierres tombales, le vent glacé, le souffle de la mort. Un long frisson secoua sa colonne vertébrale. Et lui, lui avait l’air tellement heureux d’être là, il semblait à l’aise, il était chez lui ici, comme elle était chez elle sur les océans. Elle ne put rien lui dire, rien lui transmettre, et se contenta de lui sourire, et de se serrer contre lui. Elle hocha légèrement la tête.

- C’est là où tu as grandi ? C’est là que vit Mjöll ?

Il lui en avait déjà beaucoup parlé, mais la jeune fille ne la connaissait pas encore.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garmyr
Le rugissement glacé du Berzerk
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 26
Localisation : Artgard

Votre personnage et ses relations
Âge: 21
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Jeu 27 Nov - 11:29





Qu'est-ce qu'il s'était passé? Pourquoi fallait-il qu'il en soit ainsi? Garmyr se le demandait. Où irait-il maintenant? Qu'allait-il faire? Pourquoi la fatalité s'en prenait-elle à lui aussi durement lui prenant tout ce qu'il avait? Etait-il punis pour un quelconque pêché? Avait-il provoqué les mauvaises personnes?

Garmyr se contenta de sourire et de hocher là tête pour intimer à sa petite amie que oui, Mjöll vivait par là. Il était tellement tiraillé par l'excitation de présenter Aëlia à Mjöll qu'il en avait oublié de préciser que normalement la ville était bien plus vivante que maintenant. C'était juste parce qu'à cette heure dans la saison précédente, il faisait trop froid pour sortir. Mais il fallait dire que ça allait pas si mal en cette soirée et bien qu'il ne fusse personne dans la rue, les petits vitres des maison brillaient d'une douce et chaude lueur vacillante tandis que les cheminées recrachaient toutes des volutes de fumées démontrant bien que la ville n'était pas abandonnée. Garmyr se saisit de la main d'Aëlia lui lançant un regard heureux et amoureux, tentant de lui transmettre la joie qui traversait son esprit alors qu'il marchaient tranquillement remontant l'avenue vers la taverne de Mjöll.

Maintenant il avait une plaie béante au ventre. Mais le porteur de la lame s'était bien assuré à ce quelle ne le tue pas... Ce n'était qu'un avertissement... Pourquoi? Si seulement Garmyr le savait... Il n'avait pourtant rien fait de mal... Il était simplement un bon fils et un amoureux transit par sa petite amie... Pourquoi fallait-il qu'il en soit ainsi? Avait-il provoqué quelqu'un qui voudrait se venger?

Les odeurs de la ville bien que peu différentes étaient quand même devenue chaleureuse, il s'était rajouté une bonne odeur de viande grillée et de parfums. Il avait finalement réussit à rassembler tout les villages des montagnes pour en faire une grande ville et il ne doutait pas que sa petite amie suivait le cours de sa pensée, qu'elle voyait tout ce qu'il avait traversé pour en arriver là, chef du village d'Artgard. Les peuples unis des montagnes Deimos. Les Artgarois. Dire qu'à la base, c'était des immigrant du grand nord sur leurs drakkars qui avaient battis cette ville, il était indéniable que Garmyr avait la mer dans le sang, être sur l'eau c'était comme se trouver dans cette ville ou comme de se battre. C'était vraiment ce pourquoi il était fait. Il arrivèrent finalement au carrefour où les deux avenues principales se croisaient. Garmyr montra du doigt la route à leurs droite qui descendait d'une vingtaine de mètres sur trois ou quatre cent mètres.

Garmyr rampa sur quelques mètres laissant derrière lui une fine trainée de sang, il rampait vers le corps encore chaud qui était devenu définitivement pâle à cause de l'anémie. Une paire de botte coquées le frappa de pleins fouet à la tempe. Alors qu'il roulait sur quelques mètres, il ne quittait pas des yeux le corps de la personne qui lui avait été enlevé. Quand il eut finis de rouler bouler, il se remit à ramper vers la femme étendue sur le dos les yeux ouverts. Garmyr ne sentait pas le liquide chaud qui lui coulait à présent de l'arcade sur le visage. Son oeuil était déjà fermé à cause d'un autre coup. Avait-il provoqué tout ça?

"Là-bas, au loin, il y a un portail qui mène un peu plus loins derrière les montagnes, et sculpté dans la roche... Y'a le port d'Artgard." Le sourire de Garmyr s'élargit alors qu'il caressait doucement la joue de sa compagne. "Dans ce port se trouve le dernier navire de mes ancêtre, l'un des navire qui orne les maison de leurs coque, la preuve que je suis aussi issu d'un peuple de marins." Le large sourire de Garmyr s'adoucit alors qu'il déposait un énième baiser sur les lèvres d'Aëlia. Il lui resaisit la main et marcha quelques pas quand il remarqua trois silhouettes noires au loin. Garmyr huma l'air. Il connaissait ses trois odeurs... Garmyr fixa Aëlia et lui intima "Attends y'a un truc bizarre là. Bouge pas." Garmyr laissa Aëlia derrière lui et pressa le pas, il ne pouvait se résoudre à croire ce qui se passait devant ses yeux. C'était pas possible qu'ils soient là avec elle... Comment c'était possible... C'était pas possible hein?

Garmyr rampait inexorablement vers la personne sans vie qu'il avait tant aimé. Il rampait doucement, laborieusement... Il risquait de perdre conscience mais cette vision cauchemardesque l'en gardait alors qu'il touchait du bout des doigts la personne étendue sans vie. La femme toute vêtue de noir qui se délectait de cette scène se pencha doucement sur le corps brûlant de son fils. "On se revoit bientôt mon fils, n'oublie pas de ramener Sinistra la prochaine fois, sinon tu n'auras aucune chance." C'est ainsi que les silhouettes de ses bourreaux disparurent dans l'obscurité. Il ne les avait pourtant pas provoqué...

Il n'y avait plus aucun doute. Ulrik et Eve étaient avec Mjöll... Comment c'était possible? Garmyr se mit à sprinter quand il arriva finalement suffisamment près pour qu'Ulrik lui lance un "Stop." Garmyr stoppa immédiatement sa course voyant qu'il tenait sa lame sous sa gorge. La femme qu'il avait déjà vu sur les montagnes Demeter s'approcha doucement de lui d'une démarche séductrice que Garmyr ne remarqua pas un instant. Le regard enjôleur elle mima de tourner sa tête de droite à gauche tout en relevant les bras. Garmyr ne comprit pas un instant pourquoi elle faisait ça à une trentaine de centimètres de lui mais il était tenu immobile par la peur qu'il arrive quelque chose à Mjöll. D'un autre point de vue, comme un point de vue bien plus en arrière, d'une distance où on ne distingue que des ombres, on jurerait que la femme était en train d'enlacer Garmyr et de l'embrasser à pleine bouche... "Qui c'est ta jolie compagne de route Garmyr? Je peux aller la saluer moi aussi?" Garmyr se souvenait de ce qu'elle lui avait fait avec son sang. Elle l'avait soigné mais... Il n'avait aucune confiance en elle. Garmyr se retourna alors vers Aëlia,  fixant sa petite ombre au loin, réfléchissant à comment la protéger de la rage orgueilleuse d'Ulrik. Il pensa alors avec force dans sa direction pour qu'elle entende sa voix. "Ne cherche pas à savoir Aëlia. Je t'ai mentit sur toute la ligne. Tu n'étais qu'une distraction. Mais maintenant c'est finit. Ne cherche pas à me retrouver..." Le coeur de Garmyr se serra alors qu'il voyait l'ombre faire demi-tour et disparaitre.

Garmyr passa doucement ses doigts sur le visage de la femme qui avait perdu la vie pour une idiotie. Il caressa doucement sa joue priant ses ancêtres pour qu'elle retrouve le seul homme qu'elle avait jamais aimé et qui avait été l'un des pères de Garmyr. Ses doigts tremblant se posèrent alors sur son front. Il descendirent alors doucement pour fermer les deux miroirs de l'âme qui avait définitivement quitté le corps. Il déposa un dernier baiser sur le front de la femme alors que des larmes brulants dévalaient ses joues meurtries par les coups... Il ne les avait pourtant pas provoqués...

Une fois Aëlia disparue. Garmyr se retourna avec la ferme intention de se battre... De se venger pour cette souffrance... Mais il sentit le fil d'une lame lui creuser une entaille dans le ventre alors qu'il prenait en consécutif un coup de poing sur l'oeil gauche qui le fit décoller et rouler bouler plus loin sur les larges pavés de la ville. Un hurlement déchirant fendit l'air... Garmyr sauta sur ses pieds malgré la douleur et c'est là qu'il le vit. La femme brune tenait Mjöll. Une longue griffe rouge se dessina sur un de ses index et lentement... Elle la passa sur la gorge de Mjöll dessinant une longue ligne rouge... Une ligne rouge qui s'étendait vers le sol... Le liquide de vie coulait des artères de Mjöll la privant de tout mots... Garmyr reçut plusieurs autres coups qui le clouèrent au sol...

Finalement, Garmyr se redressa laissant derrière lui le cadavre de sa mère bien-aimée. Il marcha en titubant vers la sortie de la ville par laquelle ils étaient entrés. Il se dirigerait à nouveau vers Minos... Il n'y avait plus qu'une seule personne qui était sa famille de près ou de loin. La seule personne qu'il avait réellement considéré comme son père. Le vieux papy décrépit qu'il aimait tant. Garmyr rejoignit le portail d'Artgard se retournant et remarquant qu'il y avait déjà attroupement autour de Mjöll.. Elle était en bonne main.... Il ne les avait pourtant pas provoqués...



_________________

The affraid man said: "This ain't no place for no hero!!!!!
It's okay mate... Don't worry... I am no hero... I am only the end."
Answered the masked man...


Garmyr's Theme


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]   Jeu 27 Nov - 15:17

Il l’embrassa, ils avancèrent, et elle distingua trois silhouettes. Une d’homme, grande, imposante, aux épaules très carrées, dégageant une force impressionnante, et deux de femmes, une qui, malgré une ossature solide semblait fragile, en situation de détresse, l’autre assez petite, plantureuse aux cheveux longs. Garmyr marqua un temps d’arrêt, et soudain le bonheur qu’il tentait de lui transmettre s’évanouit, remplacée par l’inquiétude, presque la panique.  Il la planta alors là, comme on laisserait un objet, ou un animal dédaigné. Une bouffée d’indignation l’envahit. Elle était là pour l’aider dans les épreuves. Son étonnement passé, elle fit deux pas vers eux. La suite l’interrompit.
Cette petite femme s’approcha de Garmyr immobile, encore effrayé, et l’embrassa. La pirate eut la sensation que son corps se vidait d’un air brûlant, vicié. Elle eut mal, d’un seul coup dans ses muscles, dans tous ses muscles. Puis elle reçut la pensée de Garmyr, tout en sentant toujours la peur. La douleur s’étendit aux os. Elle comprit qu’il se passait quelque chose, et alors que les larmes sur ses joues gelaient, elle fit demi-tour, et repassa le portail, le plus vite possible, avant d’aller retrouver Alban, et de s’écrouler dans ses bras, en larmes, incapable d’articuler un traitre mot.
Le capitaine dut fouiller l’esprit de sa petite sœur lovée contre lui, qu’il tentait de calmer, comme il l’aurait fait lorsqu’elle était enfant, pour comprendre ce qu’il s’était passé. Il se sentit bouillir. Pourtant, il ne dit rien, et épongea son chagrin, s’enfermant avec elle en cabine. Il n’en sortit pas durant de longues heures. Aëlia mit beaucoup de temps à retrouver son calme. De plus, elle souffrait, physiquement parlant. La douleur sourde de ses muscles, ses os était toujours là. Les larmes gelées sur ses joues lui avaient brûlé la peau.
Lorsqu’enfin sa capacité de réflexion lui fut revenue, elle se dit qu’il lui avait menti, évidemment, quand il lui avait dit qu’il avait menti. Elle l’aurait senti, enfin ! Et qu’est-ce que c’était que cette peur ? Non, il était évident qu’il s’était retrouvé au pied du mur, acculé, forcé à une réponse rapide. Il avait opté pour cela. Peut-être que c’était pour sauver sa vie à elle ? Elle parvint à s’en persuader, et supplia son frère de rester. Garmyr reviendrait, dès qu’il se serait débarrassé de ces gens. Ils restèrent deux mois et demi au même endroit. Deux mois et demi durant lesquels Aëlia perdit peu à peu tout espoir et toute envie de vivre. Le jour où, au lieu de monter au mât pour le guetter, restant enfermée dans sa cabine, Alban décida qu’il était plus que temps de partir.
Les voiles se déployèrent et prirent le vent. Ils partaient en voyage. Un long voyage vers l’oubli et la joie.
Le pirate haïssait cet homme-ours, qui les avait tous floués. Si un jour il croisait sa route, il le tuerait, quitte à y laisser sa vie. Il avait trahi sa sœur, certes, mais il avait aussi trahi sa confiance, et tout l’équipage. Il avait entaché leur honneur à tus, et méritait la mort. Il était faux, il était fourbe, il était mauvais. Il les avait tous floués, tous trahis, tous fait souffrir.
Si sa sœur avait eu le cœur brisé par cette rupture, lui n’en voyait que sa rage décuplée par toute cette douleur. Mais il ne savait pas encore ô combien cette douleur durerait, sur quels chemins elle les emmènerait.
Il se jura qu’il protègerait sa sœur, qu’il serait présent pour elle, qu’il y ferait attention, encore plus. Il se jura que plus jamais il ne laisserait un homme la briser ainsi. Oh, oui, évidemment, elle vivrait, tout à fait normalement, avec des hommes, avec un homme. Mais il ferait attention à lui, il lui parlerait, dès le départ. Il le tuerait s’il le fallait, pour la protéger, la protéger d’elle-même. Il en ferait son second officiel, l’impliquerait plus dans les quêtes au trésor, les chasses et les voyages. Il la ferait exister autrement qu’à travers l’amour et la douleur.
Les mains serrées sur le gouvernail, Alban Merirosvo fit virer L’Envolée vers l’Ouest, laissant ses larges voiles se gonfler de vent marin. Les goélands tournaient joyeusement autour du navire, le ciel était azur et la mer céruléenne. C’aurait pu être un beau voyage, pourtant.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Viens Aëlia, marchons vers la fatalité. [pv Aëlia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marchons, camarades... marchons vers Angrenost !
» Viens vers moi et Rpons ensemble ♥
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysion :: Archives-
Sauter vers: