Forum RPG science fantasy
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Du rififi aux salsifis [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mar 27 Oct - 0:52

La cour d'entrainement aux arts magiques ressemblait à une ancienne cour intérieure d'abbaye, dans un coin du Palais qui jouxtait l'aile des domestiques et les baraquements de la garde. On y avait aménagé toute une série de mannequins de pierres enchantées, traités pour résister aux sortilèges destructeurs et pour pouvoir se réparer d'eux-mêmes si une recrue particulièrement douée parvenait à les briser. Sans parler des boucliers protecteurs gravés dans les colonnes de l'allée extérieure, qui servait à protéger les spectateurs d'éventuelles erreurs de tir.
Sorga aimait y venir pour s'entrainer, et tenter de se détendre lorsqu'il n'était pas aux côtés de la Reine ou occupé ailleurs. Avoir des mannequins qui se réparaient peu importe le nombre de fois où il les cassait était utile.
Attendant que les mannequins se réparent - sa hache avait fait tout voler en éclats, comme d'habitude - il avait ôté son armure et s'était assis en tailleur pour profiter des rayons du soleil. Son arme reposait au sol devant lui, et il ne portait pour tout vêtement que son gambison, ce vêtement de cuir et de toile peu esthétique qui servait à protéger des frictions de l'armure massive une fois sur le dos.

Sorga n'arrivait pas à se détendre.
Pourtant, tout était réuni pour apaiser ses nerfs : il était au soleil, au calme, le seul bruit qui lui parvenait était celui des oiseaux chantants dans les jardins tout proches, il savait la Reine en sécurité dans la salle du Conseil, à deux minutes de là...
Rien n'y faisait...
Le souci, c'était Isaac. Cela faisait quelques semaines que la relation entre Beldura et cet homme avait été officialisée. Sorga l'avait découvert depuis qu'il l'avait surpris dans la chambre de la Reine une nuit mais, malgré ce temps supplémentaire, il avait bien plus de mal à l'accepter que la plupart des minosiens.
La raison était simple, il détestait le personnage ; son arrogance, sa suffisance, son mépris affiché envers tout Minos et envers lui-même étaient difficilement supportables. Mais Sorga n'oubliait pas qu'il avait failli se faire tuer par Isaac, ni que c'était avant tout le kidnappeur de la Reine.

Il ne comprenait pas l'affection de Dame Beldura pour cet homme, mais il respectait son choix, car il savait qu'elle l'avait fait de son plein gré. En revanche, voir et savoir Isaac auprès d'elle, dans le Palais, l'empêchait de dormir. Cela lui était difficilement supportable, même.
Pour la Reine, il tenait le coup. Son comportement avait changé pourtant, il ne parlait quasiment plus, et ne se séparait plus de son heaume en présence de la Reine, maintenant qu'Isaac était dans les parages. Il s'éloignait progressivement à mesure que Beldura et Isaac se rapprochaient.

Il rouvrit les yeux, expira à fond et plongea son regard dans celui, vide, de son heaume, posé avec son armure devant lui, comme un intimidant mannequin d'acier noir.
L'homme-lézard avait l'impression d'avoir de nouveau son frère Zyrwatil face à lui, ce qui le fit sourire.

- Je parie que tu aurais réglé la question en quelques secondes, pas vrai ?

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 10 Fév - 17:36

Pars Immony se leva un matin, de bonne heure et de bonne humeur, comme tous les autres jours faits sur cette planète. Son bonheur fut pourtant altéré. En effet, après, avoir fait sa toilette, brossé ses cheveux, mis une robe bleue et un jupon blanc, comme tous les matins donnés sur cette planète, elle se dirigea vers la clairière Pink Fluffy où ses chères licornes paissaient avec allégresse et paillettes. Partout autour d’elle des arbres aux feuilles multicolores offraient leurs fruits juteux et acidulés à la chair tendre. Pars gambadait, trottinait, sautillait de son extrême joie dans la forêt pour aller jusqu’à la clairière Pink Fluffy, comme toutes les matinées créées sur cette planète. Malheureusement, sa joie s’évanouit comme une nuée de papillons s’évapore devant un pet de traduc. Ses malheureuses petites licornes étaient encore, là, bien sûr, mais on leur avait coupé la corne !
« Que la peste soit des cornes ! Où sont-elles ? Où sont-elles ?? »
Pars était habitée à parler toute seule puisque seule elle vivait.
Habituellement habitée d’une joie intense et inébranlable, elle se sentit perdue. Démunie.
« Une licorne sans corne ? Mais c’est comme un pégase sans ailes ! Ridicule ! Absurde !! »
Pour la première fois de tous les jours passées sur cette planète, Pars était contrariée. Vraiment très contrariée. Voire carrément en colère. Sentiment qui lui était pourtant inconnu et qu’elle avait du mal à comprendre. Quand même, ça n’était pas possible ! Elle était perdue. Égarée. Désolée.
Elle s’approcha d’Applejack, à la crinière de feu, et remarqua la coupe nette de la corne ; elle câlina Pinkie Pie et sa robe rosée et se désola de sa corne réduite ; elle embrassa Rarity et coiffa sa crinière rose tout en constatant l’absence flagrante de son excroissance pointue. Il en fut de même pour Rainbow Dash et sa croupe arc-en-ciel, Fluttershy la Blonde ou encore Twilight Sparkle la doyenne du troupeau dont la crinière bleue déclinait un peu. Pars se désolait un peu plus à chaque constatation et ses larmes ne cessaient de couler sur ses belles pommettes. Désemparée, elle s’assit au milieu de ses licornes décornées, pleura encore beaucoup et, après trois jours de malheur larmoyant, elle se leva décidée à faire quelque chose. Mais quoi ? Vers qui se tourner ?
Soudain, une idée lui vint. Chez elle, c’était aussi rare que le sentiment de la colère et elle se sentit transportée par ce fourmillement qui lui passa dans l’échine.
« La Reine bien sûr ! Elle, elle saura quoi faire ! »
Revigorée par cette nouvelle émotion, mue par le retour de sa joie, elle se dirigea vers son chez elle. Dans la petite cabane qu’elle occupait, il y avait toujours eu cette carte du monde à laquelle elle n’avait jamais prêté attention. Elle s’en empara, la mit dans sa sacoche, prit des fruits secs qu’elle mit aussi dans son sac. Puis elle chercha Gousset. Enfin. Chercher est un bien grand mot : elle posa une carotte sur le perron et attendit. Le temps de finir les préparatifs et le petit coquin avait pointé le bout de son nez. Fin prête, elle partit.
Habitant au Nord de la forêt Chrysanthème, elle n’eut pas à faire longue route pour atteindre l’orée de la forêt. Elle avait des fourmillements dans le creux du ventre, des papillons devant les yeux et la bouche sèche.
« Cap Nord-Est Gousset ! »
La planification n’était pas son fort, elle se dirigeait selon ce que son cœur lui disait. Elle traversa des champs multicolores, des petits villages pas très grands et dormit dehors, à la belle étoile. Finalement, au bout de six jours, elle arriva à Elysée. Rompue, elle s’installa dans la première auberge qu’elle croisa pour se désaltérée contre le peu de nourriture lui restant. Tout ici était beau, clair, calme : les rues, les maisons et les passants. Elle déambula encore quelques temps dans ce dédale de perfection jusqu’à ce qu’elle tombe sur le Palais. C’était la plus belle bâtisse que Pars avait vu de toute sa vie (mais en même temps ce n’était pas dur vu qu’elle habitait dans une forêt). D’une perfection absolue. Elle ne trouva personne sur son chemin pour lui indiquer l’endroit précis où elle pourrait trouver la Reine, alors elle entra. Elle se trouva malgré elle dans la salle du trône qu’elle trouva vide. Ses pieds la menèrent dans un couloir desservant de petites pièces toutes plus vides les unes que les autres. Montant et descendant des escaliers forts jolis mais interminables, elle commençait à croire que ce palais était inhabité. Elle décida donc d’aller faire un tour dans les jardins.
« Oh oui, vu le beau soleil que nous avons aujourd’hui, la Reine a surement dû sortir ! »
Après un nouveau dédale de couloirs, elle tomba par hasard sur une grande cour d’entraînement aux combats.
Quelqu’un était assis au milieu.
Il murmura quelque chose à son heaume posé devant lui. Faisant un pas dans les rayons du soleil, Pars lâcha un « Bonjour ! » plein d’entrain et de joie pailletée. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 10 Fév - 19:25

Un "Bonjour" enjoué le tira de ses pensées. La voix grave venait de derrière lui, et l'homme-lézard tourna la tête, s'attendant à découvrir un solide gaillard qui allait avec ce timbre...
Une jeune fille, toute menue, habillée d'une robe et d'un tablier blanc et bleu, se tenait là, le visage radieux.
Surpris de ne pas l'avoir entendue venir, Sorga se releva et lui fit face, hochant la tête pour la saluer :

- Bonjour. Je peux vous aider ?

Il ne souriait pas, par crainte de l'effrayer en montrant sa dentition particulièrement pointue, mais la question était sincère.
Le rôle de domestique semblait la meilleure réponse à adopter, surtout pour cacher un peu son malaise devant cette voix grave qui allait avec cette jeune fille aux cheveux blonds. Le mélange des deux était perturbant, pour le moins.

L'homme-lézard pensa sérieusement remettre son armure mais se retint ; ça aurait été impoli de le faire tout d suite. Et ce n'était pas nécessaire, du moment que la jeune fille gardait ses distances.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 10 Fév - 21:16

Son bonjour enjoué sembla surprendre l'homme. Qui à bien regarder, n'en était pas du tout un. Pars sourit d'autant plus. Un homme combiné à un animal ne pouvait qu'être une brave personne !

-Bonjour. Je peux vous aider ?

Il ne semblait pas tout à fait à l'aise. Peut-être n'était-elle pas à sa place ici et l'homme-lézard n'osait pas le lui dire !
Alors qu'elle ouvrait la bouche pour répondre, Gousset profita ce moment pour passer la tête à travers la sacoche et renifler les alentours. Amusée, Pars lui grattouilla la tête, pendant qu'il jetait un œil. Son attention se posa sur l'homme-lézard et il se mit à montrer les dents.
 
-Gousset ! Enfin ! Pardon, c'est mon conil, il n'est pas habitué à voir d'autres personnes que moi... Je suis venue de la forêt Chrysanthème pour rencontrer la Reine, mais je me suis perdue dans cet immense palais. 

Un petit rire s'échappa de sa gorge avant de reprendre.

-Vous vous rendez compte ? Mes pauvres licornes toutes écornées ! C'est affreux !

Et tout en disant cela, elle s'approcha de l'homme-lézard et tout en lui tendant la main : 

-Enchantée, Pars Immony.


Dernière édition par Pars Immony le Ven 12 Fév - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Jeu 11 Fév - 15:22

Une jeune femme bizarre, qui sortait presque de nul part, avec un animal inhabituel comme compagnon qui avait un nom d'objet commun...
Sorga avait une sensation de déjà-vu.
Il se secoua pourtant lorsqu'elle expliqua venir de la Forêt Chrysanthème pour rencontrer la Reine, et qu'elle s'était simplement perdue. Bon, au moins, elle venait bien de quelque part. L'entendre parler - et surtout rire ! - confirmait que cette voix grave lui appartenait bel et bien. Mais comme elle n'avait pas l'air méchante, l'homme-lézard se détendit un peu.

Il s'étonna de l'entendre parler de licornes écornées, et allait lui demander des détails là-dessus, intrigué, lorsqu'elle s'avança vers lui, se présentant d'un air enjouée et la main tendue, attendant qu'il la serre.
L'homme-lézard leva aussitôt une main devant lui, pour lui demander de s'arrêter.

- Un instant, s'il vous plait.

Il se retourna pour s'approcher de son armure, récupérer ses lourds gantelets d'acier noir et les enfiler rapidement.
Faisant finalement face à la dénommée Pars, il lui serra la main.

- Enchanté Pars, et Gousset c'est ça ? Je suis Sorga, garde du corps de la Reine. Je peux demander pourquoi tu veux rencontrer Dame Beldura ? Tu as évoqué, des licornes ?

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Ven 12 Fév - 18:17

L'homme-lézard ne s'était pas présenté. Il lui avait même demandé un instant, durant lequel il s'était retourné pour enfiler des espèces de gros gants noirs avant de lui serrer la main. Elle ne comprit pas pourquoi.
Lorsqu'il se retourna, elle en profita pour le détailler un peu : ses jambes arquées supportaient un corps légèrement courbé fait pour le combat, une grande queue contrebalançait son poids lorsqu'il bougeait et ses mains écailleuses se finissaient par de petites griffes qui semblaient très entretenues. Pars n'avait pas peur. Mais lui semblait plutôt sur la défensive.

Il s'appelait Sorga. Joli nom. Puis il évoqua ses licornes, ce qui fit remonter les larmes dans les yeux de Pars :

-Mes licornes ! Mes pauvres petites licornes !

Sa voix grave commença à chevroter, mais elle continua son flot de paroles :

-Rendez-vous compte ! Je me suis levée, un matin et elles avaient été toutes écornées ! E-cor-nées ! Vous comprenez ? Applejack, Pinkie Pie, Rarity, Rainbow Dash, Fluttershy et Twilight Sparkle !! Toutes avec la cornes raccourcit ! C'est absolument terrible ! Il faut faire quelque chose. Et je me suis dit que la Reine, peut-être... 

Pars essuya une larme qui commençait à rouler sur sa joue et continua à parler à grand renfort de gestes. 

-J'ai donc pris mes affaires, et Gousset, et je suis partie pour arriver jusqu'ici. Mais c'est tellement grand que je me suis perdue ! Et que je vous ai trouvé à vous. Et d'ailleurs qu'est-ce que vous faisiez tout seul à parler à votre heaume ? 


_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Dim 14 Fév - 15:40

L'homme-lézard réfléchit un instant aux paroles de Pars. Apparemment, la jeune fille devait être éleveuse de licornes, ou au moins vivre parmi ces animaux rares et farouches, et elle les avait trouvées un matin dépossédées des cornes caractéristiques. S'agissait-il d'un acte de braconnage ? C'était étrange...
Assez en tout cas pour amener Pars devant la Reine, ne serait-ce que pour entendre toute l'histoire, qui l'intriguait.

Sorga sourit à la dernière question de la jeune fille :

- Je réfléchissais juste à voix haute. C'est normal que tu n’as pas trouvé la Reine, surtout sans demander ton chemin. La salle du Conseil ou elle se trouve actuellement n'est pas normalement accessible au public, donc la route n'est pas balisée. Bref, je veux bien t'y escorter, mais je ne suis pas certain que la réunion pourra s'interrompre pour que tu puisses parler de ton problème.
Si tu veux bien attendre que je récupère mon armure...


De toute façon, son entraînement était mal parti, vu le temps que mettaient les mannequins à se reconstruire. Il avait dû taper plus fort que prévu, et abimer les gemmes enchantées responsables des réparations...
Il se dirigea vers son équipement, et commença à remettre les différents pièces d'acier qui composaient sa tenue, disparaissant peu à peu sous l'imposante armure noire.
Tout en attachant les lanières de son plastron, il demanda, curieux :

- Tu es éleveuse de licornes, c'est ça ? Ou alors tu vis simplement près d'un troupeau ?

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 17 Fév - 22:33

L'homme-lézard se revêtit avec grand calme. Il manifestait une certaine curiosité face à l'histoire de Pars, ce lui fit plaisir. Elle se disait que ses problèmes allaient enfin être résolus ! Elle ne comprit cependant pas les évocations de salle du conseil, de réunion et d'interruption.

La Reine n'était pas disponible tout le temps ? Mais comment faisait-elle pour résoudre les problèmes des gens de son royaume ? Et ses licornes ? Comment allait-elle retrouver le monstre qui avait abîmé ses licornes ?

Sorga voulait savoir si elle était éleveuse ou si elle vivait simplement à côté de son troupeau. Parce que cela fait une différence ? Elle se mit à réfléchir à voix haute ; elle comprenait mieux en s'entendant énoncer les faits.

-Éleveuse de licornes ? Ou vivant à leur côté ? Je ne sais pas, ça. Mais cela fait une différence ? Vraiment le monde des Autres est d'un compliqué ! Pourquoi tant de questions, hein ?

Puis, s'adressant directement au chevalier, maintenant en armure :

-Ecoutez, je ne comprends pas vos questions. Tout ce que je sais, c'est que je me suis réveillée un jour au milieu de ces licornes. J'ai vécu toute seule depuis ce jour au milieu de ces bêtes aimantes et colorées. Je me suis nourrie et logée grâce à la forêt et jamais personne n'est venu pour m'en empêcher...

Faire appel à ces vieux souvenirs n'était pas quelque chose d'inhabituel pour Pars mais dans ce lieu nouveau face à cet étranger qui lui posait toutes ces questions, elle se sentit mal.
Comme si on âme se tordait et se déchirait. Comme si quelque chose essayait d'en sortir, de s'exprimer , une chose nouvelle, maintenue cachée depuis trop longtemps. Un gémissement proche d'un grognement s'échappa malgré elle de sa bouche. Elle se courba, prise d'une soudaine douleur.

Sa peau lui brûlait, comme si on essayait de la lui changer ; elle sentit ses cheveux se raidir et s'alourdir, eux d'habitude si légers et si aériens. Son visage lui faisait mal, son corps se remplumait et, de manière générale, elle se trouvait plus pesante, comme gênée aux entournures par ses propres formes et trop à l'étroit dans ses habits. Sans vraiment comprendre ce qui se passait, elle se sentait transformée, changée ; la douleur s'estompa doucement. Elle put alors se redresser vers le chevalier en armes.

Elle s'aperçut dans le reflet de l'armure de Sorga : son visage était plus long, le front plus haut ; ses yeux flamboyaient d'un éclat nouveau, elle avait les pommettes hautes et une grande bouche rouge. Ses sourcils s'arquèrent de surprise face à ce nouveau visage, mais alors qu'elle baissait les yeux vers le reste de sa personne, sa bouche accompagna le mouvement d'étonnement de ses yeux pour rester béante. Elle avait les épaules tombantes et les bras flasques. Des rondeurs prononcées au niveau de la poitrine et des hanches, ce qui tirait dangereusement sur les coutures de sa robe. Ses jambes n'avaient pas tant grossi mais ses pieds s'étaient ratatinés : elle sentait bien que ses chaussures étaient trop lâches à présent.


-Vous m'avez fait quoi ?

Elle finit à peine sa phrase. Sa voix était devenue fluette, aiguë. Elle ne se reconnaissait plus.

-Mais ! Mais...

Elle voulut faire un pas en arrière, mais peu à l'aise avec ce corps devenu trop lourd dans cette robe trop étroite, elle s'empêtra dans ses propres pieds et tomba à la renverse sur le sol. Elle sentait son souffle lui manquer et la paniquer monter en elle. Elle lâcha un cri strident.

Gousset choisit ce moment pour sautiller hors de sa sacoche. Ignorant les appels de sa maîtresse dont il ne reconnaissait plus la voix ni les inflexions, il disparut dans un couloir, gambadant et sautillant.

La voix de Pars n'était plus qu'un mince souffle à peine audible :

-Gousset...

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Jeu 18 Fév - 23:16

Elle ne comprenait pas ses questions, mais elle arrivait pourtant parfaitement bien à y répondre. Même si elle semblait tout à coup un peu sur la défensive. L'homme-lézard n'avait pourtant aucune mauvaise intention cachée ; il était juste curieux.
Il était rassuré aussi, certain maintenant d'avoir quelqu'un de bon face à lui. L'air de rien, on ne faisait pas un voyage de plusieurs semaines pour chercher de l'aide au sujet de licornes sans avoir un bon fond ! De plus, ses yeux, sa manière de se tenir ainsi que sa voix ne cachaient aucun mensonge.
Le garde du corps de la Reine pouvait donc l'escorter jusqu'à la monarque, sans craindre un piège très élaboré.

Il venait de terminer d'attacher la dernière pièce de son armure - gardant son heaume accroché à sa ceinture, ce qui était plus poli lorsqu'il parlait avec quelqu'un tout de même - lorsque Pars émit un gémissement/grognement et se courba vers l'avant, comme en proie à une douleur intense.
Sorga voulut lui demander ce qui n'allait pas et s'approche d'elle pour la soutenir mais il se figea en la voyant... se métamorphoser sous ses yeux !

L'homme-lézard avait plusieurs amis aniformus, et il nota la ressemblance de la métamorphose animale avec ce qui arrivait à Pars, mais en lieu et place de la fourrure poussant partout, ou grande modification physique venant avec la transformation en un animal, la jeune fille resta humaine, mais changea de corps et de visage !
Elle se retrouva en quelques secondes - qui lui semblèrent douloureuses - sous les traits d'une femme tout en rondeur, ce qui eut un effet notable sur ses vêtements, qui ne lui allaient plus vraiment du coup.
Surtout, elle avait l'air complètement paniquée !

L'homme-lézard cligna des yeux plusieurs fois, surpris lorsqu'elle l'accusa de son sort.
Il savait que le pouvoir de métamorphose existait, sans jamais en avoir été témoin. D'une certaine manière, ce don était plus spectaculaire que celui des aniformus car, à la différence de ces derniers qui restaient bloqués sur un changement dans la peau d'un animal unique, on disait que les transformistes, comme ils s'appelaient, pouvaient prendre n'importe quelle apparence humanoïde.
Ce devait être la première fois qu'elle activait son pouvoir, malgré son âge. En même temps, si elle avait vécu avec seulement des licornes autour d'elle, rien n'aurait pu stimuler son don et le réveiller...

La nouvelle Pars poussa un cri paniqué et s'empêtra dans ses chaussures, terminant sur les fesses. Son familier en profita pour bondir hors de sa sacoche et s'éloigner rapidement, sans doute aussi perturbé que sa maîtresse.
Sorga suivit des yeux la bestiole qui disparut à l'angle d'un couloir, puis s'avança vers Pars pour lui tendre la main afin de la remettre debout :

- Je crois bien que tu t'es fait cela toi-même. Tu veux que je t'emmène voir les Soigneurs du Palais avant la Reine ?
Et ne t'en fais pas pour ton petit animal, il ne craint rien dans les jardins du Palais. Personne ne lui fera de mal, et il n'y a pas de prédateurs.
Tu ne savais pas que tu étais Transformiste ?


Il essayait d'avoir l'air rassurant.
Un homme-lézard dans une armure de plaques noires, à la force colossale, maniant une hache de guerre énorme et dont le sourire dévoilait un dentition pointue. Aucune raison qu'elle ait peur de lui !

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Ven 19 Fév - 9:19

Pars attrapa avec gratitude la main que lui tendait le chevalier pour l’aider à se relever.  Il gardait un calme inébranlable, malgré le côté incongru de la situation dans laquelle ils étaient plongés. Le gant en cuir était plus doux que ce à quoi Pars s’était attendue et elle fut debout en un rien de temps malgré son nouveau tour de taille.

Bien qu’elle entendît les paroles prononcées par le chevalier, ce fut son visage qui la toucha en premier. Il se voulait rassurant et y arrivait très bien. Pourquoi avoir peur quand un chevalier de ce calibre était là pour vous aider ?
 
Cependant, quand les mots de Sorga formèrent un sens cohérent dans l’esprit de Pars, elle se mit à trembler. Tous ses membres étaient secoués de spasmes incontrôlables. Elle tenait à grand peine sur ses deux jambes et, pour ne pas finir à nouveau par terre, serra de toutes ses forces la main de l’homme-lézard, qu’elle n’avait pas lâchée.

Elle finit par réussir à articuler :

 -Des… des  Soigneurs ? Je ne pe… peux pas avoir des ha… habits à ma taille d’abord ? 
 
Pars prit une grande inspiration, avala sa salive et reprit sur un ton moins tremblant:
 
-Et puis Gousset n’est pas un familier comme les autres. Je sais que personne ne lui fera de mal, mais je ne peux assurer le contraire…  

Puis, quand les tremblements s’estompèrent:
 
-Transformiste ? C’est quoi ça ?  

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Sam 20 Fév - 0:02

Pars serrait la main de Sorga comme si elle craignait pour sa vie. L'homme-lézard garda sa main ouverte, ne prenant pas le risque de la blesser avec sa poigne à lui. Si elle devait trébucher à nouveau, il ne valait mieux pas qu'il se crispe et tente de la retenir uniquement par la main, car sa force incontrôlable viendrait écraser les doigts de la jeune fille comme des brindilles...
Son armure aidait à le canaliser, mais il n'avait pas envie de tester les limites de son contrôle.
Il secoua la tête, avant d'expliquer toujours aussi calmement :

- Les Soigneurs ont des habits qu'ils peuvent donner à leurs patients pendant leur convalescence, et ils sont bien mieux indiqués que moi pour t'expliquer ce qu'est un Transformiste et éventuellement t'aide à retrouve ton visage et ton corps d'avant. C'est la meilleure idée que j'ai.
De toute façon, tu n'es pas en état d'aller voir la Reine, tu es trop secouée. Ce qui est normal, je suppose.


Il comprenait vraiment pourquoi elle était dans cet état ; se retrouver d'un coup dans un autre corps, à cause d'un pouvoir dont elle ignorait tout...
On disait que les transformistes perdaient parfois la raison, leur identité se perdant dans la multitude de visages qu'ils pouvaient imiter.
Sorga espérait vraiment qu'elle accepterait d'aller voir les Soigneurs ; même s'ils ne possédaient pas eux-mêmes le don de Pars, ils savaient apaiser les maux de l'esprit au moins aussi bien que ceux du corps, et leurs connaissances des différentes races peuplant les trois planètes étaient sans égales. Alors, avec eux et un peu de chance, Pars pourrait avoir une piste pour récupérer un peu de normalité.

Comme elle avait l'air un peu moins tremblante sur ses jambes, Sorga dégagea sa main et se détourna un court instant pour aller récupérer sa hache et l'accrocher dans son dos.
Faisant de nouveau face à la jeune fille, il ajouta :

- Si Gousset se met à menacer la sécurité du palais, il va tomber sur la garde, tout d'abord. Je te rassure, c'est nos antithèses de Sommeil qui chercheront à le neutraliser. Ce n'est pas dans les habitudes des minosiens d'user de la force sur un animal perdu chez eux.
Après... s'il n'est vraiment pas comme les autres et que la garde n'arrive pas à le calmer, ce sera à moi d'intervenir.
Mais passons... restons sur les priorités, à savoir toi, Pars !


Sorga pointa un doigt gantelé vers l'intéressée.

- A moins que tu aies une meilleure idée pour retrouver d'un seul coup ton ancien corps, je te propose de nous mettre en route.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mar 23 Fév - 13:57

L'idée de laisser Gousset tout seul dans ce palais gigantesque la contrariait fortement. Le chevalier se voulait rassurant mais Pars restait troublée par son absence. La présence de son familier la faisait se sentir moins perdue.

Mais puisque le chevalier disait que ça irait, il n'y avait pas de raison !

Pars s'accroupit pour se défaire de ses chaussures, qu'elle noua entre elles par les lacets et qu'elle jeta négligemment sur son épaule droite. Elle se releva et défit son tablier qu'elle plia soigneusement et qu'elle posa près d'une colonne. Fin prête, elle croisa les mains dans le dos et se balança doucement sur ses talons.

-Eh bien, puisque vous savez comment vous diriger dans ce palais, je vous suis !

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Jeu 25 Fév - 14:53

Sorga hocha la tête, puis il la guida dans les couloirs du Palais.
Ils ne croisèrent pas grand monde, à part deux-trois serviteurs chargés comme des mules de valises et de plateaux qu'il fallait acheminer ici et là. Tous les saluèrent poliment, sans s'inquiéter de la présence de Pars.
Il y avait souvent des gens de passage et/ou des invités dans le Palais, alors la jeune fille ne dénotait pas, même si elle marchait pieds nus avec ses chaussures sur l'épaule, et que ses vêtements n'étaient pas à sa taille.
Être en compagnie du garde du corps de la Reine aidait aussi à rendre sa présence légitime.

Pour éviter de marcher dans un silence trop pesant, l'homme-lézard demanda à la jeune transformiste :

- Au fait, ton petit animal, Gousset... tu as dit que c'était quoi comme espèce déjà ? J'avoue que je n'avais jamais vu de bestiole dans son genre, et je suis un peu curieux du coup.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mar 1 Mar - 9:58

Ils se mirent en route. Tout semblait beau à Pars. Les grandes tapisseries décorant les murs, les sculptures des portes, la finesse des arches et même les tuniques des serviteurs surchargés qui passaient près d'eux sans s'étonner de la présence de la demoiselle. Tous s'inclinèrent poliment et sans un mot avant de reprendre leur chemin, toujours aussi chargés. Pars crut plusieurs fois que leurs chargements allaient s'écrouler tant tout vacillait lorsqu'ils faisaient leur révérence, mais non. Leur chargement semblait arrimé à leurs bras.

Pars marchait d'un pas léger et silencieux. Ses pieds nus touchaient à peine le sol à chaque pas et pourtant elle sentait la douceur de la pierre, polie par des années de pas plus ou moins pressés. Cependant, la chaleur de l'herbe réchauffée au soleil d'été lui manquait, tout comme ses arbres croulant sous le poids des fruits ou encore ses licornes. Une ombre de tristesse passa sur son cœur lorsque la vision de ses licornes sans corne lui revint en mémoire.

Sorga la tira de ses pensées en lui parlant de Gousset. Cette évocation la fit sourire immédiatement. Elle se souvenait parfaitement du jour où ils s'étaient rencontrés tous les deux. Avec un pétillement d'excitation dans les yeux, elle commença son récit:

-Vous savez, Gousset a bien failli me manger la première fois que nous nous sommes rencontrés! C'était une nuit où l'Astre Blanc était dans son entier ; il éclairait tellement bien que la nuit semblait être le jour. Si bien que je ne trouvais pas le sommeil! Alors je décidai de sortir. Seulement, après avoir fait deux pas dans la forêt, j'entendis comme des grognements. Je m'en approchai à petits pas, mais qu'elle ne fut pas mon étonnement de voir un animal énorme - deux fois plus gros que Gousset, les yeux injectés de sang, de grands crocs dévoilés par des babines retroussés. Il se tenait sur ses deux pattes arrières et semblait avoir bigrement faim. Il fourrageait le sol ; il devait y avoir encore l'odeur de mes licornes puisque je les avais déplacées dans la journée. Vous savez, mes licornes aiment beaucoup lorsque je leur trouve de tendres pâturages colorés alors je les change souvent de clairière pour qu'elles soient bien.
Mais revenons à Gousset. Le vent tourna et il me sentit. Ses yeux se posèrent sur moi et se précipita en avant. Il est balourd quand il est en rage mon Gousset, je n'ai eu qu'à faire un petit saut sur le côté pour l'éviter. Je tentai de le calmer avec des paroles réconfortantes, mais rien n'y fit. C'est alors que je me souvins de l'herbe que je donne de temps en temps à mes licornes pour les calmer lorsqu'il y a des orages - parce que vous savez, les licornes, ça n'aime vraiment pas les orages! Le Capi - c'est le nom de la plante - a une longue tige tout en hauteur dont les feuilles sont longues et pointues souvent d'une couleur vert/jaune. La fumée de cette plante a de très forte capacités calmantes. Manger les feuilles de Capi est aussi efficaces, quoique très peu digeste. C'est d'ailleurs pour ça que l'on utilise plutôt la fumée. C'est très simple à faire. On prend les feuilles de Capi, on les roule entre elles pour faire comme une sorte de petit tube, on allume un côté et on souffle par l'autre côté - celui qui n'est pas allumé, vous suivez? - de façon à envoyer la fumée dans le visage de l'animal à calmer. L'animal respire la fumée et devient tout de suite plus détendu. Pour les animaux un peu stressés de nature, il tout à fait possible de souffler à plusieurs reprises!
Mais je me suis encore égarée je crois. Revenons à Gousset. Comme il me semblait d'être plutôt dans un moment stressant et que je savais où trouver un tapis de Capi, je l'appelai doucement et me mis à trottiner devant lui pour l'amener là où je voulais. Il a quasiment décimé le tapis de Capi cette nuit là! Je l'y laissais et allai dormir. Toutes ces nouveautés m'avaient fatiguée. Le lendemain quand je suis allée voir dans la clairière s'il allait mieux, je le trouvai sous la forme que vous avez vue.
Gousset est un conil, animal tout à fait adorable tant que l'Astre Blanc n'est pas dans son entier. Lorsque c'est le cas, il vaut mieux lui administrer la dose de Capi et le laisser tranquille parce qu'il devient très susceptible. J'ai d'ailleurs toujours des feuilles sur moi au cas où. Le Capi a une capacité très particulière qui est que ses feuilles ne sèchent jamais, même cueillies depuis longtemps.
Mais je parle, je parle, et je ne vous laisse rien pouvoir dire! Vous êtes garde du corps de la Reine? Comment elle est? Et comment êtes-vous devenu son garde du corps? Et d'ailleurs pourquoi a-t-elle besoin d'un garde du corps?


Pars avait retrouvé sa joie de vivre. Et puis elle commençait à s'habituer à être trop à l'étroit dans ses vêtements. Ce chevalier lui semblait de plus en plus sympathique et ce palais de plus en plus merveilleux. Elle ne doutait pas le moins du monde de la réussite de sa requête envers la Reine.

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mar 8 Mar - 19:32

Sorga l'écouta sans un mot, souriant devant le débit de paroles très rapide et la tendance aux digressions de Pars ; ça la rendait difficile à suivre !
Gousset était donc un animal qui se métamorphosait aussi ? Il avait cela en commun avec sa maîtresse.
Si c'était à la pleine lune que la métamorphose avait lieu, ils avaient au moins plusieurs jours devant eux pour retrouver la bestiole. Par contre, si Gousset devenait aussi féroce, ils avaient vraiment intérêt à le retrouver avant la prochaine pleine lune !

Il ne s'arrêta pas d'avancer tandis qu'elle parlait, et ils étaient bientôt arrivés à destination lorsqu'elle lui posa à son tour quelques questions :

- Hmmm... officiellement je suis le domestique personnel de Dame Beldura.
Elle a déjà été kidnappée et, après l'avoir retrouvée, j'ai pris cette fonction de garde du corps en plus.
Je n'aurais laissé personne d'autre le faire, de toute façon...


Il laissa passer quelques secondes, le regard un peu dans le vague, et ajouta :

- Dame Beldura n'est pas une Reine comme les autres. Elle a peur de beaucoup de choses et manque de confiance en elle, mais elle a de la gentillesse et de la bonté à revendre. Depuis qu'elle a été nommée à ce poste, elle fait de son mieux pour être une bonne monarque. Elle l'a déjà prouvé à plusieurs reprises.

L'infirmerie des Soigneurs du Palais fut en vue à cet instant. Attenant et ouvert sur l'un des nombreux jardins, ce n'était au final que deux-trois pièces dédiés à l'accueil des blessés et convalescents, car le don des Soigneurs rendait souvent inutile les longues périodes de repos, sauf pour les cas les plus graves. Ils pouvaient réparer jusqu'aux fractures simples en quelques minutes après tout...
L'homme-lézard y avait fait un séjour prolongé par contre...

L'endroit était accueillant, tranquille et discret, comme les Soigneurs eux-mêmes.
L'un des Soigneurs en charge des lieux s'approcha d'eux lorsqu'ils entrèrent, souriant paisiblement.

- Pars, je te laisse expliquer ta situation. Ce sera plus simple avec tes mots.

Sorga souriait. En son for intérieur, il se sentait un peu d'humeur taquine, tout à coup, et brûlait d'envie de voir le Soigneur devoir démêler les informations données par un mur de paroles de Pars.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 9 Mar - 21:39

Alors comme ça la reine avait été enlevée?? Mais quelle horreur! Elle devait être bien plus rassurée maintenant avec ce chevalier à ses côtés! Plus elle regardait l'homme-lézard plus elle éprouvait de la sympathie et de l'admiration pour lui. Elle se sentait à l'aise à côté de lui dans ce palais où tout était immense et étranger. 

Sorga s'arrêta devant une porte grande ouverte donnant sur les jardins. L'endroit était exigu mais accueillant, les murs étaient couverts d'étagères, elles-mêmes chargées de fioles et de volumes d'herboristerie. Pars reconnut facilement les ouvrages pour en avoir un volume chez elle. Il y avait aussi des bestiaires et des livres plus complexes dans une langue qu'elle ne pût déchiffrer. 

L'endroit était dans une partie reculée du château. Ils n'avaient croisé personne depuis quelques pas déjà. Pars regardait partout autour d'elle curieuse de tout ce savoir solitaire. Un homme s'approcha d'eux. Il avait l'air bienveillant et les mains croisées dans le dos. Toute son attitude semblait inviter à la conversation. Ajoutée à cela l'invitation orale et directe de Sorga, il n'en fallut pas plus à Pars pour se lancer:

-Bonjour Monsieur! C'est vous le Soigneur dont on m'a parlé? Vous savez, je ne suis pas comme ça d'habitude! C'est Sorga qui m'a dit que vous pourrez m'aider. Et puis rien de tout ça ne serait arrivé sans le moribond qui a osé voler les cornes de mes bien-aimées! Ce qui m'a fait partir de chez moi, m'a fait marcher, je marcher... pour arriver ici, rencontrer ce charmant lézard et là, PAF! me voilà devenue ça. Et puis Gousset s'est échappé en plus. Vous devez connaître, vous, les conils! Bah Gousset, s'en est un! Mais je l'ai perdu. Ce qui me rend bien triste parce qu'il doit se sentir bien seul. Et puis ces vêtements trop petits, c'est quand même pas très pratique! Vous pouvez me redonner mon visage?

Le visage perplexe du Soigneur ne parut pas affecter le moins du monde Pars qui s'était éloignée de quelques pas pour admirer les ouvrages posés sur les étagères. Elle marmonnait des choses incompréhensibles en effleurant les couvertures des ouvrages quand, sans s'en apercevoir, elle reprit sa taille fine, ses cheveux légers et flottants, son visage rond et ses formes menues. Sa robe était de nouveau à sa taille et ses pieds s'étaient rallongés. Finalement, seule sa hauteur n'avait pas changée. Toute plongée qu'elle était dans sa contemplation des livres, elle ne se rendait pas compte des regards qui s'étaient posés sur elle durant sa transformation et continuait tout en joie pailletée son étude livresque.

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Lun 14 Mar - 17:10

Sorga échangea un regard avec le Soigneur. L'homme n'avait pas dit un mot, mais son expression perplexe en disait long. Comme l'explication de Pars n'était au final pas très claire, il se retint de rire et expliqua à son tour :

- Pars ici-présente vient de découvrir qu'elle était Transformiste, et je vous l'ai amenée en espérant que vous saurez l'aider un peu à gérer son don, ou simplement lui prêter des vêtements de rechange avant que je l'emmène voir la Reine.
- Hé bien... mes talents sont plus utiles en cas de blessure physique, mais je peux essayer de l'aider comme je peux.
- Ce sera très gentil à vous d'essayer.
Pars ? Je ne sais pas si tu l'as remarqué ou pas mais... tu as retrouvé ton visage.


L'homme-lézard en armure s'écarta progressivement, laissant la place au Soigneur pour qu'il puisse aider la jeune fille.
Il était un peu curieux devant le don de Transformiste, se demandant ce que cela faisait de sentir son corps changer comme ça, presque à son insu. Qu'est-ce qui provoquait la transformation ? Étais-ce un réflexe défensif, une réaction face à un stress ?

Le Soigneur se rapprocha d'un divan qui servait aux auscultations, et dit à Pars :

- Mademoiselle ? Si vous vouliez bien venir vous installer par ici, je vais tenter de voir avec vous ce qui vous arrive.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mar 22 Mar - 10:37

Pars fut tirée de sa rêverie livresque par Sorga qui lui fit remarquer qu'elle avait à nouveau forme humaine. Enfin, sa forme humaine à elle! Puis elle remarqua l'air tout à fait perplexe du Soigneur. Elle se retint de sauter de joie face à se retour de son visage humain, préférant écouter ce que l'homme avait à lui dire. 
Elle se sentait bien à nouveau, comme si elle avait retrouvé une moitié d'elle perdue depuis longtemps. Elle se sentait plus légère. Même si ce don de transformiste, comme l'avait nommé Sorga la laissait dans une grande incompréhension. 

L'homme a l'air aimable, le Soigneur, la convia à prendre place sur un siège allongé qui semblait grandement confortable. Elle se demandait s'il fallait qu'elle remette ses chaussures avant de s'y installer. Maintenant qu'elle avait retrouvé sa forme humaine, qu'elle était à nouveau redevenue elle-même, elle se demandait à quoi tout cela pourrait bien servir. Tant qu'elle n'aurait pas à subir ça à nouveau. Elle s'assit doucement sur le siège tout en longueur, constatant son grand confort. Les jambes bien resserrées et le dos bien droit, elle faisait face au Soigneur. Son air bienveillant lui rappelait quelqu'un mais elle n'arrivait pas à savoir qui. Elle qui n'avait toujours vécue qu'entourée de ses licornes. Et pourtant, vraiment, ce visage lui était familier.

Elle lui tendit la main:

- Je suis Pars Immony. On s'est déjà rencontrés? Votre visage... Il me semble le connaître! Vous savez, j'arrive de la forêt Chrysanthème. Et je n'y ai jamais rencontré personne! Alors c'est plutôt étrange, non?
Il est drôlement confortable votre siège tout en long! Et maintenant, on fait quoi?


Le Soigneur était de plus en plus étonné devant la joie inébranlable de cette petite demoiselle blonde. Le don de transformiste n'était pas un des plus agréables, surtout en ce qui concernait la première fois, à ce qu'il avait pu en lire.

- On va commencer doucement. Mademoiselle Immony, pouvez-vous me dire comment s'est passé votre transformation?

- Mais certainement! Je suis partie de Chrysanthème pour trouver la Reine, mais je me suis perdue dans le Palais. J'ai trouvé totalement par hasard le charmant chevalier que voilà. Il a été très gentil avec moi, vous savez? Mais quand il m'a demandé de lui raconter qui je suis, je me suis sentie mal. Comme si quelqu'un de pas gentil m'arrachait toute la peau en même temps. J'ai aussi eu l'impression qu'une ombre, présente depuis toujours en moi, grandissait pour prendre toute la place et faire de moi autre chose. Mais maintenant cette sensation est encore autre. Je sens toujours cette ombre en moi, elle prend autant de place que mon essence première, mais elle est effacée, comme si elle savait que ce n'était pas à elle de s'exprimer pour le moment. Vous voyez?

Le Soigneur commençait enfin à percevoir du sens dans le flot de parole de la jeune patiente. Il s'adressa à elle avec le ton calme que tous les Soigneurs adoptent lorsqu'ils se prononcent sur une blessure:

-Mademoiselle, le don de transformiste est un immense don! Vous allez devoir vous entraîner à le maîtriser. Votre première transformation s'est faite au contact de Sorga parce que lorsqu'il vous a demandé d'où vous veniez, ça vous a fait ressortir des émotions fortes: votre maison, votre sécurité, votre tranquillité ; toutes ces choses qui à présent sont loin de vous. Cela ne vous est jamais arrivé à Chrysanthème pour la seule raison que toutes les émotions fortes ressenties en ce lieu étaient encore faibles par rapport à ce que vous ressentez ici, dans cet endroit inconnu. La transformation fait mal les premières fois mais plus vous maîtriserez votre don moins ce sera douloureux et plus ce sera rapide. J'ai connu des transformistes qui se changeaient en un clignement de paupière. Je ne peux malheureusement pas vous aider quant à la maîtrise de ce don parce qu'il s'agit en très grande partie d'un travail sur soi-même. Un peu comme de la méditation.

-De la méditation? Un travail sur moi-même?

C'était à Pars d'être perplexe maintenant. Ce qui fit sourire le Soigneur, mais d'un sourire bienveillant.

-Ne vous en faites pas, ce n'est pas si obscur que cela peut sembler. Il vous faudra juste un peu de temps et de pratique. Pour ce qui est de s'être déjà rencontrés, il y a peu de chances que ce soit arrivés parce que je ne quitte que très rarement le Palais.

Elle allait devoir apprendre à cohabiter avec une autre elle qui restait cachée. C'était plutôt étrange comme sensation. Un peu comme l'impression que l'on ne sera plus jamais seuls les soirs où le Grand Astre blanc refuse d'éclairer les noirceurs du ciel. Ce serait apprendre à vivre avec son ombre mais surtout réussir à la maîtriser pour ne pas qu'elle sorte à tout moment.
Forte de toutes ces nouvelles sur ce don avec lequel il allait falloir qu'elle apprenne à vivre, malgré ses réticences premières, Pars se leva d'un bond du fauteuil allongé et sautilla vers Sorga:

- Bien! On va où maintenant?

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Jeu 24 Mar - 19:37

Sorga avait grimacé en entendant la description que Pars faisait de sa première transformation ; ça avait dû être assez désagréable, en effet !
Il fut également surpris qu'elle parle de son Don comme d'une "Ombre" en elle, comme d'une entité ayant une volonté propre. Peut-être une des conséquences du choc de la découverte. Peut-être...
Au moins, les paroles du Soigneur eurent l'air d'aider la jeune fille à y voir plus clair.

L'homme-lézard réfléchit aussi à la solution d la méditation proposée par le soigneur, songeant que c'était une piste à creuser concernant son propre problème de "dosage" qui le stressait un peu - beaucoup, d'accord ! - depuis plusieurs semaines.
Mais il n'avait pas vraiment le temps de se poser dans un coin pour faire de l'introspection.

L'approche sautillante et la question de Pars le fit sursauter un peu.

- Hmm... tu te sens prête pour voir la Reine ? Il ne faudrait pas que tu te transformes en crapaud devant elle.

Il souriait, à moitié blagueur seulement. Beldura ferait sûrement une syncope si Pars changeait brusquement de visage !

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Jeu 31 Mar - 18:39

Se transformer en crapaud? Quelle drôle d'idée! Pars n'était pas sûre d'en être capable. Quoique se transformer en animal devait avoir quelques avantages non négligeables! Elle se prit à rêvasser qu'elle pouvait se transformer en licorne. Elle aurait une belle robe bleue et une crinière blonde, de façon tout à fait identique à sa version humaine ; ses pattes seraient d'une belle teinte marron, comme ses bottines et elle pourrait gambader toute la journée! Quelle fantastique idée! il faudrait absolument qu'elle essaie! Mais pas tout de suite.
Tout de suite, elle allait voir la Reine. La Reine! Elle se demandait bien à quoi elle pouvait ressembler. Ce devait être une élégante femme, courageuse et volontaire, prête à défendre son peuple face à n'importe quel danger! Mais Pars se représentait la Reine comme étant aussi une femme douce, compréhensive, à l'écoute. En bref, une femme fantastique.

Pars gesticulait à mesure que son imagination faisait rage en elle.
Bien sûr, la Reine, par son immense savoir et sa grande sagesse saurait résoudre en un clin d’œil son problème! La joie pailletée de Pars éclatait partout autour d'elle tant elle respirait l'optimisme.

Elle se savait cependant pas par où aller pour trouver la salle du trône. Elle se tourna donc vers Sorga:

-C'est par où?

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Ven 1 Avr - 19:50

Même immobile, l'excitation de Pars semblait la faire vibrer sur place.
Sorga sourit puis, après avoir salué et remercié le Soigneur pour son temps et son aide, il reprit son rôle de guide à travers les couloirs du Palais.
Ils ne croisèrent encore une fois pas grand monde, et l'homme-lézard espérait que la marche permettrait à Pars de se calmer un peu, ne serait-ce que pour la Reine.
Il avait déjà un peu de mal à suivre le débit de paroles de Pars lorsqu'elle était calme, alors il n'osait imaginer les conséquences sur le niveau de stress de Beldura si c'était une Pars surexcitée qui venait se présenter devant elle et le conseil pour plaider sa cause...

Après quelques minutes donc - et un garde interrogé pour confirmer que la Reine était bien là où il pensait - ils parvinrent devant la porte qui comptait. Fermée, et flanquée de deux gardes qui en barraient l'accès.
Pas de doutes, c'était bien là.
Sorga échangea quelques mots avec les gardes, leur présenta Pars avant de se tourner vers la jeune fille pour de bon :

- Bien. Nous y sommes. Si tu veux bien attendre ici Pars, je vais aller demander à la Reine si elle peut te recevoir. Tu peux faire connaissance avec ces messieurs en attendant, ou réfléchir à ce que tu veux dire à la Reine. Je reviens...

Il posa la main sur la poignée, s'arrêta comme s'il venait de se rappeler quelque chose, puis détacha le heaume accroché à sa ceinture avant de l'enfiler, disparaissant tout entier sous l'armure de plaques noires. Satisfait, il entra finalement dans la salle de réunion, refermant doucement la porte derrière lui.
Le léger grincement de son armure résonna dans la salle, tandis qu'il s'approchait calmement de la table où discutaient la Reine et ses conseillers...

Spoiler:
 

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 6 Avr - 12:18

Pars Immony se demandait bien ce qu'elle allait pouvoir faire en attendant Sorga. Les gardes ne la regardaient pas, ils avaient bien l'air de ne pas l'avoir remarquée. Elle ne devait pas constituer une menace particulière pour qui que ce soit dans le Palais de toute manière. Elle se mit à observer les alentours: elle se trouvait dans un long couloir complètement dénudé d'ornement inutile. Tout était fin, beau, à sa juste place. Le Palais resplendissait dans son plus simple appareil. Pars, qui avait toujours ses chaussures sur l'épaule, décida qu'elle serait bien plus à son aise assise. Ne voyant pas de banc à proximité et ne sachant pas si c'était autorisé ou non, elle s'installa par terre, à même le sol. Le dos appuyé contre le mur faisant face à la porte où les gardes étaient en poste, les jambes bien étendues devant elle, la jupe de sa robe en étoile autour d'elle. Sa petite taille et la largeur du couloir étaient parfaitement en osmose: elle ne gênait en rien le passage installée comme ça.
Ses idées vagabondaient, comme un conil venant d'être libéré de sa cage, sautant et bondissant, sans vraiment s'arrêter sur quelque chose en particulier. Elle posa ses mains bien à plat sur le sol et laissa le froid de la pierre monter en elle. Sans s'en rendre compte, elle appuya sa tête contre le mur et ferma les yeux. Sa respiration se ralentit et ses idées se fixèrent sur ses derniers souvenirs paisibles de Chrysanthème. Parce que, malgré toute l'insouciance dont Pars était capable, son chez elle commençait à lui manquer. Il lui manquait des repères pour comprendre tous les codes d'ici. Et rien que dans le regard bienveillant de Sorga elle sentait bien qu'elle n'était pas trop à sa place ici.

Bien que cela ne se voie pas, les gardes avaient tous les deux un œil posé sur la petite blonde venue avec Sorga. Elle avait l'air bien dans son monde cette petite demoiselle! Mais il fallait faire son travail et la surveiller, on ne sait jamais. Ce sont souvent les êtres les plus étranges qui ont les réactions les plus improbables. Leur rôle est de protéger la Reine. Et la protection passe par la surveillance!
Les gardent furent quand même un peu décontenancés lorsque Pars se laissa glisser contre le mur jusqu'au sol. Ils se demandaient ce qu'elle pouvait bien être en train de faire lorsque progressivement ils purent observer avec stupéfaction un changement. Un changement physique. La pâle petite blonde devint une brune à la peau caramel. Ses jambes et ses bras se modifiaient progressivement pour être plus musclées. Son visage devint plus grave sans qu'aucune expression ne soit précisément identifiable. Les gardes restèrent bouche bée. Cette gamine à l'allure de poupée inoffensive était en fait transformiste??

Pars se sentait bien. Calme. Au repos. Jamais elle n'avait ressenti une telle paix en elle. C'était donc ça la méditation? Être complètement au calme avec soi même? Elle ne se savait pas capable de tout ça! Une certaine plénitude avait pris place en elle, comme si elle avait regroupé deux partie d'un même élément qui ne demandaient qu'à être réuni pour resplendir. Finalement ce n'était pas si difficile! Il suffisait de se concentrer sur de bons souvenirs? Il faudrait quand même en parler à Sorga. Il devrait savoir, lui qui avait l'air si calme en toutes circonstances.
Soudain, un grincement se fit entendre. Grincement qui fit sursauter Pars.

La porte s'ouvrit dans un léger grincement, ce qui fit sursauter la transformiste. Elle ouvrit les yeux en grand ce qui permit aux gardes d'apercevoir leur gris intense avant que la demoiselle ne redevienne elle-même, comme une image qui s'estompe rapidement pour en remplacer une autre. Elle était à nouveau menue, blonde et souriante.


_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 404
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Lun 11 Avr - 16:02

Aujourd’hui était jour de conseil. Le Renouveau commençait tout juste et il faisait plutôt bon. Assise en bout de table, Beldura écoutait débattre ses ministres de la gestion des budgets, et prenait des notes, afin de mieux pouvoir prendre ses décisions. De toute façon, elle savait ce sur quoi elle voulait mettre l’accent : militarisation et éducation. La construction des nouveaux habitats et des structures liées à la guerre s’achevait, et il fallait former du personnel. Il faudrait sans doute embaucher, mais elle n’avait pas trop de craintes. C’est alors qu’elle réfléchissait à cela qu’entra discrètement Sorga. Elle lui sourit en le voyant, alors qu’il s’approchait et que grinçait son armure. Il se plaça près d’elle, et ensemble, ils attendirent la fin du discours du ministère des festivités. Elle sourit à l’homme bedonnant et jovial qui lui faisait face, à la moustache originale. Evidemment, il voulait un budget plus conséquent. Beldura consulta les feuilles de budget. Il était le dernier à passer, et elle se devait de trancher. D’un autre côté, elle aurait bien voulu prendre un peu de temps pour étudier et compulser, afin de ne pas faire d’erreurs, faciles de ce côté-là. Et puis, Sorga était là, et il e venait jamais interrompre les séances. Pour autant, il ne paraissait pas très nerveux ni alerté: ce n’était donc pas quelque chose de grave. Elle leur sourit avec douceur, et une pointe d’angoisse au ventre se leva et prit la parole :

- J’aimerais étudier tout cela plus en détail. Je suspends la séance pour aujourd’hui, et je vous communiquerai des conclusions et décisions u prochain conseil. Etes-vous d’accord ?

Le prochain conseil se tenait très bientôt de toute façon, et leur communiquer ceci ne les mettrait pas en retard. Ils semblaient d’accord avec elle, car aucune protestation ne s’éleva. Ils se saluèrent mutuellement, et sortirent dans un brouhaha joyeux évoquant les sorties de cour d’école par al porte où attendait Pars. Elle rassembla ses papiers tout en se tournant vers un Sorga caché sous son heaume, souriante.

- C’est toujours une épreuve de se lever pour parler … Enfin … Il se passe quelque chose ?

D’un coté, elle lui était reconnaissante de lui avoir donné une raison de s’esquiver. Elle n’était jamais très à l’aise au conseil, ne s’y sentant pas légitime, trop jeune et inexpérimentée face à ses ministres et conseillers très nombreux.

[Du coup je te laisse expliquer, et aller ouvrir la porte finalement ^^]

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorga
Chevalier aux pieds fumants
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 28

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mar 12 Avr - 1:07

Sorga inclina respectueusement la tête pour saluer la Reine en réponse à son sourire et se plaça à côté d'elle, attendant le moment où il pourrait lui parler de Pars qui attendait dans le couloir.
Il n'eut pas longtemps à attendre ; Beldura suspendit la séance et la salle se vida, donnant l'illusion d'un salle de classe après la fin de la journée.
Drôle de pensée...

Il sourit à la remarque de la Reine.

- Vous vous en sortez très bien, Dame Beldura. Hmm... oui... une jeune fille est venue me trouver dans les jardins tout à l'heure, un peu perdue. Elle vient de la Forêt Chrysanthème.
Elle est venue dans l'espoir que vous l'aidiez avec son problème de... mais ce serait sans doute mieux si elle vous l'expliquait elle-même, bien que son débit de paroles soit difficile à suivre. Je dirais juste que son souci concerne des licornes dont elle s'occupe.
Elle attend dans le couloir. Puis-je la faire entrer ?


La Reine acquiesça. [Dat PG :o]

L'homme-lézard repartit donc vers la porte, son armure toujours grinçante - il pesta doucement en faisant jouer l'articulation fautive à plusieurs reprises - et sortit juste après le dernier conseiller, pour s'avancer vers Pars qui s'était assise le dos au mur, face aux gardes.
Sa voix était enjouée lorsqu'il déclara :

- Pars, Dame Beldura accepte de te voir. Tu vas pouvoir lui expliquer ce qui t'amène. Si tu veux bien me suivre, une nouvelle fois...

Il avait presque envie de demander à la jeune fille de ne pas parle trop vite, ni trop fort, ni de faire de gestes trop brusques, ou de vouloir venir secouer la main de la Reine... mais il se retint : mieux valait que Pars soit elle-même pour expliquer son souci, et ça aiderait aussi à ce qu'elle reste elle-même si les règles du protocole ne venaient pas l'étouffer et la stresser.
Et puis, il resterait aux côtés de Beldura, ce qui aiderait à rassurer la Reine.
Du moins, il l'espérait...

Se détournant et faisant signe à Pars de le suivre, il refit le chemin jusqu'à la grande table où attendait la Reine.
Il se plaça à côté d'elle, tranquillement.
Même si le pire devait se produire, ça promettait au moins d'être intéressant.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pars Immony

avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 05/02/2016
Age : 24

Votre personnage et ses relations
Âge: 19
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Du rififi aux salsifis [Libre]   Mer 13 Avr - 10:03

Pars se sentait bien. Comme apaisée. Mais ce qu'elle ne savait pas c'est qu'elle avait réussi à se transformer sans douleur parce qu'elle s'était concentrée sur une partie enfouie d'elle-même dont elle ignorait totalement l’existence.

Des hommes sortirent de la salle, tous différents les uns des autres, comme si on les avait choisis justement pour leurs différences. Il y en eu un en particulier qui marqua Pars, il était petit et bedonnant et son air jovial donnait envie de partager un verre avec lui. Elle fit un grand sourire à ces hommes qui sortaient de la salle dans un brouhaha de cours d'école. Ils lui semblaient tous sympathiques.

Sorga suivait après le dernier homme. Il ne sembla pas surpris de la voir assise par terre. Décidément, cet homme était très surprenant. Rien ne l'étonnait et il semblait toujours prêt à toutes les possibilités. Il l'invita à entrer. Elle allait pouvoir enfin rencontrer Dame Beldura! Elle était joie! Son enthousiasme pailleté reprit le dessus. Elle se leva d'un bond, comme si elle avait des ressors sous les pieds et sautilla jusqu'à la porte où les gardes étaient postés. Les gardes d'ailleurs la regardaient avec un mélange d'étonnement et de méfiance. Ils avaient vu de quoi elle était capable et ils n'étaient plus trop sûrs qu'elle soit inoffensive. Mais après tout, pourquoi s'inquiéter puisque Sorga était là pour veiller?

Pars marchait d'un pas enjoué. Elle entra dans une belle salle simple, à l'instar de tout le reste du Palais. Ou tout du moins du reste du Palais qu'elle avait pu voir. Mais très vite son regard fut attirée vers la femme présente dans la pièce. La Reine. Beldura Glow.

Pars trouvait que ce son lui allait parfaitement bien. C'était une femme menue, flottant un peu dans ses habits clairs. Elle avait une chevelure de feu absolument magnifique qui ferait passer un vrai feu pour de la pacotille. Elle avait l'air d'être pas des plus à son aise, mais son regard inquiet la rendait encore plus belle et mystérieuse. Pars sentit un immense élan de compassion envers cette femme.

Elle s'avança vers elle d'un pas décidé, son plus beau sourire sur les lèvres. Elle lui tendit la main et se présenta:

-Enchantée Dame Beldura. Je suis Pars Immony, éleveuse de licornes dans la Forêt Chrysanthème. J'ai dû la quitter d'ailleurs! Et en arrivant ici, je me suis perdue. Votre Palais est vraiment grand! Et je suis tombée par hasard sur Sorga dans les jardins. Il est vraiment gentil, vous savez? Il m'a aidée quand je me suis transformée. Parce que je ne savais pas du tout que j'étais capable d'une telle chose! C'est absolument fantastique de vous rencontrer enfin! Oui, parce que j'ai dû partir de  Chrysanthème parce qu'un malotru a osé couper la corne de mes licornes! Vous vous rendez compte? C'est une catastrophe! Et puis en plus j'ai perdu Gousset quand je me suis transformée pour la première fois tout à l'heure. Ce qui est grandement contrariant parce que Gousset est un conil et que je ne sais pas du tout quand l'Astre Blanc va être à nouveau dans sa totalité. Et lorsque cela arrivera, si Gousset ne prend pas du Capi, cela risque fort de semer la pagaille.

Il émanait réellement une jubilation exponentielle dans la façon de parler de Pars. Elle s'agitait en parlant et regardait partout autour d'elle ; sa voix prenait des inflexions différentes selon sa dose d'excitation, de contrariété, d'inquiétude...

_________________
L'alcool est dangereux pour votre santé
À consommer avec Pars Immony 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Du rififi aux salsifis [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» [Libre]Du Rififi chez les Sushi
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysion :: Archives-
Sauter vers: