Forum RPG science fantasy
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 15 Déc - 22:53

Il y a un seul point commun entre l'ennui et la peur : ils font faire n'importe quoi, pourvu que l'on cesse de les ressentir. Et Isaac, depuis sa petite entrevue avec Eden, était plongé dans un ennui profond. Il ne trouvait plus aucune distraction dans les activités du marché noir. Il avait remis sa maison en ordre, elle en avait bien besoin après un siècle d'abandon, bien qu'il eut trouvé sa salle de bain dans un état sanglant, ce qui l'avait relativement étonné. A l'aide d'un tarima ayant mystérieusement disparu dans la nature depuis, il avait nettoyé et rangé sa petite habitation et cherchait désormais une occupation pour ses journées.

Et il avait trouvé.
Ce n'était ni un bon plan ni une bonne idée.
Mais très amusant, dans tous les cas.

C'est pour ça qu'en cette froide nuit d'hiver, il se retrouvait devant le palais de Minos...Pour la seconde fois. Il avait du s'équiper cette fois, un peu plus que pour sa première visite à la personnalité royale de ce château. Outre le fait qu'il avait du récupérer un autre manteau, il s'était également procurer une longue corde et une sorte de grenade remplie d'un gaz...endormant. Il se retrouva sous la même fenêtre que la dernière fois et eut un sourire quand il constata qu'il y avait deux gardes qui y étaient postés. Il escalada le mur, en se faisant plus discret qu'à sa dernière visite : se faire repérer casserait tout le côté amusant de cette activité ! Une fois arrivé au rebord, il s'y agrippa et, utilisant toute la force de son bras, il balança sa grenade, brisant la fenêtre. Le gaz se répandit, emmenant les deux gardes dans les bras de Morphée.
La Reine était là, plongée dans un sommeil encore plus profond, belle comme un ange. Elle lui avait...manqué...Son absence avait déclenché chez lui un sentiment qu'il ne connaissait pas. Il voulait la revoir et maintenant, elle était là, face à lui, ses cheveux roux entourant son visage presque enfantin. Sans plus attendre, il attacha sa corde au bord de la fenêtre, la laissant pendre le long du mur. Il ôta les couvertures qui couvraient Beldura et la porta dans ses bras, avant de la poser sur son épaule. Elle était légère comme une plume, il n'eut aucun mal à descendre en rappel le mur du palais et de s'enfuir dans la nuit noire.  

En cette froide soirée d'hiver, Isaac Eksezkiel avait enlevé la Reine de Minos, Beldura Glow. En ne laissant qu'un simple mot dans le lit royal: "Je vous la rend bientôt...En quelque sorte."

Il avait mis tout le reste de la nuit à retourner chez lui et avait d'ailleurs du rendormir la jeune femme à coup de chloroforme. Sa maison ne lui ressemblait pas : jonchées de livres du sol au plafond, il y avait peu de place pour des meubles, sauf d'immenses bibliothèques qui recouvraient le moindre pan de mur. Le salon et la cuisine n'était qu'une seule grande pièce et certainement la plus épurée et la mieux rangée. Une petite porte menait au bureau d'Isaac où il entreposait tous ses souvenirs de voyages, qui étaient nombreux, et où il écrivait toutes ses recherches. Une grande armoire en bois lui servait à ranger toutes ses armes. A l'étage, car il y en avait un, il y avait la salle de bain et l'unique chambre de la maison. C'est là qu'il déposa Beldura, riant à l'idée de la tête qu'elle allait avoir à son réveil. Il se décida à la laisser dormir paisiblement pour retourner dans son salon, afin de finir sa lecture d'un rapport sur les puissances élémentaires. Il attendait patiemment que sa royale invitée s'éveille, pour sans doute lui faire une belle crise de panique.


Dernière édition par Isaac Eksezkiel le Mer 20 Juil - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 24 Déc - 13:59

Elle avait cru voir quelque chose. Mais la noirceur caractéristique du sommeil l’entoura soudainement, la ramenant voir ce vieux pervers de Morphée. Elle rêvait qu’elle était emportée hors du château, dans une belle et grande maison au loin … Elle se réveilla en sursaut mais la bouche pâteuse et la tête bourdonnante comme si …
Qu’est-ce que c’était que ce décor ? La salle était plus exiguë, les murs moins haut et le plafond plus proche ; Les draps étaient doux et propres, mais certainement pas soyeux comme les siens. Elle se redressa. Son cœur battait vite. Il faisait grand jour. Ce n’était pas son heure de réveil. Et sa bouche était toujours aussi pâteuse, sa langue aussi lourde ... Ce n’était pas normal. Ce … N’était … pas … normal.
C’est alors que la porte s’ouvrit, à l’instant où Belle réalisait que peut-être, c’était un truc du style enlèvement ou … et un homme s’encadra dans la porte. Grand, immense même, cheveux très longs et noirs, visage beau et fin, carrure altière.
Lui.
Elle s’évanouit. Son corps entier venait de lâcher prise sous l’effet de la panique et de la compréhension.
Sa tête rousse heurta la tête du lit alors qu’elle tombait. Rien ne la réveilla. Elle venait d’effectuer une magnifique plongée dans les brumes de l’inconscience.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Lun 3 Fév - 23:57

Et voilà qu'à peine réveillée, la jolie Reine de Minos s'évanouissait rien qu'en l'apercevant. Il avait décidé d'aller voir si elle avait enfin quitté les bras de Morphée. Eh bien, elle les avait quitté mais y était retournée directement. Le choc, sans doute : aussi belle soit-elle, la jeune femme n'était pas un modèle de courage. Enfin, comme lors de sa première rencontre avec sa demoiselle, il ne craignait pas une rébellion...
Il partit dans la salle de bain, pour chercher des sels et lui agiter sous le nez, pour qu'elle se réveille vraiment cette fois. Il en profita pour vérifier si sa tête n'avait rien. Elle ne risquait pas de se faire grand mal mais parfois les femmes sont surprenantes. Après avoir agité l'ingrédient magique sous les narines royales, il s'installa dans un fauteuil en face du lit, son éternel sourire moqueur plaqué sur son visage.

« Allez, on se réveille, votre Majesté...Je ne vous ai pas trop manqué, j'espère ? »

Il se demanda dans quel état était Minos à l'heure actuelle...Leur précieuse majesté, enlevée par un fou psychopathe...Il aurait bien poussé le vice jusqu'à leur envoyer une demande de rançon accompagnée d'un doigt ou d'un oreille mais mutiler une aussi jolie fille aurait été un péché, dans la tête d'Isaac du moins...Enfin, il pourrait toujours envoyer le doigt de quelqu'un d'autre...
Elle ne devait pas avoir les idées bien claires à cause du chloroforme mais elle avait sans doute compris la situation...ou du moins, elle se l'imaginait. Il espérait que les sels l’empêcherait de s'évanouir de nouveau, il aurait bien aimé savoir comme elle allait se comporter face à cet enlèvement, qui n'était qu'un jeu pour le simili. Il pensait la garder une semaine...Peut-être deux...Que la garnison royale ait le temps de s'affoler, de paniquer et de fouiller Minos de fond en comble avant de s'attaquer aux autres continents. Et au moment où ils seront devant chez lui, en supposant qu'ils y arrivent un jour, il aurait déjà ramené la jeune Reine au portail de Minos pour qu'elle puisse gentiment retourner chez elle. Sur ces détails là, son plan était plus que réfléchi.

La seule partie qui restait floue, et c'était la plus amusante, c'était sa cohabitation avec son invitée. Par galanterie, il avait décidé de lui laisser sa chambre, pour également éviter une crise d'angoisse et un évanouissement minimum par jour. Mais le reste du temps ? Même s'il pouvait être le plus respectueux des hommes envers la gente féminine, parfois les pulsions sont plus fortes que les civilités. Ah, décidément...Il allait bien s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Jeu 6 Fév - 18:21

Une odeur forte s’instilla dans les brumes. Ca puait. Vraiment. Tellement que la reine fut tirée de son sommeil.
Elle ouvrit les yeux lentement, se sentant encore pâteuse. Elle se rappela cependant immédiatement où elle se trouvait. Dans une maison inconnue, très certainement chez cet homme, cet immense homme brun qui l’avait enlevée. Elle déglutit difficilement. Il était là face à elle, très calme. Il la regardait, avec des yeux légèrement moqueurs, un peu ironiques peut-être. Oh, oui, il devait la trouver ridicule, et bien s’amuser, lui. Elle, elle mourrait de peur. Elle ramena ses genoux contre sa poitrine, se colla au sommier du lit, le plus loin possible de lui, le plus petite possible. Elle savait ne pas pouvoir lui échapper. Elle avait la sensation que jamais elle ne pourrait lui échapper s’il ne le décidait pas, elle se savait prisonnière. Ses mains moites tremblaient contre ses mollets, ses dents claquaient légèrement les uns contre les autres, elle sentait un peu de sueur se former dans son dos et sur son front. Son cœur battait bien trop rapidement malgré son évanouissement, et elle sentait qu’elle perdait ses moyens. Des larmes replissaient ses yeux. Elle n’osait pas répondre à sa question. Aucune réponse ne serait la bonne, de toute façon. Elle l’avait vu partout, il l’avait hantée jour et nuit, elle avait tremblé de le retrouver, mais non, il ne lui avait pas manqué. Jamais. Pas une fois. Enfin, maintenant, au moins, ses peurs étaient justifiées. Il était là. Il était face à elle.

- Que … que … que me voulez-vous ? Pourquoi m’avez-vous enlevée ? Que m’avez-vous fait ?

*Qu’est-ce que je fiche ici ? C’est chez vous ? Pourquoi m’avez-vous emmenée ici ? Qu’avez-vous l’intention de me faire ? Et puis vous êtes qui d’abord ? Combien de temps voulez-vous me garder ? Où sommes-nous ?  D’où sortez-vous ?*

Evidemment, que très peu de questions n’arrivaient à sortir de sa bouche, et son attitude complètement apeurée ne devait guère leur donner d’impact. Et puis, c’était un méchant. Ses jolis yeux ne l’aideraient pas à se sortir de là.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Jeu 6 Fév - 22:48

Il regardait d'un air presque attendri cette petite créature se replier sur elle-même, espérant peut être rentrer dans une coquille imaginaire. Mais évidemment, ce qu'Isaac pouvait laisser paraître sur son visage n'était que très rarement ce qu'il ressentait réellement. Et dans le cas présent, il était plus amusé qu'attendri. Et sa nature perfide reprit le dessus : elle voulait s'éloigner de lui ? Très bien, il se rapprocherait jusqu'à ce qu'elle comprenne que le fuir était la dernière des choses à faire si on voulait être tranquille. Toujours avec la même nonchalance, il se leva pour s'asseoir juste à côté d'elle. Il se cala contre la tête de lit, étendit ses jambes avant de les croiser l'une sur l'autre. Il chercha son briquet et une cigarette dans une de ses poches de pantalon. Oui, parce qu'en plus c'est un toxicomane. Il prenait tout son temps, sans cesser de la regarder, savourant le silence de la pièce, uniquement brisé par les claquements de dents de la jeune femme. Et vu qu'il était à quelques centimètres d'elle, elle devait être à deux doigts de lui faire une crise cardiaque. Il souffla sa fumée de cigarette au dessus de la tête rousse, avant de se décider à répondre à ses questions.

« Je ne vous veux rien en particulier. J'ai juste envie de faire paniquer un peu votre gouvernement, c'est une activité que je trouve très distrayante. Quant à ce que je vous ai fais... »

Il laissa volontairement planer un silence, guettant l'infarctus dans les yeux flamboyants de son interlocutrice. Ah, les femmes ! Il suffit qu'on les drogue un peu pour qu'elles s'imaginent le pire. Mais le Simili n'était pas de ce genre là. Il préférait clairement une fille qui se débat à une complètement endormie. Même si le plus pratique restait quand même quand elles étaient consentantes. Oui, cette façon de penser est complètement horrible mais le narrateur n'y est pour rien si ce personnage est un monstre. Isaac eut un rire moqueur avant de recentrer son attention sur la Reine.

« Mais non, je ne vous ai rien fais, allons...Enfin pour l'instant ! Sauf si, bien sûr, vous considérez que vous faire respirer du chloroforme et vous enlever pendant la nuit est une atteinte à votre royale personne...Ce en quoi vous n'auriez pas tout à fait tort... »

Il commençait à se demander si elle, ou plutôt son cœur, allait résister plus de trois jours ici. Vu comment elle semblait paniquer rien qu'en le voyant...Il fallait peut être qu'il prévoit un moyen de contacter rapidement un guérisseur si jamais elle le faisait vraiment, son infarctus...

« D'autres questions, Majesté ? » Il continua de fumer sa cigarette, attendant patiemment de voir si elle arrivait encore à articuler en étant si proche de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Sam 8 Fév - 17:24

Elle le regarda se lever. Elle le regarda s’approcher, se mettre très, très près d’elle, assis sur le lit. Il se mit contre la tête du lit. Il allongea ses jambes. Mon dieu e qu’il était grand … Elle devait faire au moins vingt centimètres de moins que lui, si ce n’était plus encore. Ses jambes étaient immenses, interminables. Tout de noir vêtu, il l’impressionnait, et portant elle ne pouvait s’empêcher de penser à Monsieur en le voyant. Elle baissa les yeux. Elle entendit le feu. Le feu.

Le feu.

Elle mit sa tête entre ses jambes, oreilles collées aux genoux, afin de bloquer les bruits. Ce crépitement était horrible à ses oreilles, il lui rappelait bien trop de souvenirs. Elle sentit des larmes commencer à dégouliner le long de ses joues. C’était trop … Beaucoup trop … Elle entendit le son de sa voix, et voulant avoir des réponses, et surtout, ne pas risquer un nouveau rapprochement. Elle redressa donc la  tête avec une certaine raideur et sentit la fumée. Une quinte de toux irritée se déclencha, faisant jaillir de nouvelles larmes. Elle entendit cependant ce qu’il lui disait, quoique ce ne fut pas parfaitement distinct, du fait des battements de son cœur et du bourdonnement qu’ils provoquaient dans ses oreilles.  Il l’avait donc enlevée par loisir. Il ne lui voulait rien en particulier. Et il ne lui avait rien fait de vraiment méchant, méchant, méchant. Enfin … Si elle pouvait se fier à ses paroles ce dont elle doutait.
Elle ne le regardait pas. D’abord par ce qu’elle ne voulait pas lu montrer ses larmes. Ensuite parce que ce visage la mettait mal à l’aise. Enfin, parce que le bout rougeoyant de la cigarette la paniquait. C’était du feu. C’était dangereux. Il pouvait lui faire très mal. Il pouvait trop faire brûler. Elle avait toujours la sensation d’entendre ce crépitement. Lorsqu’il lui demanda si elle avait d’autres questions, toujours roulée en boule, tête tournée sur le côté par rapport à lui, de sorte qu’il ne pouvait voir qu’un tiers de son visage – enfin un tiers : ce qui, du tiers, n’était pas masqué par la chevelure rousse de la jeune femme qui, détachée, s’organisait tout autour de son visage avec une harmonie tout à fait relative, mais qui pouvait faire un joli effet si elle acceptait d’être regardée – elle secoua la tête comme une enfant triste, recroquevillée comme un animal blessé. Elle était terrorisée. Un enlèvement, un homme cauchemardesque, du feu … C’était ben trop pour Beldura Glow qui sentait son estomac se soulever dangereusement par spasmes régulier. Si Isaac avait pu la voir, il aurait assisté à un spectacle désolant. Ses yeux étaient rougis par le chloroforme, le manque de sommeil et les larmes, des cheveux roux s’étaient collés à ses roues en mèches cuivrées mouillées, l’eau salée maculait son visage. Ce même visage qui, déjà ordinairement pâle était livide de peur, les lèvres serrées pour tenter d’empêcher la bile de trop remonter. Par endroit, on aurait pu croire qu’elle verdissait, ou bleuissait selon les veines. Elle était dans un sale état. Sa peau était glacée, ses muscles étaient tétanisés et durcis par la peur. Son estomac se convulsait en spasmes. Son bas ventre la faisait dangereusement souffrir et elle sentait sa vessie se manifestait. Elle tremblait.

La Reine de Minos était aussi pitoyable que n’importe quelle fille des rues atteinte de la fièvre. En moins sale et mieux vêtue peut-être.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 9 Fév - 18:53

Elle ne le regardait pas et, visiblement, elle ne voulait pas qu'il la regarde. Elle le fuyait. Il adorait quand les filles le fuyaient. Il trouvait que cela les rendaient encore plus charmantes qu'elles ne l'étaient déjà. Mais pour le coup, il sentait qu'elle n'allait pas bien du tout : de ce qu'il pouvait voir, ses muscles étaient tendus, elle avait l'air d'avoir des sueurs froides et elle avait également renoncé à la parole visiblement. Il eut envie de rire quand il l'entendit tousser à cause de la fumée, quelle fille sensible décidément, et il lui sembla voir quelques larmes chuter de son visage qu'il n'apercevait que difficilement. Un prince charmant aurait sans doute sécher ses larmes, lui aurait pris galamment la main et lui aurait dit tout plein de belles paroles à vous faire battre le cœur d'une nonne, en lui promettant monts et merveilles.

Mais on parle d'Isaac et Isaac n'est pas un prince charmant. Ou du moins, pas celui des contes pour enfants. Il se contenta de soupirer en levant les yeux, tant de sensiblerie ne l'atteignait pas le moins du monde, bien au contraire. Qui plus est, il ne pouvait pas se permettre de trop la martyriser s'il voulait la rendre intacte au palais. Il revoyait encore la scène du palais, où le stress avait fait qu'elle s'était elle-même mutiler les mains en s'y enfonçant les ongles. Il n'avait pas envie qu'une scène similaire, ou pire, arrive ici. Déjà parce que c'est lui qu'on accuserait pour toute forme de violence physique envers elle, même s'il n'avait rien fait. Sa tête valait déjà assez cher à Minos et il savait que cela n'allait aller qu'en augmentant, ce n'était pas la peine d'empirer encore plus la situation. Et puis ce n'était pas son but initial. Il n'avait pas prévu de lui faire du mal, ce qui est assez rare pour le dire, il voulait juste faire paniquer un continent tout entier pendant quelque temps.
Il finit par se lever, décidé à la laisser se remettre un minimum de ses émotions. Elle en avait besoin, c'est le moins que l'on puisse dire.

« Les règles sont simples : vous ne tentez pas de fuir, ni d'attenter à votre vie ou à la mienne et tout se passera à merveille. » Il appuya le dernier mot avec toute l'ironie dont il était capable. Il s'arrêta au niveau de la porte, tournant la tête une dernière fois vers elle. « La salle de bain est sur votre gauche en sortant. »

Une fois le seuil passé, il referma la porte derrière lui, pas à clef évidemment. Il descendit les marches de l'escalier quatre à quatre pour se réinstaller dans son canapé et reprendre sa lecture. Oui, tout allait se passer à merveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Jeu 13 Fév - 14:35


Il eut l’air de se rendre compte de l’intensité du malaise de la jeune personne face à lui. Il s’éloigna, se leva. Elle ne le regardait pas, mais elle avait l’impression de sentir l’air bouger tout autour d’elle tant elle était tendue. Elle l’entendit édicter ses règles. De toute façon, elle n’aurait pas eu le courage de l’attaquer. Ni celui de s’attaquer. Au moins, cela réglait leur pseudo problème.
Il s’éloigna un peu plus et lui indiqua la salle de bains. Elle n’eut pas le courage de dire merci. Sa voix était bloquée dans le nœud de sa gorge. Elle l’entendit descendre des escaliers –ceux-ci craquaient très légèrement- , puis aucun son ne lui parvint plus. Elle resta prostrée encore un certain temps, n’osant pas bouger. Elle avait peur de ce qui l’attendait dans la salle de bains. Mais, lorsque le tiraillement dans sa vessie de fit trop insistant, elle se leva. Puis se rassit, suite à une valse de paillettes noires, vertes, bleues, jaunes, rouges, brillantes, devant ses yeux. Sa tête tournait terriblement, elle ne se sentait pas bien. Elle attendit que ça passe un peu, avant de faire une nouvelle tentative. Ses pieds nus touchèrent le plancher ciré de la chambre dans laquelle elle se trouvait. Elle traversa la pièce d’un pas rapide, en sortit le plus discrètement possible, puis alla à gauche, et trouva la porte recherchée ; elle la poussa, et arriva dans la salle de bains, pièce blanche, carrelée, comportant baignoire-doche, toilettes et lavabo. Une seule serviette. Elle se précipita sur les toilettes, et ne put retenir un soupir de soulagement. Ce fut lorsqu’elle eut terminé qu’elle remarqua les petites taches sombres sur le coton blanc de sa culotte. Elle soupira, mais pas du tout de soulagement cette fois. Elle regarda autour d’elle, sans aucun espoir. C’était un homme. Il n’avait pas à avoir ces … choses chez lui. Elle déglutit, et attaqua le rouleau de papier toilette. Elle se refusait à tacher ses vêtements, se salir elle, et souiller les draps, ou le plancher, ou les fauteuils ou toute autre chose sur laquelle elle serait assise –ou attachée, après tout, elle ne savait pas vraiment quelles étaient les intentions de cet homme-là-. Une fois cette tache achevée, elle alla se laver les mains, tout en rêvant d’une douche. Elle avait trop peur cependant de se mettre nue ici. Il pouvait rentrer n’importe quand, et lui faire ce qu’il voulait. Pas que sa chemise de nuit n’empêcherait grand-chose, mais peut-être serait-ce moins tentant se disait-elle. Elle tourna le robinet pour faire couler l’eau, et se lava les mains, avant de se les éponger sur sa propre chemise de nuit, ne voulant pas risquer de déclencher une crise de colère ou de violence en utilisant celle de son hôte. Elle croisa son propre regard dans le miroir, et le détourna aussitôt, surprise et un peu effrayée par son visage froissé, rougi, aux cheveux collés contre la peau. Elle revint cependant sur le miroir, et se regarda. Ses cheveux roux étaient emmêlés, et répartis de façon un peu sauvage autour de son visage. Elle les remit en ordre à l’aide de ses doigts, qui boquaient parfois sur des nœuds un peu trop gros. En tirant, elle se faisait venir les larmes aux yeux, et bientôt, ceci cumulé au manque de sommeil et à la peur, ainsi qu’aux hormones déclencha des torrents de larmes, qu’elle ne put sécher qu’au bout de plusieurs minutes. Elle avait pleuré silencieusement, seule, comme avant, comme dans le noir … Elle frissonna en y repensant, mais ses yeux étaient secs désormais, et pleurer l’avait un peu libérée. Elle se passa de l’eau sur le visage, s’essuya de nouveau avec sa pauvre chemise de nuit qui commençait peu à peu à ressembler à une serpillère imbibée d’eau. Elle tressa ses cheveux rapidement, afin de ne plus les avoir sur le visage, se regarda une dernière fois de nouveau. Pitoyable était le seul mot qui lui venait à l’esprit pour se décrire.
Elle sortit, et revint dans la chambre, tira la porte derrière elle. A bien y regarder, elle se doutait que ce n’était pas une chambre d’amis, mais bien la chambre de l’homme qui l’avait enlevée. Les meubles étaient ceux d’un homme. Ils étaient de bonne facture, et manifestement anciens. Cependant, ils n’étaient pas très décorés, paraissaient très bruts. Et il manquait certains détails qui auraient pu trahir une femme. Par contre, certains autres le trahissaient, lui. Comme l’enfoncement du fauteuil, ou le léger creux du matelas, u bien encore les traces de griffures légères sur certains endroits. Ceci provoqua un frisson prononcé dans le dos de Beldura. Elle se frictionna les bras. Ayant fait ce constat, elle ne savait pas où se mettre. Aorès tout, cette chambre n’était pas du tout faite pour elle, et le maître de maison voudrait peut-être la récupérer. Cependant, la salle de bain et cette chambre étaient les deux seules pièces de la demeure auxquelles son ravisseur lui avait donné accès. Jamais il ne lui avait dit qu’elle pouvait aller ailleurs, ou ne lui avait indiqué où il comptait la loger, ou la séquestrer –quoique ce ne fut manifestement pas son intention : elle aurait déjà été enfermée sans cella, quoiqu’elle ne s’en rende pas compte-. Alors, elle resta là, debout, sans oser bouger, ni savoir quoi faire, sa chemise de nuit blanche et humide découvrant ses pieds nus sur le plancher.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Jeu 27 Fév - 15:06

On toqua à la porte. Et Isaac soupira. Etait-il condamné à ne pouvoir se concentrer sur son travail, sans être dérangé toutes les cinq minutes ? Mais son énervement passager disparut rapidement quand il vit la personne qui était là : son informateur. Il avait engagé un pauvre mendiant pour qu'il fasse l'aller-retour entre Elysée et Cruor au moins une fois par jour tant que son « invitée » serait ici, pour qu'il lui rapporte le plus d'informations possibles sur la situation à Minos. Il ne tenait pas à se retrouver avec toute une armée de gardes devant chez lui, sans y être préparé. Il donna quelques pièces au pauvre homme, qui lui tendit un journal et une affiche, avant de repartir aussi vite qu'il était venu. Le journal ne parlait que de l'enlèvement de la Reine et l'affiche était un appel à témoins, promettant une forte récompense à qui pourrait donner toute information utile. Rien de bien intéressant somme toute mais cela ne l'étonna pas : après tout, une journée ne s'était même pas écoulée depuis qu'il l'avait enlevée. Il décida de remonter voir sa royale invitée pour lui apporter ces nouvelles qui, il en était sûr, allait la ravir !
Sans frapper à la porte, il était chez lui quand même, il entra dans la pièce et s'étonna de la voir plantée au milieu de celle-ci, sans rien faire. Elle semblait vraiment mal en point. Mais vous l'aurez compris, la principale qualité d'Isaac n'était certainement pas l'empathie.

« Vous comptez rester ici sans bouger longtemps ? Je vous ai interdit de tenter de vous échapper mais vous pouvez circuler librement dans mon humble demeure. » Cette phrase sonnait faux mais peu importe. La contournant, il jeta les papiers qu'il avait dans les mains sur son lit, de façon à ce qu'elle arrive à lire les gros titres de là où elle était. « Elysée est en ébullition et je donnerai n'importe quoi pour voir la tête de vos conseillers. » La tête déconfite de sa royale invitée le fit rire et il s'installa dans son fauteuil. Il adorait ce fauteuil. « Allons, vous devriez être rassurée : s'ils trouvent de bons témoins, dans environ un mois il seront en mesure de vous retrouver. Courage, plus que trente jours en ma compagnie. »

Et Dieu sait ce qu'il aurait le temps de lui faire d'ici là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Sam 15 Mar - 16:19

Belle, debout, immobile comme tétanisée, regardait à l’extérieur. Elle ne sursauta et ne se retourna assez violemment que lorsqu’il entra et s’adressa à elle.  Circuler librement ? Voilà qui était intéressant … Ceci dit, elle risquait de tomber sur lui à chaque tournant, et il lui faisait peur, et … Elle lut les gros titres des journaux qu’il venait de jeter sur le lit. C’étaient là les journaux officiels d’Elysée. Et ils ne parlaient que d’elle. L’homme était recherché, par tous. Tous voulaient lui mettre la main dessus, mais évidemment personne ne savait qui il était.  Le ton de son ravisseur était railleur. Elle ne s’en soucia même pas. Elle n’imaginait pas vraiment ni Siffroy, ni Daël. Jamais ils ne penseraient que c’était là leur faute, jamais ils n’avaient choisi de vivre près d’elle et jamais elle n’avait réellement été proche d’eux. Jamais elle n’avait vraiment fait partie de leur univers. Jamais elle n’avait vraiment partagé quoi qe ce soit avec eux. Non. Elle, elle pensait à Aurore, à Sorga. A ses deux seuls amis. Et les imaginait lui brisait le cœur.
Aurore devait être complètement paniquée. Elle l’imaginait courir dans les couloirs, pour tenter d’avoir des informations que personne ne pourrait jamais lui donner, tenter de la trouver par tous les moyens, mais ne pas parvenir à sortir du château, ou à trouver aucun soutien. La château la protégeait d’elle-même : en sortant, elle risquerait d’activer sa malédiction. Et ce serait alors une catastrophe. Et dire que cet homme la recherchait, elle aussi … Elles partageaient beaucoup toutes deux.
Quant à Sorga, Belle n’osait pas l’imaginer. Elle savait combien sa souffrance devait être profonde, combien il devait s’en vouloir de e pas avoir su la protéger, cette fois encore.

- Sorga, oh … Sorga …

C’était un murmure tremblant qui était sorti d’entre ses lèvres. Elle ne l’avait même pas voulu. Plus elle pensait à lui, plus elle se sentait déchirée. A trois reprises, déjà, l’homme-lézard, n’avait pas été capable d’empêcher des intrus d’entrer chez elle, toujours la nuit. La première fois, il était resté avec elle ensuite, la rassurant. Ils avaient parlé, s’étaient rapprochés. La deuxième fois, il avait été mortellement blessé, mais sans son intervention, qui sait ce que l’autre lui aurait fait. Des larmes perlèrent au coin de ses yeux. Et cette fois … cette fois elle s’était évanouie dans la nature, tout simplement. Elle tenait à lui, énormément, et savait parfaitement ô combien ceci devait l’affecter. Elle grimaça, soupira. Elle regarda du coin de l’œil son ravisseur, assis dans son fauteuil. Elle le haïssait et le craignait tout à la fois, mais d’une certaine manière, d’une manière horrible, il la fascinait. La fascination de la répulsion. Il la regardait d’un air narquois tout à fait détestable. Et elle prit conscience que quelques secondes avant, il lui parlait. Elle n’avait rien entendu. Rien écouté. Elle pensait trop à Sorga. Aussi, mis à part la brillance de ses yeux, elle ne réagit pas à ses paroles. Son esprit était ben trop tourmenté, par ceux qu’elle avait laissés derrière elle, au palais.  

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 27 Avr - 1:34

Elle ne l'écoutait pas. Isaac n'appréciait pas qu'on ne l'écoute pas. Et en plus, elle mentionna un autre nom...masculin...De qui parlait-elle ? Qu'il sache s'il devait l'ajouter à sa liste des personnes à éliminer ou non. De toute façon, il ne craignait pas qu'on le retrouve même s'il était déjà soupçonné. Il fallait être logique : les gardes allaient prioritairement fouiller Minos. Et il leur faudrait une autorisation pour faire des recherches sur les autres continents. Et vu les tensions qui régnaient entre ces derniers, ils n'étaient pas prêts de l'obtenir.  Il la regarda. Elle semblait moins en état de panique que quand il l'avait laissée tout à l'heure mais elle ne respirait pas la joie de vivre pour autant. Ses yeux brillaient et il supposa que les larmes n'étaient pas loin. Il ne s'en étonna même pas et ne prit pas le temps de s'attendrir sur le sort de la pauvre jeune femme. Penchant la tête pour essayer de capter son regard, il lui demanda d'une voix autoritaire :

« Qui est ce Sorga ? »

Pas de réponse. Il soupira. Il voulait une réponse. Et il n'était pas un modèle de patience. Alors, il se leva lentement pour se rapprocher d'elle. Elle ne le remarqua pas. Enfin, c'est ce qu'il supposa, vu que son regard ne bougea pas. La jeune reine semblait tout à coup plongée dans des pensées sans doute tumultueuses et qui faisaient, qu'à l'heure actuelle, elle l'ignorait royalement...Sans mauvais jeu de mots. Il laissa échapper un petit rire. Il la regarda à nouveau puis, sans crier gare, il l'attrapa violemment par les épaules, pour être sûr de capter toute son attention cette fois-ci. Ses mains glissèrent ensuite vers le haut des bras de la jeune femme, les empoignant fermement.

« Je vous ai posé une question. Répondez-y. »

Il ne parlait pas fort mais le ton de sa voix était mauvais, autoritaire. Qui plus est, il serrait de plus en plus fort les bras frêles de Beldura, volontairement, évidemment. Si elle ne se décidait pas à lui répondre, elle aurait sans doute de beaux hématomes en souvenir...Outre le fait qu'elle allait commencer à avoir mal dans quelques secondes, bien sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 27 Avr - 17:51

Il lui demanda qui état Sorga. Le fait qu’il l’évoque la plongea encore plus dans la confusion. Elle ne savait que lui dire. « L’homme que vous avez failli tuer la dernière fois. » ? « Mon meilleur ami. » ? « Mon garde du corps. » ? « Mon homme-lézard personnel et unique. » ? Non, de tout cela rien n’allait, rien, rien du tout. De nouvelles larmes montèrent, faisant encore plus briller ses yeux. Elle se sentait incapable de répondre, et il dut croire qu’elle l’ignorait, puisqu’il l’empoigna par les épaules, puis par les bras, serrant, menaçant, son visage bien trop proche de celui de la jeune reine terrifiée. Il ne lui parla pas fort. Mais elle trembla à ce son. Il serra plus fort, ne voyant pas de réponse arriver. Elle eut plus peur, et mal surtout, de plus en plus. La panique se fit plus forte. Elle ne sentit même pas la chaleur monter, tendit la main vers l’homme, pour le repousser, ou tenter de le tenir éloigné. Elle l’appliqua contre son cœur sans le vouloir.
Il y eut un temps de Flottement.
Puis elle entendit comme un grésillement et une drôle d’odeur, et comprit. Elle enleva sa main dans un cri, effrayée d’elle-même, des larmes jaillissant de ses yeux.


[Très court, désolée ^^']

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 27 Avr - 20:46

Aïe

Mais comment ça, Aïe ? Isaac inclina la tête en direction de la petite main posée au niveau de son cœur. Cette petite, certes très fine et très jolie,...Était entrain de le brûler. Il mit un peu de temps avant de réagir et de s'éloigner de la jeune femme, qui avait déjà enlevé sa main. Sans hésitation, il enleva sa chemise (la pudeur, c'est pour les faibles) pour constater, qu'en effet, il avait une belle marque de brûlure sur le torse. La douleur commença alors à apparaître, comme s'il avait fallu qu'il voit la blessure pour prendre conscience qu'elle était bien là. La marque était rougeâtre, tirant vers le violacé, parsemée de points d'un rouge vif aux endroits où sa peau avait été la plus endommagée. Elle ne l'avait pas loupé. Finalement, cette petite créature frêle avait plus de ressources qu'il ne l'aurait imaginé.

« On peut dire que vous n'y allez pas de main morte ! » dit Isaac en riant, fier de sa mauvaise blague.

La Reine semblait effrayée et elle pleurait de nouveau. Pourtant, il ne lui en voulait pas. Il était même étonné de voir qu'elle avait été capable de lui faire mal. Peu de gens y arrivaient. Au final, elle semblait plus sous le choc que lui. Sans se départir de son sourire, il se mit à fouiller dans ses tiroirs, laissant échapper quelques feuilles de certains d'entre eux : il ne ressentait certes aucune rancune envers elle, par contre niveau douleur, c'était une autre histoire...Il chercha en haut de son armoire et lâcha une exclamation satisfaite en trouvant l'objet désiré : un onguent. Que faisait-il en haut de cette armoire ? Il n'avait aucune explication. Il retourna s'asseoir dans son fauteuil et ouvrit le pot où se trouvait le produit miracle. L'odeur amère vient lui agresser les narines et il grimaça pendant un court instant. Son regard se posa à nouveau sur Beldura.

« Vous pouvez m'aider ? Il faudrait appliquer ceci sur la brûlure... » Pour une fois, il n'était ni méprisant, ni agressif, ni narquois. Et cela était assez rare pour être souligné.


[Idem pour moi oui, j'adore ce smiley]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 27 Avr - 21:34

Elle était sous le choc, et regardait sa main, terrifiée.

*Ca recommence.*

Les larmes coulaient, irrépressibles, le long de ses joues pâles. Elle ne parvenait pas à comprendre comment le feu était venu à elle. Réflexe de défense, sûrement, mais elle pensait avoir déjà été plus en danger que cela, et depuis ... ça ne s'était manifesté qu'une seule et unique fois. Aux Jeux Olympiques, lors de la Battle Royale, ce qui lui avait permis de battre Deus Wiseman de façon totalement inopinée. Elle ne comprenait pas, et avait peur. Et si, tout d'un coup, elle brûlait tout, de nouveau ? Qu'est ce qui se passerait ?
Perdue dans ses réflexions morbides, elle ne le vit même pas enlever sa chemise. Elle ne le regarda que lorsqu'il parla, lançant un (mauvais) trait d'humour. En voyant la blessure, elle pâlit. Il avait sa main, incrustée en peau brûlée sur le torse. Sa gorge se noua. Il allait la tuer c'est sûr ... Et pourtant, il n'avait pas l'air fâché, non. Pas du tout même, et elle ne savait pas si elle devait s'en rassurer ou s'en inquiéter. Elle rougit devant cette absence de pudeur, et devant cette peau blanche et lisse, qui la perturba quelque peu.Au moment où elle allait s'approcher de lui, il tourna les talons pour fouiner ans ses tiroirs, dont il ressortit un onguent, qu'il déboucha. L'odeur amère vint très vite jusqu'à elle, et elle fronça les narines de dégoût. Il s'assit dans son grand fauteuil, la regarda un instant, et lui demanda de l'aide. Elle hésita un instant, se demandant si c'était un piège, et se dit que de toute façon, elle ne risquait plus grand chose: le piège, elle y était. Elle hocha la tête, et s'approcha de lui, prit l'onguent.

- Ne bougez pas, et surtout, dite-moi si c'est douloureux. Je vais faire le plus doucement possible ...

Sa voix était très douce et basse. Elle s'agenouilla près de lui, et prit un peu d'onguent au bout des doigts, avant de délicatement masser la zone brûlée.

- Je ... Je suis désolée. Je ne sais pas ce qui m'a pris, je ne comprends pas comment c'est arrivé. Je ne voulais pas vous faire du mal. Pardon.

Sa voix n'était vraiment pas assurée. Elle massait doucement, appliquant la crème en couches épaisse, afin de soulager la douleur de la brûlure.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Lun 28 Avr - 2:07

Isaac sourit. Jamais il ne lui dirait si cela était douloureux. Question de fierté, il n'allait pas montrer ses faiblesses devant une femme. On ne l'avait pas éduqué comme ça. Et il savait aussi que le premier contact avec l'onguent ne serait pas des plus agréables. Mais il avait connu pire: après tout, il était revenu d'entre les morts. Néanmoins, il ne put s'empêcher de contracter rapidement les mâchoires quand le baume toucha sa peau endommagée. La blessure était brûlante, évidemment, et l'onguent était froid. Ce n'était vraiment pas agréable. Mais, petit à petit, la sensation désagréable s'estompa et la douleur qui avait commencé à envahir son torse s'apaisa lentement. Il n'y avait, au final, que l'odeur qui était dérangeante.

Beldura s'excusa. Isaac l'écouta calmement. C'était lui qui était blessé. Mais c'était elle qui semblait le plus mal en point. A l'heure actuelle, elle avait l'air plus calme mais au moment où elle s'était aperçue qu'elle l'avait blessé, il avait clairement vu la panique dans ses yeux. Bien sûr, elle avait eu peur et, par réflexe, s'était défendue. Jusqu'ici il comprenait très bien. Néanmoins, elle semblait réellement avoir été horrifiée par ce qu'elle était entrain de faire. Cela n'avait pas de sens : vu qu'elle faisait partie d'une famille royale, son pouvoir avait du être pris en charge dès son plus jeune âge. Elle devrait être habituée à lui, habituée à l'utiliser. Alors pourquoi était-elle en larmes devant lui ?

« Je vous ai agressé, vous vous êtes défendue. C'est tout à fait normal. A vrai dire, c'est la réaction la plus normale que vous avez eu depuis que vous êtes ici, selon moi. »

Il lui fit un petit sourire et la regarda continuer à appliquer la pommade. Cela lui faisait vraiment du bien maintenant, il ne sentait presque plus la douleur, à part un léger tiraillement s'il bougeait trop vite son épaule gauche. La blessure cicatriserait sans doute assez vite, même s'il avait peur que son état de Revenu ne ralentisse un peu le processus. Il n'avait pas lâché Beldura du regard. Ses yeux flamboyants et ses cheveux roux lui faisaient supposer qu'elle était une enfant du feu. Mais elle pouvait aussi une Tarima de destruction, il en avait déjà vu certains manipuler le feu avec une aisance déconcertante. A cette pensée, il pensa à sa chère Cynn qui avait toujours préféré les pouvoirs de la glace et du froid aux flammes ardentes. Ses pouvoirs lui auraient bien été utiles à l'heure actuelle, d'ailleurs...

« Pourquoi aviez-vous l'air si terrifiée ? J'ai eu l'impression que le fait d'utiliser votre pouvoir vous a presque fait peur. » lui dit-t-il soudainement. De sa main droite, il vint caresser délicatement la joue de son interlocutrice et en profita pour chasser distraitement quelques larmes qui étaient encore là. Puis il reposa sa main sur l'accoudoir de son fauteuil, attendant patiemment une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Lun 28 Avr - 18:37

Elle regardait son visage du coin de l’œil, alors qu'elle s'appliquait pour masser sans trop appuyer. Elle le vit sourire, puis contracter les mâchoires très vite. Si vite, qu'elle se demanda si elle ne venait pas de rêver. Lui, souffrir, vraiment ? Il lui paraissait tellement inaccessible, hors du commun, hors des mortels. Il ne paraissait pas avoir de sensations, de sentiments, autres que l'envie de nuire, ou de faire souffrir. Elle ne savait ni qui il était, ni e qu'il était, ou d'où il venait. elle ignorait tout de cet homme qui l'impressionnait tant. Mais elle ne parvenait pas à le considérer comme faisant partie de l’humanité. Il était trop distant, trop froid, trop cruel ...

*Mais ...*

Et ce simple mais voulait tout dire. Mais elle avait été confrontée, avant, à des gens ignobles. et pourtant, ils étaient humains. Pourquoi ne l'aurait-il pas été lui ? Elle ne comprenait pas cette distinction totale qui s'établissait dans son esprit entre lui tous les autres. Il était soudain sur le même plan que monsieur, ou cet autre homme qui était venu, une fois dans sa chambre. Elle frissonna, tout en continuant à masser. Monsieur était humain, lui ... Alors peut-être que ...

« Je vous ai agressé, vous vous êtes défendue. C'est tout à fait normal. A vrai dire, c'est la réaction la plus normale que vous avez eu depuis que vous êtes ici, selon moi. »

Elle leva ses yeux encore tout humides vers lui. Il la surplombait encore, puisqu'elle était ses pieds. Il lui paraissait immense, vraiment. Ses longs cheveux noirs, brillants, étaient derrière lui, et il la regardait fixement, ses yeux d'ambre brillant dans son visage pâle. Gênée par ce regard trop oppressant, elle détourna le regard, son rythme cardiaque s'accélérant. Elle avait vu son sourire. il l'avait étonnée. Il n'était pas méprisant, agressif, cruel ou ironique, non pas cette fois. Elle le sentit bouger son épaule gauche. Il arrêta immédiatement. Il devait avoir mal, sans rien dire. Elle réfléchissait à sa réponse: comment ça, brûler quelqu'un était une réaction normale ? Comment ça ? Ce n'était pas dans se habitudes, ce n'était pas sa façon de faire. Faire mal lui donnait des nausées, lui faisait peur. Elle détestait ça.

« Pourquoi aviez-vous l'air si terrifiée ? J'ai eu l'impression que le fait d'utiliser votre pouvoir vous a presque fait peur. »

Des doigts se posèrent sur sa joue. Contact léger, fugace. Les doigts étaient longs, frais, et elle eut la sensation qu'on lui appliquait du fil électrique sur les larmes, à cause des picotements ressentis. Il enleva ses doigts avant qu'elle n'eut le temps de se reculer. Il reposa la main sr l'accoudoir de son fauteuil. Elle le regarda. Déglutit, et sans arrêter de masser elle dit, doucement.

- C'est le cas.

Elle ne fit pas plus de commentaire.

- J'espère que je n'appuie pas trop. Je pense que ... que vous garderez une marque. Vous aurez la main de la reine sur votre torse.

Elle le regarda, puis se rendit compte de ce qu'elle venait de dire, et rougit de façon instantanée en baissant les yeux. Ca non plus, ce n'était pas dans ses habitudes. Mais elle se rendait compte qu'il avait des faiblesses: il n'était pas une statue animée. Et puis, il semblait s'intéresser à elle de façon soudaine, et surtout, sans chercher à lui faire du mal, ni à utiliser ses propres réponses contre elle-même. Son ton était presque rassurant, et étrangement, elle se sentait moins en danger. Peut-être avait-elle compris que si elle pouvait aussi lui faire du mal, cela lui donnait un certain pouvoir. Peut-être.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 29 Avr - 19:03

Alors comme ça, elle avait peur d'utiliser son pouvoir ? Voilà qui était intéressant et peu commun. Isaac continua à l'observer calmement, même s'il s'était rendu compte que cela la mettait mal à l'aise. Ce genre de détails n'allait pas l'arrêter. Comment pouvait-on avoir peur de son propre pouvoir ? Cela revenait à avoir peur de soi-même...C'était complètement irrationnel ! Néanmoins la jeune femme ne semblait pas vouloir s'étendre sur le sujet et Isaac décida de la laisser tranquille sur cela...Pour le moment. Mais il savait déjà qu'il reviendrait à la charge, trop intéressé qu'il était de découvrir le pourquoi du comment. Si certains phobies ou peurs pouvaient ne pas trouver d'explication, celle-là en avait forcément une. Et il se ferait un malin plaisir à la trouver.

En entendant la remarque que Beldura fit ensuite, le Revenu ne put s'empêcher de rire et son rire augmenta à mesure qu'il la voyait devenir rouge vif. Elle était tellement timide ! Cela le changeait des filles qu'il avait l'habitude de côtoyer qui étaient beaucoup plus...Libérées, disons le comme ça. Son rire se calma néanmoins assez rapidement et il lui répondit d'un ton charmeur :

« C'est un honneur de vous avoir dans la peau, Majesté. »

Il constata ensuite avec quelle délicatesse elle lui appliquait l'onguent, comme si elle tenait absolument à ce qu'il ne souffre pas. Ça non plus, ça n'avait pas de sens ! Il aurait été à sa place, il aurait appuyer de toutes ses forces sur la blessure pour savourer sa vengeance. Elle ne résonnait pas comme ça. Elle ne résonnait pas comme lui, en fait. Et ça ne le dérangeait pas du tout. Au contraire, cela lui plaisait beaucoup. Elle lui plaisait beaucoup. Même si leur façon de penser et de voir le monde semblaient à des années lumière l'une de l'autre.

« N'ayez pas peur de me faire mal. » lui dit-il calmement. « Au contraire, cela devrait réjouir ! Dois je vous rappeler que je vous ai enlevée ? »

En disant cela, il s'était penché légèrement en avant, posant ses avants-bras sur ses genoux. L'accès à sa blessure devait être plus difficile pour la jeune femme, qui plus est, pour le coup il était vraiment, vraiment proche d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 29 Avr - 20:12

Elle s'était remise à appliquer l'onguent, et sentait son regard sur elle. Pesant. Puis il rit, un rire qui alla en s'amplifiant, grossissant comme une vague, une énorme vague. Une vague qui se termina sur une remarque au ton volontairement charmeur, qui la fit passer à 'écarlate, et qu'elle décida d'ignorer. Il voyait bien assez son état ainsi. Elle était écarlate de visage, avait des tiraillements dans le bas du ventre, portait une chemise de nuit pleine de'au qui ressemblait terriblement à une serpillière et sous laquelle elle n'avait qu'une culotte blanche fourrée au papier toilette. Ses cheveux flamboyants étaient emmêlés, mais tressés de façon un peu folle, et sa frange partait un peu dans tous les sens. Elle n'était pas maquillée, ses yeux étaient rougis et gonflés. Son estomac aurait crié famine si elle n'avait pas eu si peur, et elle manquait de sommeil. Son angoisse était intense: elle pensait à sa situation, mais aussi à celle de Minos, et de Sorga, ou Aurore. Bref, elle était plutôt mal en point. et il le savait parfaitement, et en jouait, ce qu'elle savait.
Puis, il lui dit quelque chose qui l'étonna. "N'ayez pas peur de me faire mal.". Il lui parlait de vengeance, de violence. Elle n'et cependant pas le temps de lui dire qu'elle n'était pas comme cela, que ce n'était pas son raisonnement, et qu'elle ne pouvait pas lui faire mal volontairement, quoiqu'il lui fasse, que déjà, le visage de son ravisseur était à quelques centimètres du sien.
Elle eut un mouvement de surprise, se recula, vacilla perdit totalement l'équilibre, et se retrouva assise sur les fesses, la main sans onguent à terre, les jambes un peu découvertes, mais assez loin de lui. De nouveau, elle avait cet air de biche apeurée. Il avait changé de position, et la blessure lui était devenue très peu accessible. Il l'avait presque touchée, elle avait senti sa chaleur, ce qui avait provoqué ce mouvement de panique. Il lui avait fait peur, de nouveau. Il s'était trop approché, et de nouveau, elle paniquait. Son cœur battait trop vite, trop fort. Ses yeux étaient complètement écarquillés, et comme toujours, elle n'avait aucun geste de défense, juste de la peur, et une certaine forme de soumission totale à son agresseur.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 29 Avr - 21:07

Et la voilà par terre. Isaac poussa un soupir mi-amusé mi-exaspéré. Il commençait presque à s'habituer à ses élans de panique. En fait, le calcul était assez simple : s'il ne l'approchait pas de trop près, elle semblait résister assez bien ou du moins elle faisait semblant. Il s'approchait d'elle et l'apoplexie était proche. Et maintenant qu'il savait ça...Eh bien, il n'allait absolument rien changé, bien sûr !  De toute façon cet air d'animal apeuré lui allait à merveille...A nouveau, elle respirait la peur et la soumission, comme si elle était prête à tout accepter pourvu qu'il ne lui fasse pas de mal et qu'il se tienne loin d'elle. Là, c'est clair, la vengeance n'habitait pas du tout son esprit. Incompréhensible. Surtout pour quelqu'un comme lui, qui avait passé sa vie dans la violence et la méchanceté.

« Ne faites donc pas cet air effrayé... » lui dit-il presque gentiment. La seconde d'après il était debout et en quelques pas il était derrière elle, se baissant à sa hauteur. « Allez debout ! »

Avant qu'elle ait le temps de bouger, ou de lui faire une crise de panique, il avait glissé ses mains autour de la taille frêle de la jeune fille et la souleva du sol. Une fois qu'elle fut debout, il s'éloigna d'elle sans la regarder, se doutant que son visage devait être un savant mélange de dégoût et de panique. Il s'approcha de son armoire pour attraper une chemise blanche : suite à l’événement de la brûlure, l'autre chemise avait un magnifique trou au niveau de la poitrine, évidemment. Il se retourna ensuite vers Beldura, s'accoudant contre l'armoire.

« Je vais sans doute faire venir mon tailleur prochainement, voulez-vous en profiter pour vous faire faire quelques robes ? »

Pour des raisons physiques évidentes, Isaac avait pris l'habitude de faire faire tous ses habits sur mesure, ce qui lui évitait une perte de temps considérable. Et il lui semblait logique de faire profiter de ce service à son « hôte », vu qu'il ne comptait pas la relâcher de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 29 Avr - 21:30

Il s'approcha d'elle avant qu'elle n'ait eu le temps de réagir. Et surtout, il la prit par la taille, et la mit sur ses pieds. Le contact provoqua un nombre de frissons incroyables, innombrables, indénombrables. Elle avait quitté le sol, soulevée avec force, mais sans violence. Il n'avait pas eu plus de difficultés que s'il avait soulevé un petit paquet de linge sec. Lorsqu'elle fut sur ses pieds, elle sentit les tremblements de ses mains, et de ses jambes, et de sa mâchoire. Beldura Glow tremblait beaucoup trop, et son cœur battait si fort, qu'elle était persuadée qu'il devait l'entendre de là où il se trouvait. Elle s'entoura de ses propres bras, pour réprimes la tension de ses muscles. Elle l'entendit farfouiller, puis il s'adressa à elle, parlant d'un tailleur.
Elle se retourna, pour le découvrir immense, accoudé à l'armoire, son torse nu orné de cette magnifique marque de main luisante de crème. Il avait une chemise à la main, propre et blanche. Elle réalisa ensuite ce qu'il lui proposait. Elle e regarda, un peu étonnée. a sa connaissance, on ne proposait pas des vêtements neufs à ses otages ... Cependant, elle ne s'attarda pas là-dessus. D'une part, depuis son réveil, il ne cessait de la dérouter. D'autre part, elle avait trop peur pour beaucoup réfléchir. Elle regarda sa chemise de nuit, rendue à moitié transparente par l'eau, et toute auréolée par cette même eau. Elle était pitoyable. Elle reporta son regard sur l'homme, avant de le détourner de nouveau. Ce plancher était très joli, au demeurant.

-Je ... Je veux bien, oui. Merci beaucoup.

Elle s'arrêta, et déglutit. Elle avait autre chose à lui dire.

- Si je peux vous donner un conseil ... Ne remettez pas votre chemise tout de suite, vous risquez de vraiment la tâcher, et d'aggraver la plaie en empêchant la cicatrisation. Les brûlures n'aiment pas les tissus ...

Il y eut un nouveau temps.

- Si ... Si vous en avez besoin, je pourrai vous remettre de l'onguent ou ... vous aider, ici.

Elle n'arrivait pas réellement à l'exprimer, mais elle était désolée de l'avoir blessé ainsi, et voulait se faire pardonner. Elle craignait de lui avoir fait mal, au niveau des nerfs, et savait qu'elle pouvait l'aider. Et puis, au moins aurait-elle quelque chose à faire, durant sa captivité. Peut-être que si elle lui était utile, il tenterait de ne pas trop l'abîmer.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Dim 1 Juin - 19:57

Elle n'avait pas l'air plus rassurée mais au moins, elle était un peu plus loquace, même si ce n'était pas encore la fête. Maintenant qu'elle était face à lui, Isaac constata que la chemise de nuit qu'elle portait n'était plus en très bon état. Par transparence, il pouvait apercevoir le galbe de ses jambes ou même la forme de sa taille. Oh, cela ne lui causait aucun problème particulier mais la jeune femme n'aurait sans doute pas le même raisonnement. Elle lui conseilla de ne pas remettre sa chemise. Elle avait raison et il approuva d'un signe de tête, enfilant sa chemise mais sans la fermer et en retroussant les manches jusqu'aux coudes. Il enfonça les mains dans les poches de son pantalon. Elle ne le regardait toujours pas. Pas très étonnant. Et elle lui proposa son aide. Ça, en revanche, c'était la surprise du jour.

« Vous proposez votre aide à l'homme qui vous séquestre ? Soit vous agissez pour votre survie soit vous avez un sérieux problème de gentillesse. Mais je vous remercie pour cette proposition, votre aide sera la bienvenue. » Il lui adressa un sourire plus ou moins chaleureux. La blessure à sa poitrine le lançait mais si il n'y avait que ça...Sa main le torturait. Il l'avait presque oubliée celle-là. La douleur lancinante avait fini par revenir, alors qu'il espérait avoir la paix. Foutue régénération qui lui avait sans doute endommagé le nerf médian.
Il n'eut pas le temps de ruminer plus longtemps sur sa douleur vu que l'on frappait à sa porte. C'était son tailleur. Il en était quasiment sûr. Formidable, il pensait que ce dernier allait arriver plus tard.

« Venez donc avec moi » dit-il à l'attention de la jeune femme. Sans l'attendre, il sortit de la pièce et descendit rapidement les escaliers pour ouvrir la porte en suivant. Un homme aux cheveux blanchis, plaqués à la brillantine, lui faisait face. Il avait un costume trois pièces et une montre à gousse dépassait de sa poche de veste. Des petites lunettes rondes manquaient de tomber du bout de son nez. Isaac le fit rentrer et le vieil déposa une mallette sur le sol. Il ne s'était pas trompé, il s'agissait bien de Savio, son tailleur. Ce dernier lui fit un sourire et s'inclina légèrement devant Beldura.

« Savio, je vous présente Beldura. Elle aurait besoin de quelques robes dans les plus brefs délais. »
« Enchanté, mademoiselle. »
lui répondit le nouvel arrivant. Il avait un air légèrement perplexe. « Vous me rappelez quelqu'un... »
« Je ne crois pas, non... »
le coupa Isaac, en lui donnant une tape sur l'épaule. Il ne manquait plus que ça. Il avait réussi à éviter tous les soupçons jusqu'à maintenant et il allait se faire avoir par son tailleur ! « Faites donc votre travail. »

Il s'éloigna, laissant l'homme faire son travail...Sans pour autant quitter la pièce. Vous ne voyez pas où est le mal ? Beldura, elle, allait sans doute le voir au moment ou ce cher Savio voudrait prendre ses mesures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Ven 6 Juin - 23:14

Il ne remit pas sa chemise. Puis il la toisa étrangement. Ses phrases lui firent mal. Ni l’un, ni l’autre. Elle avait proposé cela sans réfléchir, sauf à s’occuper pour éviter la folie dans cette maison sûrement bourrée de pièges et dont l’occupant la séquestrait, sas apparente intention d’attenter à sa vie, bien que cela étonne la jeune reine. Elle le regarda à cet instant et croisa son sourire grimaçant, crispé, digne d’une mauvaise poupée pour enfants dans un conte glauque. Elle frissonna, et baissa les yeux à nouveau. Si jamais elle avait pensé que c’était une histoire de douleur, peut-être n’aurait-elle pas réagi ainsi. Peut-être aurait-elle tenté de lui venir en aide, ou de l’apaiser, pensant que c’était le mieux à faire pour ne pas subir des accès de colère incontrôlables.  
On frappa. Beldura Glow, reine de Minos enlevée, tressaillit à ce bruit inattendu. Etrangement, elle n’avait en aucun cas l’espoir qu’on l’ait déjà retrouvée. A moins d’un très bon indic, jamais ses gardes ne seraient sur la bonne piste avant deux bonnes semaines, vu leur efficacité. L’homme l’exhorta à le suivre, et elle s’exécuta, descendant avec lui les escaliers en bois ciré, et découvrant de ce fait le bas de la maison, la lourde porte, les bibelots, la cuisine, les fauteuils, le canapé … Elle n’eut pas le temps de regarder ceci bien plus longtemps, car déjà, les regards étaient tous sur elle. Celui du petit homme aux cheveux blancs et brillant à lunettes, un peu engoncé dans son costume, et celui de son ravisseur. Le tailleur, Savio, eut l’air de la reconnaitre, et elle détourna les yeux. Elle se doutait  qui plus est que si jamais elle donnait e moindre indice sur son identité … sa vie  ne serait très certainement plus très longue. Alors, elle se tut encore.  
L’homme commença à l regarder, à tourner autour d’elle, à la ager du regard.

- Mmmh … Peau pâle et pure, cheveux roux, yeux oranges, bouche rose, petit visage, fine …

Elle ne dit rien, ayant l’impression d’être confrntée à un rapace. Le regard de son ravisseur pesait encore sur elle. Il semblat regarder le spectacle, presque s’en délecter. Elle ne comprenait pas pourquoi.

- Mademoiselle … S'il vous plaît …
- … Oui ?


Elle ne comprenait pas ce qu’il voulait d’elle.

- Je dois prendre vos mesure à présent …

Elle resta silencieuse, n voyant toujours pas où il voulait en venir. Le tailleurs eut l’air légèrement exaspéré.

- Déshabillez-vous s’il vous plaît !

Le lien se fit alors dans sa tête : le tailleur avait besoin des mesurer que ses femmes de chambre avaiet pris à la sortie d’un bain afin de lui faire des robe au commencement de son règne, et ces mesures, il ne les aurait de façon précise qu’en la voyant nue. Et c’tait pour ça que son ravisseuur avait ce regard. Peu à peu, le rouge lui monta au visage : elle finit écarlate. Il y eut un temps durant lequel elle resta immobile, statufiée. Puis elle réagit : elle n’avait aucun moyen de résistance, alors, autant n’énerver personne, et s’exécuter.
Alors, elle se mit de dos par rapport à l’occupant de la maison, et prit le bas de sa chemise de nuit, le relevant peu à peu, dévoilant ses jambes longues, minces, blanches et laiteuses, quoiqu’n cet instant un peu marbrées par l’angoisse, puis ses fesses recouvertes de la culotte claire, ses hanches rondes, sa taille fine, peut—être un peu trop, modelée depuis peu par les corsets, et tout son dos pâle à l’homme qui l’avait enlevée. Au tailleurs, elle venait de dévoiler son ventre très plait et ses seins menus mais ronds, nus, qu’elle couvrait tant bien que mal de ses bras trop blancs. Dès qu’elle eut enlevé sa chemise de nuit, sa tresse de fortune retomba dans son dos. La Reine de Minos était presque nue dans le salon d’un étranger à Cruor.  
Le tailleur se mit à l’ouvrage, et la mesura sous toutes les coutures.

- Bien, dit-il au bout d’un temps qui avait par interminable à la pauvre jeune fille qui avait dû laisser ses bras le long de son corps, et parfois  même se tourner légèrement, en dévoilant toujours plus à la vue qu’elle imaginait avide de son ravisseur. J’ai tout ce qu’il me faut. Et vous, que vous faut-il, mademoiselle ?
- Eh bien je … elle glissa un regard vers le propriétaire de l’endroit. Je vais rester environ un mois, j’imagine, peut-être plus. Aussi, comme je ne possède rien, il me faudrait tout ce dont une femme a besoin pour vivre ici durant ce laps de temps, s’il vous plaît.

Elle avait insisté sur le mot femme, espérant que le vieil homme comprendrait. Au regard qu’il lui lança, elle imagina que c’était le cas. Son ton était doux et timide, mais il ne tremblait pas.

- Bien, donc, diverses robs d’intérieur popur le chaud et le froid, des robes de bal, des chemises de nuit, des robes mondaines, peut-être un ensemble de cheval, des sous-vêtements, des chaussures, et tout le reste des fournitures, si je ne me trompe ?

Elle hocha la tête, sans rien ajouter.

- Parfait, vous pouvez vous rhabiller.

Le moment de torture était donc terminé. Elle retint un soupir, avant de rassembler ses affaires.

- A vous à présent, monsieur Ekszekiel. De quoi avez-vous besoin ?

Ainsi, c’était là son nom … Elle pensa immédiatement à Aurore, et se demanda avec inquiétude ce que cela pouvait bien signifier, un homme de cette famille vivant seul, hors de leur demeure, sinon qu’il était plus horrible encore que tous les autres. Et surtout ce qu’il pouvait bien vouloir à l’héritière de la famille, et quel était la signification de l’intérêt qu’il lui portait. Elle déglutit, soudain plus angoissée encore. Cependant, elle resta silencieuse, revêtue dans un coin de la pièce.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Lun 9 Juin - 15:46

Surveillant d'un œil inquisiteur l'échange entre Beldura et le tailleur, Isaac s'étonna presque de ne pas la voir défaillir. Certes, elle ne respirait pas la joie de vivre, et il ne lui en demandait pas tant. Néanmoins, elle était étonnamment calme...Du moins, jusqu'à ce que Savio lui demande de se déshabiller. A ce moment précis, Isaac eut l'impression de voir défiler la fin du monde dans les yeux de la jeune Reine, qui lui tourna le dos lentement. Il sourit. Elle paraissait si jeune et si innocente. L'arma se demanda quel âge elle pouvait bien avoir. Il n'arrivait pas à le trouver, il faudrait qu'il lui demande un jour...Alors qu'il se perdait dans ses pensées, la jeune femme avait commencé à lever sa chemise de nuit. Dès que le tissu dévoila les hanches, certes très attrayantes, de la Reine, Isaac détourna la tête. Réflexe idiot ou réelle galanterie, allez savoir...Il s'imagina la gêne qu'elle devait ressentir et cela le fit sourire encore plus. Il aurait presque pu trouver ça idiot. Comme s'il était du genre à agresser une pauvre jeune fille, seule et sans défense !
Il croisa les bras, attendant patiemment que cela se finisse, ne faisant aucun commentaire sur ce qui se déroulait (c'est assez rare pour le dire). Savio finit par ranger ses affaires et se dirigea vers lui, tandis que Beldura était sans doute entrain de se remettre du traumatisme qu'elle venait de subir.

« Allons, je vous ai déjà dis que vous pouvez m'appeler Isaac... » rétorqua ce dernier, se sentant tout de suite plus vieux quand on l'appelait Monsieur...Et c'était encore pire si on disait Eksezkiel. « Sinon, oui, j'aurais bien besoin de une ou deux chemises...Et faites moi donc un nouveau manteau aussi s'il vous plaît. J'ai perdu le mien. »...Dans une chambre royale à Elysée.  

Sur ces bonnes paroles, le tailleur repartit en leur promettant de leur apporter tout ce qu'ils avaient demandé le plus rapidement possible. Et Isaac savait que le vieil homme ne dirait rien sur ce qu'il avait vu ici. De toute façon, les habitants de Cruor n'étaient pas réputés pour leur honnêteté et haïssaient tout ceux qui tentaient de faire installer un semblant de justice. Oh oui, l'arma était bien tranquille...

La tranquillité, c'est justement ce qui finit par s'installer, en quelque sorte, dans la petite maison d'Isaac. Les jours passèrent, sans doute plus difficiles à vivre pour Beldura que pour Isaac même si ce dernier laissait relativement tranquille sa (charmante) prisonnière. La jeune femme avait continué à s'occuper de la blessure du Revenu, qui commençait lentement à cicatriser. A l'heure actuelle, Isaac avait plus l'impression d'avoir du papier de verre à la place de la peau sur le torse mais, au moins, il ne souffrait plus. Et il lui en était reconnaissant. Son indic lui apportait des nouvelles de l'autre continent et il jubilait en voyant le gouvernement de Minos piétiner. Néanmoins, cette fois, il était condamné à mort et n'importe qui qui le croisait avait ordre de tirer à vue. Cela ne lui posait aucun problème.
Il laissait rarement Beldura seule mais, les affaires étant les affaires, il se retrouvait parfois dans l'obligation de quitter son havre de paix. Et, à cet instant précis, il marchait dans les rues sales de Cruor, se hâtant vite de rentrer chez lui. Et ce, pour une raison très simple. Arrivé chez lui, il tourna rapidement la clef dans la serrure, passa le seuil et se dépêcha d'enlever son manteau.

« Beldura ! » lança-t-il d'une voix presque trop enjouée pour être honnête, sans même vérifier où était la jeune fille. Sa voix portait assez loin pour qu'elle puisse l'entendre où qu'elle soit. « Vous avez peur de l'orage ? »

Question anodine mais pas tant que ça au final, en effet, une tempête venait d'arriver sur Rhadamante et devait atteindre Cruor dans un peu plus d'une heure. Si les habitants de la capitale étaient habitués à cette situation, Isaac n'était pas sûr que cela soit le cas pour la jeune Reine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 10 Juin - 17:58

Isaac Eksezkiel.

C’était donc cela son nom. Beldura le retint immédiatement, alors que Savio prenait note. Une fois l’homme sorti, son ravisseur e sembla soudai plus vraiment se préoccuper d’elle. Aucun commentaire, aucune tentative de conversation, ni même aucun geste envers elle. Cette tranquillité soudaine la surprit.
Elle s’y habitua pourtant peu à peu les semaines qui suivirent. L’homme lui laissait le champ libre, et, peu à peu, elle découvrit la maison. Elle savait ce qui était placé où. Cependant, elle n’entrait toujours que dans les pièces où il la faisait entrer une première fois. Ainsi, du bas de la maison, elle ne connaissait que le salon et la cuisine, ainsi que les toilettes, et du haut elle n’avait vu que la chambre où elle dormait, la salle de bains et le couloir. Elle n’avait jamais vu l’endroit où celui qui la séquestrait dormait, ni son bureau, ni aucune autre pièce de la maison, qu’elle soupçonnait d’avoir un grenier ou une cave. Elle avait peu à peu pris ses habitudes ici. Elle faisait la cuisine et le ménage, et s’occupait de petits détails. Parfois, elle lisait. Elle ne sortait jamais de la maison, sauf parfois la tête, par une des fenêtres de derrière, afin de respirer un peu d’air qu’elle espérait frais. C’était souvent une erreur : l’air de cette ville était lourd, pollué, rempli de miasmes, de poussières et de cris divers. Tout était si différent de Minos … Minos … Tous les jours, elle avait des nouvelles de son continent, en général par les journaux qu’un indicateur apportait à son ravisseur, et qu’il lui laissait lire. Ils s’inquiétaient pour elle, évidemment, mais leur inefficacité était consternante. Elle supposait, et espérait que ses directives pour temps de guerre étaient suivies à la lettre, les contrôles aux portails continus, les entraînements militaires sas relâche, l’éducation forte,  les formations fréquentes, et les constructions en avance sur les délais. Cependant, elle en doutait fort. Elle se savait nulle comme Reine, mais depuis son couronnement en 2775, elle avait appris à les comprendre : ils n’avaient pas besoin d’une figure forte : ils avaient besoin de quelqu’un qui fasse illusion, et surtout, de quelqu’un à aimer. Beldura Glow n’avait jamais eu confiance en elle, ne s’était jamais départie de ses phobies idiotes, avait fait remplacer tous les flambeaux du palais par des lumières artificielles, criait encore cde peur la nuit, avait fait changer un peu la décoration par tradition,  tremblait toujours lorsqu’elle devait s’adresser à son peuple, n’était pas capable de se défendre, ni d’’élaborer une quelque stratégie politique, n’était pas diplomate du tout, n’avait aucune éloquence ni une quelconque autorité naturelle. Elle était petite, mince, fade, discrète, effacée, très banale pensait-elle. Elle avait peur de tout, et à juste titre, selon elle. C’étaient, pour elle, tous ses conseillers qui faisaient tout le travail politique, et depuis ses ordres lors de la déclaration de guerre, donnés de façon impulsive, elle n’avait fait que superviser. Elle ne savait rien faire, et en avait conscience. Elle était une Reine de pacotille, amie avec son serviteur le plus fidèle et sa femme de chambre, qui ne savait pas danser ni répondre à aucune sollicitation. Beldura Glow ne voulait pas se marier, contrairement à ce qu’on lui demandait. Elle n’aimait pas non plus toutes ces robes lourdes et ces coiffures trop complexes dont on la parait tous les jours. Elle détestait le Palais si lumineux, mais s grand, qu’elle connaissait mal, où vivaient tant de gens dont elle connaissait tout juste le nom, où tout le monde épiait tout le monde. Certes, tous étaient gentils, mais elle, elle n’aimait pas cette vie-là. Elle, elle n’y était pas heureuse. Elle avait été un peu plus heureuse avant, lorsqu’elle vivait seule, marchande de fleurs, dans une toute petite maison de la capitale. Personne ne lui prêtait jamais attention plus qu’à ses fleurs.
Ainsi, quoiqu’elle ait conscience que ce fut étrange, elle était presque mieux dans cette maison toujours close, où l’enfermement était officiel, mais où on la laissait presque tranquille, qur dans la cage dorée où elle se trouvait depuis déjà trop longtemps, avec tous ces gens qui la sollicitaient en permanence, les robes, les coiffures, le maquillage, les bijoux et les parfums pour la mettre en valeur, pour faire croire à ce qu’elle n’était pas. Elle s’en voulait de penser cela, mais elle pensait, c’était ainsi. Isaac lui parlait parfois, et, lorsqu’il était là, elle avait peur et tremblait souvent, était pétrifiée parfois, mais il n’était pas vraiment méchant avec elle –sans être gentil pour autant. Elle continuait à lui appliquer sa crème, et une sorte de routine s’était installée.
Si les deux premiers jours Belle avait vécu pieds nus et en chemise de nuit, Savio était arrivé au matin du troisième jours avec tout ce qu’il lui fallait : deux robes en velours, chaudes et épaisses, une verte et une rouge, deux bien plus légères, en flanelles et cotons, plus colorées aussi, une autre clairement faite pour les bals mondains, deux pour monter à cheval, en tissus plus rustiques, ainsi que trois chemises de nuit différentes, et un  ensemble un peu plus sportif. Il lui avait également apporté beaucoup de sous-vêtements, plusieurs paires de chaussures, un manteau, un veste, une sorte de robe de chambre, de quoi de coiffer et se maquiller, ainsi que du parfum, et des protections féminines faites par ses soins. Cela ressemblait fortement à ce qu’elle avait avant d’être reine, à ce qu’elle possédait à Minos, dans sa petite maison, et elle avait été agréablement surprise. L’absence de corset avait été très appréciable elle aussi. Et, ainsi, elle avait pris ses habitudes dans la maison, redevenant la jeune fille très simple qu’elle avait toujours été. Elle coiffait ses cheveux longs et roux simplement, de manière à ce que ce soit pratique pour elle pour exécuter les tâches quotidiennes. Son visage restait sans fards. Elle n’était pas mal, ici, trouvait-elle, lorsqu’Isaac n’était pas là. Isaac qu’elle ne savait toujours pas comment appeler. Isaac sur qui elle ne savait rien. Isaac qui venait de rentrer, alors qu’elle, cheveux encore mouillés, finissait de s’habiller après une journée de ménage, et surtout, après s’être tâchée en cuisinant. De plus, elle profitait toujours de ses absences, très rares, pour se doucher. Elle détestait être nue lorsqu’elle le savait là –elle y était bien obligée cependant, parfois-.
Ce qui l’étonna, ce ne fut pas ce retour, non, mais le ton avec lequel il venait de crier son prénom –et tout simplement le fait qu’il l’appelle. La serviette toujours autour de la tête, entourant ses cheveux humides et démêlés, chaussée de souliers sombres, plats et confortables, vêtue de cette jolie robe de velours vert, à manches longues, qui soulignait, à son désarroi, sa taille fine, ses hanches et sa poitrine, et faisait ressortir tant la blancheur de lait de sa peau que la couleur de ses cheveux et celle de ses yeux, en les rappelant par instant grâce à quelques brodures dorées, un ruban vert au poignet, elle sortit de la salle de bains, et entama sa descente, quelque peu soucieuse. La question finit de l’angoisser. Un … orage ?
Comme pour confirmer les dires de l’homme en face d’elle, un flash lumineux envahit la maison, vite suivi d’un grondement de tous les diables, qui, lui sembla-t-il, fit vibrer tous ses os. La jeune reine poussa un cri aigu et paniqué. Ses mains se mirent à trembler, et elle jeta sur lui un regard empli de terreur.

Oui, elle avait peur de l’orage, et ce depuis des années déjà.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]   Mar 10 Juin - 19:01

Le Revenu n'eut pas à attendre longtemps avant de voir une petite tête dont les cheveux étaient savamment enroulés dans une serviette descendre les escaliers. Il avait remarqué qu'elle se douchait, la plupart du temps, quand il n'était pas là. Il n'avait aucun problème avec ça,  elle était bien libre de faire ce qu'elle voulait (ou presque). Parfois, ils discutaient ou plutôt,  il parlait et elle l'écoutait. Isaac voyait très bien qu'elle avait encore peur de lui. Pourtant, il la laissait vivre sa vie, tant qu'elle ne tentait pas de s'enfuir, ce qu'il savait qu'elle ne ferait pas. Il l'avait déjà vu passer la tête par une des fenêtres de derrière mais il ne lui avait rien dit. Elle s'était sans doute rendue compte toute seule que l'air de Cruor n'était pas celui d'Elysée. Et, des fois, il la voyait prendre un livre dans la bibliothèque du salon. Rien que dans celle-ci, il y avait de quoi l'occuper pendant plusieurs semaines. Et l'Arma en avait deux fois plus dans son bureau, qui était dans un désordre sans nom. Heureusement qu'elle n'y allait jamais.

Un éclair illumina la pièce tandis que le bruit du tonnerre résonna entre les murs. Isaac tourna vaguement la tête vers une des fenêtres. Il fallait qu'il ferme les volets, s'il y avait de fortes rafales de vent, les carreaux risquaient de se briser. Et ce serait dommage. Soudain, un cri atteint ses oreilles et il tourna de nouveau la tête vers la seule autre personne présente dans la pièce. Il constata rapidement que la demoiselle tremblait et surtout, elle le regardait avec des yeux terrifiés. Mais qu'est ce qu'il pouvait bien y faire ? Il n'avait pas encore le pouvoir de changer la météo et rassurer les jeunes filles paniquées n'était pas la chose dans laquelle il excellait le plus (ah bon ? ). Il la regarda paisiblement avec un sourire amusé, pour une fois dénué de méchanceté. Cela ne l'étonnait pas. Cette fille semblait avoir peur de tout, alors pourquoi aurait-elle fait une exception pour l'orage ?

« Ne vous inquiétez pas. Ce n'est jamais bien embêtant sauf quand... » Un bruit grésillant l'interrompit et il leva la tête par réflexe. L'électricité venait d'être coupée. Ils n'étaient pas encore totalement dans le noir mais au vu des nuages qui défilaient dans le ciel, ça n'allait pas tarder. « ...les plombs sautent...Je suppose que vous n'aimez pas être dans le noir non plus ? » acheva-t-il d'une voix blasée.

Il se gratta la tête d'un air perplexe. Il alla fouiller dans une étagère pas très loin de l'escalier. Il y trouva deux bougies dans leur bougeoir. Sauvés ! Mais où étaient donc les allumettes ? Il réfléchit pendant un instant. Il n'avait pas besoin d'allumettes, il avait une distributrice de feu juste à sa gauche ! Il se planta à nouveau devant elle, une bougie dans chaque main. Sa main droite, qui le faisait évidemment souffrir, trembla légèrement mais il se contracta rapidement, espérant qu'elle n'avait rien vu.

« Tenez, allumez ça avant que l'on ne voit plus rien. »

Quoi ? Elle avait le pouvoir du feu, elle pouvait bien s'en servir pour faire une petite flamme. Hein ? Comment ça ce n'est pas si simple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Stockholm commence par un enlèvement. [Beldura][Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysion :: Archives-
Sauter vers: