Forum RPG science fantasy
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fête de la Couleur: le bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dieu

avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:

MessageSujet: Fête de la Couleur: le bal   Sam 11 Oct - 10:47

C’est ici que se déroule ce soir le grand bal masqué célébrant la fête de la Couleur sur Elysion. Ce soir, tout le monde est invité à venir masqué au palais, vêtu de ses plus beaux atours colorés ou bien de son costume de la journée. Nous restons dans le thème du ciel. L’immense salle de bal du palais est conçue comme un grand ciel étoilé, avec une belle aurore boréale, et différents niveaux composés de nuages compacts, sur lesquels on peut danser.  Il y a trois gros buffets où chacun peut se servir, et un orchestre qui joue différentes danses.
Venez danser ! 

Ce sujet vous permet de noter votre participation, de décrire votre personnage. Vous pouvez poster ici et faire de nouveaux sujets ensuite pour rencontrer d’autres personnes, et ce jusqu’au 1er Jaminien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elysionearth.net
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 408
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Lun 13 Oct - 14:20

La salle était incroyablement belle. Les tarimas et les Créateurs avaient fait un travail tout bonnement extraordinaire, aidés les mages de l’université. C’était époustouflant. L’immense salle n’avait jamais été ainsi. On se croyait flottant en plein ciel. Tout n’était qu’étoiles et nuages. Les murs et le sol étaient un magnifique ciel piqué d’étoiles, tandis que les différents niveaux de la salle s’étaient transformés en beaux nuages, sur lesquels les gens semblaient flotter. Ils étaient opaques, et ne permettaient pas de voir au travers. Certains nuages flottaient librement dans la salle, formant des sortes de plateformes, permettant à de petits groupes de personnes de s’isoler. C’était ainsi dans la grande salle, réellement immense, et dans toutes les plus petites, elles-mêmes très grandes, qui l’entouraient. Le seul détail qui les différenciait, si cela pouvait être ainsi nommé, était leurs plafonds. Si ceux des petites salles étaient eux aussi formés d’étoiles, celui de la Grande Salle abritait une Aurore Boréale aux couleurs si éclatantes, si belles, qu’elles en étaient inimaginables. C’était d’ailleurs en elle que se cachait l’orchestre qui animait cette mémorable soirée. Lorsqu’on sortait sur les balcons, soit un voyait les jardins du palais baignés par la nuit, et la ville éclairée par des lampadaires, soit, de l’autre côté, on arrivait entre deux montagnes, au-dessus d’une mer d’un extraordinaire calme, dans laquelle se reflétait une Lune ronde et incroyablement brillante. C‘était de ce côté que serait tiré à minuit un magnifique feu d’artifices élaboré par les plus grands artistes d’Elysion. Minos, pour son bal de la Couleur, sûrement le seul de son histoire puisqu’il était normalement dévolu à Eaque qui cette année n’avait pu le financer, avait vu les choses en grand.

Beldura Glow entra dans la salle de Bal aux côté du roi et de la Reine d’Eaque et du conseiller, toujours le même, de feu Deus Wiseman, puisque Rhadamanthe se déchirait pour se trouver un roi. Le costume de la jeune reine, spécialement taillé pour la soirée, restait dans le thème. Sa robe était à couper le souffle –c’était d’ailleurs l’effet qu’elle avait déjà produit-.
L’astre de la Nuit n’avait plus de splendeur que la jeune Reine. Dans les cieux où la Nuit avait déployé ses voiles, la Lune paraissait moins pompeuse en sa robe d’argent alors même qu’au milieu de son cours diligent sa plus vive clarté fait pâlir les étoiles. Elle-même était fade, face à la Lune Rousse qui semblait rayonner. La jupe, immense, tenue par une crinoline, n’était que soie grise et velours pâle, tissus moirés aux nuances changeantes sous les lumières. On apercevait ses petits pieds chaussés de souliers d’argent. Sa taille fine était corsetée par le haut de soie brodée de fils d’argent, lisse, et sa poitrine était mise en valeur par un décolleté rond bordé d’argent et diamants éclatants. Des perles constellaient son haut, soulignant sa finesse. Les manches ballons, bouffante, étaient faites du même velours gris pâle que la couche de tissu inférieure de la jupe, et ce jusqu’à mi bras. Les manches se resserraient ensuite, collant à ses bras. Elles se terminaient sobrement, par une couture d’argent. Les épaules fragiles et surtout le cou fin de la jeune reine étaient mis en valeur par le col élizabéthain montant, fait d’argent, de soie et de diamants, qui illuminait de visage pâle. De là partait une cape qui ressemblait presque à une traîne de mariée. Longue, elle touchait terre, frôlant le sol. Argentée, moirée, elle aussi brodée de fils d'argent, de diamants et de perles, elle terminait la tenue en beauté. Ses cheveux roux étaient retenus en un chignon complexe, où les rubans me mêlaient harmonieusement aux boucles, aux fleurs, aux perles, le tout restant dans les tons gris pâle et blancs précédemment cités. Et enfin, un loup de soie grise recouvrait le visage de la jeune fille de l’arc des sourcils au haut des pommettes. Le maquillage, quoique présent était extrêmement discret. Le but n’était point de faire passer la reine inaperçue. Ce soir, il allait être compliqué pour elle de se perdre dans la foule.  

Foule qu’elle commençait déjà à parcourir du regard. Oui, elle ne pouvait reconnaitre aucun visage, puisque tous étaient masqués. Elle fit des sourires timides, au hasard. Sorga devait être quelque part. Elle distingua Siffroy, accompagné d’Odéline et d’une enfant. Elle les avait reconnus, d’abord car ils étaient un trio tout à fait identifiable, ensuite car ils avaient conservé leurs costumes de la journée, où elle-même avait défilé sur un char, costumée bien différemment. Son conseiller lui rendit son signe de tête, avant d’être entraîné par sa compagne, dont les yeux brillaient sous le masque. Mais ce n’était pas eux qu’elle cherchait, non. Elle se doutait que l’équipe qui était venue à son secours devait être quelque part, et que de nombreux gardes étaient dissimulés dans la foule, de même que des personnes bien moins honnêtes. Mais, et elle refusait de se l’avouer consciemment, celui qu’elle cherchait, c’était Isaac. Et elle ne le trouvait pas.
Depuis son enlèvement, et surtout depuis son retour, elle l’avait revu plusieurs fois. La première, c’était à la Fête de la Paix. Cette fois-là, où elle lui avait donné des voyageuses. Puis, il s’était pris au jeu, et était revenu plusieurs fois la voir, dans sa chambre. Il n’avait toujours pas récupéré son manteau. Il lui faisait toujours peur, mais moins. Bizarrement, elle avait toujours ses sensations de cœur battant, de sueur, de panique. Et elle refusait d’admettre que, oui, elle reconnaissait là ce qu’elle avait lu avant. C’était impensable. Pas d’elle, et encore moins envers lui. Elle tentait de se persuader que ce n’était là qu’un effet secondaire de la pression dont elle était victime à propos du mariage. Pourtant, peu à peu, ses propres barrages commençaient à sauter, ce qu’elle ne comprenait pas, et qui l’effrayait. Elle lui avait fait comprendre que ce soir, son absence serait préférable : sa tête était toujours à prix et on l’attendait au tournant. Ses gardes ne rêvaient que de l’attraper, persuadés qu’elle les distinguerait ainsi, tout comme les services secrets. Elle ne savait pas, de son côté, comment faire lever cette condamnation sans déclencher des questions. La situation était une impasse. Elle ne voulait pas qu’il se fasse attraper, sans pouvoir se l’expliquer, et mettait tout en œuvre pour contrer le travail de ses agents, ce qui était ridicule. Ce soir, ils espéraient le pincer, et elle espérait qu'il soit absent pour cette unique raison –alors qu’elle aurait dû ne plus jamais vouloir recroiser sa route-. D’un autre côté, elle aurait voulu qu’il soit là, et se persuadait du contraire. Elle était proche de la folie, se disait-elle. Elle souriait pour faire plaisir, mais un poids l’écrasait, et il ne partait que lorsqu’il était face à elle. C’était déroutant.

Les violons commencèrent la première danse, et elle fut invitée, comme le voulait la tradition, par le roi d’Eaque, ce qui la coupa dans ses pensées. Elle se laissa entraîner, et répondit mécaniquement aux gestes de l’homme face à elle, inquiète de l’absence comme de la présence du grand brun, apeurée d’elle-même.



[Oui, ça sert d'inscription à Belle et à Odéline et Siffroy x)]

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow




Dernière édition par Beldura Glow le Ven 17 Oct - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 326
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Lun 13 Oct - 14:36

Si cette après-midi, Aëlia avait été une cow-girl, ce soir, elle était une sirène. Accompagnée d’Alban qui n’avait fait que sortir son plus beau veston et surmonter son visage d’un masque rouge, la jeune fille entra dans l’immense salle. Elle resta soufflée par la vision de l’aurore boréale, par le ciel et les étoiles. Elle resta quelques secondes à contempler tout cela, sans mot dire. Puis :

- Bon, il est où le buffet ?

Son frère rit de bon cœur, et partit avec elle à la recherche du point le plus important de la soirée. Du coin de l’œil, elle vit les souverains, et de nouveau, elle s’arrêta. Tous étaient très beau, mais Beldura Glow était éblouissante, malgré des yeux tristes. Aëlia sourit. Les couturiers étaient très forts, vraiment. Puis elle reprit sa marche.
Ce soir, au grand dam de son frère, qui pestait contre son manque de féminité (ce à quoi elle répondait en lui tirant la langue), elle portait des bottines noires, un pantalon lamé qui lui collait au corps, bleu-vert, avec des impressions d’écaille dessus, et un haut à fine bretelles et à décolleté en cœur d’un joli turquoise avec quelques pointes de violet. Ses cheveux étaient exceptionnellement attachés, formant un mignon petit chignon boule derrière sa tête. Son visage était dissimulé par un loup avec les mêmes impressions que son pantalon, et des bords du même violine que celui qu’on trouvait sur son haut.
Une exclamation de joie sortit de ses lèvres : ils avaient trouvé le buffet … et de fait, les boissons ! Ce soir, si on voulait la trouver, ce serait ici, ou dehors, coup sûr. De toute façon, rares étaient ceux qui s’intéresseraient à une jeune fille banale en pantalon, ce soir, non ? Elle sourit, et prit le verre que lui tendait son frère.

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Lun 13 Oct - 18:35

Sorga était dans sa chambre, face au petit miroir qui lui permettait de faire sa toilette. Il observait son reflet, et son armure qui reposait au sol derrière lui.
L'homme-lézard était nu et, si l'on se demandait si quelque chose n'allait pas, les poignées cassées de l'armoire, ou la marque profonde dans la pierre du mur dans un coin étaient un bon indice.

Sorga détacha son regard de son reflet pour se tourner vers son lit, où il avait déposé la tenue qu'il avait prévu de mettre pour la soirée... jusqu'à ce qu'il ôte son armure et tente de sortir quelque chose de l'armoire : ses mains avaient écrasé le bois de la poignée comme s'il s'agissait de cendre...
La force qui lui servait à user de la hache et de son armure... il n'arrivait plus à s'en défaire...
Il ne pouvait pas aller au bal comme ça. Il briserait les verres en voulant les prendre, blesserait celui qui voudrait lui serrer la main...
Troublé, l'homme-lézard se détourna de la tenue qu'il avait spécialement acheté pour l'occasion, et s'accroupit près de son armure noire...

Sorga marchait dans les couloirs, chacun de ses pas accompagnés d'un léger grincement de métal.
Au moins, il avait nettoyé chacune des plaques d'acier il y avait peu de temps. Son armure brillait, rutilante mais, même s'il avait simplement accroché son heaume à sa ceinture et prit le temps de changer les écailles de sa tête en un mélange multicolore plus festif, sa tenue ne convenait pas vraiment à la Fête de la Couleur...
Au moins, il avait laissé sa hache dans sa chambre, se contentant d'amener sa lance, pliée et accrochée le long de sa cuisse. A portée.

Il risquait de se faire remarquer...

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Inferno
Asmodée - Veuve noire
avatar

Messages : 560
Date d'inscription : 22/03/2011
Age : 25
Localisation : Toujours à Ses côtés

Votre personnage et ses relations
Âge: 24 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Ven 17 Oct - 18:15

Eden sourit, légèrement méprisante, en voyant des gens qui, manifestement avaient gardé leurs déguisements de la journée. Les ploucs ! Il était évident que c’était un manque à la fois d’argent et de goût, et cela rendait la jeune femme moqueuse.
Elle-même n’était pas venue à la parade –cette idée d’arc-en-ciel, beurk !-, mais louper le bal du soir ne lui serait jamais venu à l’esprit. Il y avait tant de nouvelles proies, de chair fraîche à traquer, tant pour son propre plaisir que pour celui de son Père. Elle passa un doigt distrait sur ses lèvres foncées. Le sourire avait changé de ton. Il était séducteur. Prédateur. Même sa démarche avait changé. Plus souple.
La longue robe fourreau noire était faite d’un tissu mat qui semblait absorber la lumière. Elle épousait toutes ses formes, les mettant en valeur. Très simple, elle n’attirait pas le regard. Cependant, Eden n’était pas discrète, certes non. Une immense cape était sur ses fines épaules. Une immense cape intégralement faite en plumes de paon attachées entre elles. La cape captait la lumière et la rediffusait. Les couleurs des plumes étincelaient dans l’éclairage artificiel. La cape tournait avec elle, bougeait avec elle. Sur son visage pâle, Eden avait disposé un loup noir aux bords bleu nuit, sur lequel étaient cousues deux plumes de paon, qui montaient, l’une jusqu’à son front, l’autre jusqu’au-dessus de sa tête. Ses yeux étaient maquillés sous le masque, afin de pouvoir être présentable sans lui, et sa bouche était colorée en violine. Ses cheveux quant à eux, bouclés, étaient amenés en un chignon négligés d’où s’échappaient de nombreuses boucles folles.
Il lui suffit de s’arrête très peu de temps pour être déjà entourée de mâles tentant de la séduire. Elle se laissa faire, riant à leurs plaisanteries, et dansant avec eux, changeant toujours de partenaires. Elle n‘avait pas trouvé la perle rare de ce soir, et, si ces benêts feraient de parfaits laquais, elle n’avait pas envie de leur réserver un meilleur sort.

_________________
Infernale, sulfureuse, méphistophélique, perverse, diabolique, dépravée, vicieuse, malfaisante,
C'est moi qu'ainsi vous décrivez,
Je suis Sa fille et son fils, son arme et son appât,
Sienne
Pour toujours et à jamais

Eden Inferno



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléné Saralondë
Métisse tourmentée (et bigame)
avatar

Messages : 633
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 25
Localisation : Peut-être juste derrière toi, peut-être n'importe où ailleurs

Votre personnage et ses relations
Âge: 23 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Dim 19 Oct - 16:34

Une rousse flamboyante, aux cheveux tirant vers un cuivré très chaud entra dans la salle, un homme à chaque bras. Certes, ceci pouvait paraître étrange, d’autant que l’un était assez immense et l’autre beaucoup plus petit. Sa peau était brune, son corps fin paraissait sec et musclé. Sa poitrine était plutôt petite et allait parfaitement avec cette robe d’un vert foncé qu’elle portait. Dos nu, dévoilant une peau parfaitement lisse, l’avant lui était large et flou, assez décolleté. Puis, à la taille, une bande de tissu semblait serrer le corps frêle, et ce jusqu’aux hanches de la jeune femme, voire, jusqu’au haut de ses cuisses. De là, la robe s’évasait en de longs pans de tissus, qui tournoieraient très certainement lorsqu’elle danserait. Ses cheveux roux, souples et un peu frisés étaient lâchés. Seules deux mèches étaient nouées derrière la tête, empêchant que des cheveux ne viennent tomber son visage triangulaire, aux pommettes un peu hautes et saillantes. Sous le loup vert, des yeux d’un vert émeraude parcouraient sans relâche la foule, ne s’arrêtant sur, inspectant tout.
Si Séléné Saralondë était là ce soir, ce n’était pas pour s’amuser. Accompagnée de Deus te Thane eux même déguisés, elle avait passé la journée à se préparer. Ses cheveux avaient été teints, et la peau lisse qu’elle arborait n’était qu’une illusion magique, faire disparaitre toutes ses cicatrices s’étant avéré impossible. Ils en avaient profité pour modifier quelque peu la forme de son menton, plus pointu. Ses oreilles avaient été arrondies. Ce soir, ils étaient là pour prendre la température, savoir comment se passaient les choses après la guerre, où en étaient les gouvernements. Savoir si Deus pouvait reprendre sa place. Elle avait proposé d’y aller seule, afin d’être moins repérable, mais les deux hommes s’y étaient opposé, et finalement, tous deux lavaient accompagnée, chacun refusant de la laisser aux mains de l’autre. Belle mentalité, vraiment. Il fallait avouer que leurs relations à tous les trois étaient encore assez floues … Tous ensemble, ils se dirigèrent vers l’endroit stratégique de la soirée : le buffet. Séléné ne prêtait pas même attention à la splendeur de la salle.

_________________
Si je m'abîme dans ce décor triste et sublime,
Si je me nuis, nuit après nuit, jour après jour,
Si le soleil ne m'atteint pas, si le sommeil ne m'éteint pas,
Si mes lèvres traînent mes regrets de tout et de rien,
Si j'écrase mon coeur vide pour en extraire l'acide,
C'est car au lieu de vivre je me souviens ...

Séléné Saralondë


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-bubble.over-blog.com
Thane Pennkalet
Dernier forgeron d'artéfact ainsi que gentil ermite bourru
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 26/12/2012

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Dim 19 Oct - 16:47

Le demi-géant entra dans la grande salle avec une femme qui paraissait minuscule par rapport à lui au bras. Le visage caché par un masque immense lui prenant du haut du front au haut du menton, il avait tenté de s'habiller classe mais n'avait pas réussi à trouver ce qu'il cherchait à sa taille alors il s'était sur une chemise horrible d'un violet brillant qui brûlait les rétines. Son pantalon était bordeaux, un peu plus observable déjà mais il n'était pas fait pour aller à ce genre de fête de toute façon. Ses mains étaient équipées de mitaines de mitaines. Le tout donnait un assemblage assez hétéroclites sur lui, rien ne se ressemblait vraiment et tout ne collait pas ensemble mais il n'avait pas trouvé mieux.
Lorsque Séléné avait proposé d'aller à ce Bal, elle pensait y aller seule mais il s'y était opposé instantanément au même titre que l'énergumène qui vivait pour le moment sous leur toit. Ils s'étaient alors battus pour savoir qui accompagnerait la femme de leurs rêves, c'était Thane qui avait raison évidemment, si elle y allait pour se renseigner sur les idées autour de Deus, alors il était dangereux pour Deus lui-même d'y aller mais l'imbécile n'avait pas voulu entendre raison. Il lui avait listé une quantité d'arguments idiots et illogiques et avait refusé de ne pas venir pour ne pas être laissé en arrière.
Ils avaient fini par venir tous deux au bras de la même cavalière.
Il jeta un coup d'oeil à l'autre bras de Séléné.
Le jeune ex-roi le regardait à travers son loup d'un air menaçant, des éclairs semblaient prêts à sortir de ses yeux pour venir mordre le demi-géant. Lui il avait réussi à s'habiller comme il faut, comme Thane aurait bien aimé réussir : Un costard d'un bleu vif et un pantalon d'un bleu profond. Il était devenu bien plus musclé depuis qu'il étais arrivé chez eux, c'était étrange car sans faire d'exercice, son corps s'était développé pour être bien plus carré et musclé qu'avant. Le costard était donc un peu court au niveau des épaules mais ce n'était pas grave. Il s'était teint en brun aussi, pour ne pas se faire repérer, ses souliers cirés brillaient à chaque fois qu'il posait un pied sur le sol et il avançait fièrement en direction du buffet.
Maintenant qu'il y pensait, il avait faim

(Ceci sert aussi d'inscription à Deus Smile)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Eksezkiel
Le Prince Maudit
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 130

Votre personnage et ses relations
Âge: 130 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Dim 19 Oct - 20:59

Il n'y a rien de plus beau dans ce monde qu'une salle de bal magnifiquement décorée sur le thème de la nuit entourée par des troupes de gardes prêts à vous tuer dès que vous passerez le pas de la porte. Isaac jubilait. A la base, il n'avait pas prévu de venir. Et puis, Beldura lui avait justement conseillé de ne pas venir. Il ne lui en avait pas fallu plus pour appeler son tailleur et trouver un costume. Contre toute attente, il était revenu la voir depuis la fête de la paix. Plusieurs fois. Il conservait une des voyageuses dans son bureau, après tout, il n'en avait pas dans sa collection. Et il avait utilisé celles qui restaient pour lui rendre visite. Et parfois, il revenait à des méthodes plus traditionnelles qui consistaient à grimper jusqu'à sa fenêtre. Elle avait toujours un air angoissé lorsqu'elle le voyait. Pourtant elle avait voulu qu'il revienne. Parce qu'elle voulait qu'il l'enlève encore. Outre le fait qu'il ne voulait pas avoir une armée devant sa porte, il refusait encore et toujours d'admettre qu'il voulait qu'elle revienne. Et pourtant, à chaque fois qu'il la voyait, il se sentait mieux. Il en aurait presque oublié sa souffrance quasi-permanente. Et plus le temps passait, plus il avait envie de l'avoir pour lui tout seul. Il n'aurait eu aucune scrupule à l'enfermer chez lui pour toujours, si seulement cela avait pu être possible. Tout ce qu'il voulait, c'était qu'elle soit là avec lui. Alors, quand elle lui avait suggéré de ne pas être présent ce soir car tous les gardes l'attendaient au tournant, il avait eu l'impression qu'elle lui avait donné une invitation.

D'un pas calme et décidé, il franchit les imposantes portes de la salle de bal. N'importe quelle personne sensée aurait choisi un couleur sobre, discrète pour ne pas se faire remarquer. C'est pour ça qu'il avait choisi un blanc éclatant. Mais il avait opté pour un simple costume trois pièces d'une couleur virginale donc, ce qui était très ironique quand on connaissait le personnage. Néanmoins, par souci du détail, chaque couture, chaque bouton était aussi noir que ses cheveux. Il avait d'ailleurs attaché ces derniers en chignon assez bas dans sa nuque. Si on le voyait de face, on aurait presque pu penser qu'il avait les cheveux courts. Et son visage, actuellement placardé sur des affiches à chaque coin de rue, était caché derrière un masque, cachant le bas de son nez jusqu'au haut de son front. En fait on ne pouvait voir de son vrai visage que son menton, sa bouche et ses yeux, évidemment. Le masque était aussi blanc que le costume et de nombreux détails avaient été peints en noir dessus. L'ultime détail de sa tenue résidait dans une rose rouge qu'il avait accroché à sa boutonnière. On est élégant ou on ne l'est pas.

On lui proposa un verre dès qu'il arriva et il l'accepta gracieusement, le saisissant rapidement. Ses mains portaient des gants fins, qui ne pourraient pas résister longtemps à l'arme que l'une d'entre elles contenait si jamais la situation devenait compliquée à gérer. Il scruta la foule quelques instants. Il aperçut une Cynn sublime dans une robe violette imposante, riant aux éclats et entourée de jeunes hommes. De futurs repas, sans doute. Mais ce n'était pas pour elle qu'il était là. Et il ne mit pas longtemps à trouver la demoiselle qu'il cherchait. Elle était magnifique, malgré ses sourires forcés. Sa robe lui allait à ravir. Le regard d'Isaac s'assombrit néanmoins quand il vit le roi d'Eaque entraîner la jeune femme dans une danse. Il se fichait pas mal de la tradition et il aurait bien tordu le cou à cet homme qui osait la toucher. Qu'est ce que c'était que cette main sur sa taille ? Son instinct lui rappela alors qu'il fallait qu'il soit discret ce soir et que, donc, éliminer une personnalité royale en plein milieu d'une salle bondée était peut être une très mauvaise idée. Il se contenta alors de boire son verre calmement, guettant la moindre occasion qui lui permettrait de se rapprocher de la Reine de Minos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Dim 19 Oct - 22:59

Spya n'avait encore participé à aucun bal, elle était surexcitée à l'idée de participer à celui-ci. Elle était rentrée la veille chez ses parents adoptifs pour préparer la plus belle tenue possible à l'aide des savoirs-faire de sa mère. C'est ainsi que toute la nuit elles ont cousu plumes perle frou-frou puis décousu puis recousu puis encore décousu pour enfin arriver à une robe bustier rouge et orange qui faisait ressembler la belle espionne à un phœnix. 
Lorsque son frère s'est levé elle essayait la robe une dernière fois pour voir si tout était bien ajusté. Ce dernier enlaça sa sœur en lui chuchotant à l'oreille 

"Si tu n'étais pas ma sœur je serais tombé amoureux..." 

Puis il s'adressa à sa mère en lui demandant s'il était trop tard pour lui faire un costume assorti. Cette dernière s'écroula sur une chaise complètement épuisée. Spya lui indiqua d'aller se coucher et qu'elle allait aider leur père pour le repas de midi et essayer de faire quelque chose de correct pour Day. Une fois leur mère partie un long silence suivit d'une dispute à voix basse sur le fait que Spya n'avait pas besoin (selon elle) d'être chaperonnée. Elle s'était changée tout en expliquant à son frère que c'était pas le moment qu'il fallait qu'elle aille au restaurant et qu'ils en parleraient plus tard. 
Ils n'en ont pas reparlé. 
Elle s'est préparé en silence sous le regard pesant de son frère ou l'on pouvait sentir désir colère tendresse.  Sa longue robe rouge dont le bustier mettait sa poitrine en valeur ainsi que ces hanches d'où commençait le dégradé du tissu finissant sur un dégradé inverse de plumes. Un maquillage sobre mais de soirée recouvrait ses yeux et un rouge éclatant ses lèvres. Avant de rejoindre la voiture qui l'attendait elle regroupa une partie de ces cheveux d'un côté et enfila un loup fait de plumes comme celles de sa robe. 
Son chef se trouvait dans la voiture vêtu d'un costume blanc aux détails rouge (bouton, liserai, et nœud papillon) avec un loup rouge. 

"Mademoiselle Beru vous êtes en beauté ce soir. Phoenix je présume ? " 

Ces mots avaient était prononcé par Daël sur un ton neutre ce qui enlevait tout le charme du compliment mais pas celui de l'homme au contraire. 

"Merci. Vous n'êtes pas mal non plus en ... Colombe blessée ?" 

Elle tenta un sourire, que lui rendit son supérieur.  

"La colombe dans l'ancien temps était symbole de paix, le rouge est pour  rappeler que la paix vient seulement après que du sang ait coulé" 

Le reste du voyage fut silencieux. Ils arrivèrent ensemble dans la salle mais se séparèrent rapidement pour observer la foule et les personnes importantes présentes.



[désolée je présente deux personnages Daël et Spya]


Dernière édition par Spya Beru le Lun 3 Nov - 18:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angel Dust
Tueur de l'Ombre, froid et sanguinaire
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 30
Localisation : Non loin de ma prochaine cible

Votre personnage et ses relations
Âge: 28 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Fête de la Couleur: le bal   Mer 22 Oct - 13:31

Angel Dust était frustré. Ce soir, il n’avait pas pu se vêtir de noir. Lorsqu’il entra dans la salle, ce fut vêtu d’un pantalon d’un rouge sanglant, d’une veste pourpre qu’il portait ouverte  sur une chemise blanche.  Un masque dans ces mêmes teintes dissimulait le haut de son visage marmoréen. On ne voyait étinceler que ses yeux de sang que l’on aurait pu croire changés grâce à des lentilles. Il ne souriait pas. Inferno était parte avant lui. Il ne lui avait pas dit qu’il viendrait, mais sa décision était prise depuis longtemps déjà. Depuis l’enlèvement de la jeune Glow, il ne cessait de penser à elle. Déjà, il était allé à la Fête de a Paix, toute la journée, lui qui n’avait rien à y fêter. Dès qu’il le pouvait, il allait sur Minos, prendre de ses nouvelles. La rumeur courrait qu’elle se marierait bientôt, mais il n’avait pas entendu parler d’Isaac. Heureusement. Il avait vu un homme s’éloigner d’elle du coin de l’œil, mais n’avait pu fouiller les recherches le jour de la Paix. Aujourd’hui, il était là pour la garder à l’œil. Splendide, ses mains couvertes de fins gants de cuir souple et du Kevlar et des armes partout sur lui, il commença à faire danser des jeunes femmes désireuses d’avoir un cavalier tout en gardant Beldura Glow à l’œil.

Il ne se doutait pas qu’à minuit il aurait tant de travail. Il avait suivi l’homme, qu’il avait identifié, et s’était caché lorsqu’il avait été neutralisé. Approcher la Reine étant devenu impossible, il partit. Il le retrouverait, le ferait cracher et le tuerait. Il se le jurait. 

_________________
Je suis mort il y a longtemps
Et aujourd'hui je renais de mes cendres
Pour donner à la mort le monde entier
Et te prouver mon amour sanguinaire

Angel Dust

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fête de la Couleur: le bal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haradrim: quelle couleur?
» Couleur de la cape de haut elfe
» Schéma de couleur tyranide. votre avis .
» Couleur du pet
» Intrus... [PV: Couleur d'Opale]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysion :: Archives-
Sauter vers: