Forum RPG science fantasy
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Delphine Pythias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dieu

avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:

MessageSujet: Delphine Pythias   Mer 8 Avr - 22:23



DELPHINE PYTHIAS




Date de naissance: 19 Lévien (25 ans au moment du début du jeu -> mettez l’année en fonction)

 Lieu de naissance:Sur une des îles de l’Archipel

 Lieu de vie: Chateau d'Eaque

 Rang: Pythie de Delphes, ou presque

 Citation: “On ne voit bien qu’avec l’esprit. Le reste est invisible pour les yeux. »


Situation et particularités

Race: Télépathe

 Métier: Oracle

 Spécialité: Prédictions oraculaires

 Pouvoir et dons: C’est très étrange, mais c’est là une jeune fille qui semble pouvoir prédire l’avenir. Certes c’est un peu flou, mais enfin, ça marche ! Par contre, elle ne sait pas lire dans les pensées, ni en transmettre.

Apparence physique: Delphine est une jeune femme assez grande, très mince. Elle porte toujours de longues robes blanches, très amples, qui sont resserrées à la poitrine. Parfois, il y a de petits ornements, des détails  qui vont attirer l’œil, mais d’autres sont très simples, neutres : ce sont celles qu’elle porte le plus souvent. Elle semble parfois se perdre dans tout ce tissus, dans ces amples manches  qui bougent au moindre mouvement, mais ça n’a pas l’air de la déranger : on peut supposer que c’est très confortable. Elle se chausse de ballerines blanches, simples, tout ce qu’il y a de plus ordinaires, ce qui lui permet de ne pas se grandir.
Sa peau très pâle laisse souvent ses veines affleurer, étrange coloration bleue sur ce corps diaphane.
Le bel ovale de son visage au menton un peu pointu est très équilibré, avec une forme d’harmonie, de symétrie assez étrange, presque dérangeante : un tout petit nez qui lui donne un air un peu « bébé », une bouche, fine et étroite, rarement maquillée qui sourit assez rarement, sauf avec un sourire un peu étrange, un peu vide, qui semble flotter sur ce mignon minois et renforce son allure d’étrangère, d’extraterrestre. Le front est large, un peu haut, généralement dégagé de ses cheveux blancs, qu’elle porte mi- longs et presque toujours détachés, quoique fréquemment ornés d’une coiffe asse remarquable, qui peut changer et est souvent décorée de fleurs, blanches ou pâles et permet de l’identifier d’assez loin, surtout couplée à sa grande taille.
Ses grandes paupières bleutées ornées d’une frange de cils blancs sont toujours fermées. Ceux qui disent avoir vu ses yeux disent qu’ils sont rouges, voilés d’une couche laiteuse, ou bien gris, ou encore noirs, ou complètement blancs. Bref, personne n’est d’accord, ce qui n’est pas bien grave, puisqu’elle est aveugle : ses yeux ne lui servent strictement à rien. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont constamment clos. Ça ne semble pourtant pas la gêner pour marcher, puisqu’elle ne se cogne jamais : on dit que c’est son esprit qui la guide.



Son histoire

Il y a aujourd’hui un peu plus de vingt ans est née sur une minuscule île de l’archipel une enfant couleur de neige, fille d’un marin et d’une brodeuse, tous deux à la peau caramel. Sa naissance fit l’effet d’une bombe dans cette toute petite île : d’où venait donc cet enfant si pâle ? Pourquoi ces yeux étranges ? On la dit maudite, frappée par le sceau de l’Ombre … Ses parents pensèrent, la mort dans l’âme, s’en séparer, définitivement en l’abandonnant sur des eaux peu amicales, espérant qu’elle soit recueillie avant de se noyer. Lorsqu’ils partirent à la mer, leur cœur se serra, si fort qu’ils décidèrent de se séparer, non plus de leur enfant, mais de leur chère île. Ils partirent sur Eaque, et allèrent vivre non loin de l’Université, sans savoir combien cette décision leur serait utile.
L’enfant grandit assez joyeusement, malgré une certaine pauvreté. En effet, les broderies paient assez mal, et son père avait mis bien du temps avant de retrouver un réel emploi. Il y avait pourtant des moments de doute, qui auraient, peut-être, pu leur mettre la pucce à l’oreille : l’enfant se cognait beaucoup, et semblait ne pas voir certains obstacles, mal évaluer volumes, perspectives et distances. Les Pythias ont longtemps attribué cela à une certaine distraction, souvent constatée chez leur espèce. La fillette avait été très agressée à l’école, confondue avec une fille de la Lune, et ses parents l’en avaient retirée, pour lui trouver un professeur particulier. C’est finalement, faute de moyen, son père qui s’en chargea. Mais, alors que Delphine grandissait plusieurs choses ont commencé à poser problème, sans que cela n’alerte réellement. C’est elle-même qui demanda, à son adolescence, à voir un médecin lorsque, paniquée, elle vit peu à peu son champ de vision se réduire de plus en plus, alors que par moments on semblait lui souffler le futur de façon très angoissante sans qu’elle puisse pour autant exercer ses pouvoirs de Télépathe.
C’est à l’instant précis où le médecin, après des batteries d’examens, de consultations, d’entrevues avec des spécialistes, d’argent chichement gagné dépensé, rendit son verdict, que sa vie bascula.

- Mademoiselle Pythias, j’ai une mauvaise nouvelle. Vous êtes atteinte de cécité dégénérative, et, dans quelques mois, vous serez aveugle. Nous ne pouvons rien faire pour vous soigner, et j’en suis désolé. C’est déjà trop tard. Quant à vos pouvoirs, je crois que cette vision de l’avenir en est une manifestation faussée. Je ne sais pas s’ils se manifesteront un jour, ni si vos visions du futur disparaitront.

Elle n’avait pu parler, et était sortie, abasourdie.
Elle en avait pleuré longtemps, puis elle s’en était peu à peu, remise, tout en apprenant à voir autrement. A quinze ans, elle était aveugle, et ses prédictions devenaient de plus en plus courantes, de plus en plus simples à réaliser, et de plus en plus précises et justes. A quinze ans, elle analysait tous les sons, toutes les odeurs, tous les goûts, toutes les sensations, pour compenser cette perte.
Elle avait continué d’étudier, jusqu’à ses 20 ans, puis lors d’un bal au palais d’Eaque, elle avait été victime d’une sorte de crise oraculaire très aigüe, qui avait surpris et effrayé. Elle avait vite été évacuée, après avoir prédit à un conseiller un mort violente.
Quelques semaines plus tard, cette homme, félon, avait reçu sur la tête une poutre tombée dd’un chantier, qui l’avait tué sur le coup. C’est à cet instant que le Roi repensa à cette crise, impressionnante pour ceux qui n’étaient pas habitués. Quelques jours plus tard, Delphine était convoquée au palais.
Ce jour-là fut un jour d’angoisse intense. Elle y alla seule, mais difficilement, car elle ne connaissait pas le passage. Elle faillit plusieurs fois renoncer, et, lorsqu’elle se trouva face au roi, ne parvint pas à la reconnaître. Il lui parla longuement. Lorsqu’elle sortit, ce fut pour faire ses valises et aller emménager dans une des chambres palatales. Elle y vit depuis, figure étrange et solitaire, un peu effrayante, très proche des souverains.



Son caractère

Delphine est une jeune femme assez mystérieuse, et un peu solitaire aussi. On ne sait pas réellement si c’est par volonté ou si c’est une conséquence de sa fonction, qui impressionne assez. Assez silencieuse, elle réfléchit beaucoup avant de parler au quotidien, ce qui fait qu’elle parle assez peu, puisque qu’elle met du temps à répondre. C’est ce qui la rend mystérieuse : elle ne parle pas beaucoup, et exprime rarement quoi que ce soit par ses expressions faciales. Vue comme distante et froide, elle intrigue beaucoup. Sa façon de prédire l’avenir est imaginée comme un rapport avec les Dieux ou le destin et fait un peu peur, surtout qu’elle change un peu de voix.
En réalité, Delphine est comme la mer lisse sous laquelle s’agitent les courants les plus forts. Devenant peu à peu aveugle, elle a dû apprendre à aiguiser tous ses autres sens, elle, la Télépathe qui ne pouvait lire dans les pensées. Le seul problème est qu’elle les a trop aiguisés, et qu’aujourd’hui, faire un tri est d’une incroyable complexité. Ainsi, si elle met du temps à répondre, c’est car elle doit analyser toutes les informations qui lui arrivent par les voix, les murmures, les froissements, les bruits pour répondre de la façon la plus juste possible. C’est donc pour cela qu’elle est très silencieuse. De plus, le fait de ne plus voir l’inquiète beaucoup, et l’inhibe. C’est quelqu’un de timide, qui est impressionnée par ses propres capacités. Ces capacités, parlons-en. Elle les a eues peu à peu et lorsqu’elles se manifestent, ou lorsqu’elle les invoque, elle a la sensation de se vider d’elle-même, de n’être plus qu’une coquille vide habitée par une autre intelligence. Cela l’impressionne fortement, mais impressionne aussi les autres, créant entre elle et eux un fossé toujours plus important du fait de sa réflexion lente et de sa timidité.
On peut supposer que, si on parvient à gagner sa confiance ; ce sera une jeune fille pleine d’esprit et d’anecdotes, peut-être même drôle. Mais enfin pour l’instant, elle est assez seule, donc il est difficile de savoir si cette supposition est vraie.



Un peu de vous
Le code: REPONSE

 Métier: REPONSE

 Un petit mot sur vous? REPONSE

 Comment avez vous trouvé le forum? REPONSE

Une remarque? REPONSE

Code par Elegna avec l'aide de Never-utopia pour Elysion


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elysionearth.net
 
Delphine Pythias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A titre indicatif, çà existe !
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...
» Delphine Rosier, une Naine parmi les Naines
» Les Relations de Delphine Rosier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysion :: Hors du temps :: Qui êtes vous donc ? :: Se présenter :: Pré-Créées-
Sauter vers: