Partagez
Aller en bas
avatar
La vie est belle dans ses tourments
Messages : 80
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 123

Votre personnage et ses relations
Âge: On ne demande pas son âge à une dame.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Le parfum du vide [Xerxès]

le Sam 7 Oct - 17:34
Elle était entrain de mourir. Cela arrivait souvent : généralement, elle tombait du haut d'une falaise, la nuque éclatée contre les rochers, les yeux noyés dans le ciel. Parfois, elle était assassinée, par un homme où, au contraire, trop familier, et elle tombait la tête la première dans le néant, qui l'enveloppait avec tendresse. Et puis, dans le ciel ou le néant, Trystan était là. Son visage parfait se penchait vers elle, ses bras fermes entouraient sa taille, ses cheveux d'or lui chatouillaient le front. Il était là.
Et puis, le dernier rayon de soleil disparaissait et elle ouvrait les yeux, obligée de sortir de ce rêve apaisant, attendant déjà la prochaine nuit où elle pourrait le retrouver.

Cynn ouvrit les yeux, dans la pénombre de son appartement. Elle ne s'était pas nourri hier et aujourd'hui, elle le payait. Sa gorge était sèche, ses crocs lui donnait l'impression d'avoir doublé de volume. Elle sortit de son lit, bien trop grand et surtout trop vide. Le miroir en face d'elle lui renvoya l'image de son corps, qu'elle côtoyait depuis bien trop d'années. Bien sûr qu'elle était belle, elle le savait très bien. Mais ce régime sanguinaire auquel elle était contrainte avait émacié son corps. On voyait trop ses côtes, son ventre était creux, ses cuisses avaient perdu ce galbe sur lequel Trystan aimait passer sa main. Mais impossible pour elle de se nourrir comme avant. La nourriture qu'elle aimait tant dans sa jeunesse avait un goût insipide, écœurant. Seule une chose la rassasiait et il fallait qu'elle aille la chercher maintenant.

Les rues d'Hypnos étaient encore bien pleines malgré la nuit tombée. La température était tiède, les gens voulaient en profiter. Il était encore trop tôt pour une chasse. Mais la Darah haussa les épaules face à ce constat : cela pimenterait un peu la soirée.
Chasser n'était pas du tout un défi pour elle, surtout dans une ville aussi grande. Elle n'avait qu'à arpenter les rues, à la recherche d'une odeur qui lui plaisait. Une odeur quasiment toujours masculine, d'une âme encore assez jeune pour se laisser charmer par un simple regard ou un léger mouvement de cheveux mais pas assez innocente pour craindre de la suivre dans une petite ruelle mal éclairée. Au final, cette âme imprudente serait mordue sans ménagement et laissée à moitié évanouie sur le bord d'un trottoir tandis que Cynn n'aurait plus qu'à changer de quartier, au pire de district.
Elle le fit deux fois ce soir là et sans le moindre effort.

Rien ne changeait de d'habitude, en fin de compte. Elle errait dans un troisième district, à la recherche d'un autre inconscient, humant les odeurs des passants, s'arrêtant parfois sur le trottoir pour observer toutes ces proies potentielles. Cette fois, elle ferma les yeux et releva légèrement pour s'imprégner de toutes ces exhalaisons. Il en manquait une.

Elle ouvrit les yeux, les sourcils froncés. Dans l'amas autour d'elle, il y avait une personne qui n'avait pas d'odeur. En tout cas, pas une odeur d'être comestible. Elle guetta la foule et elle le vit. Un homme très mince, aux cheveux blancs, avec un regard qui lui semblait étrange, du moins ce qu'elle pouvait en voir depuis son côté de la rue. Elle ne bougea pas, se demandant s'il l'avait vue. Elle était presque sûre qu'ils étaient tous les deux possesseurs de crocs disproportionnés. Ne sachant quelle attitude adopter, elle continua de le fixer, guettant ses mouvements, prête à attaquer s'il représentait une menace.
avatar
La Vampire qui habite dans une cave
Messages : 234
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 23

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le parfum du vide [Xerxès]

le Lun 6 Nov - 22:55
Il y avait une chose contre laquelle il se battait depuis aussi loin qu’il se souvenait. Il se battait contre chaque jour, chaque heure, et dans les pires moments, à chaque instant. Il se battait contre la bestialité. Quand il avait faim, besoin de sang, il se sentait animal, capable de s’attaquer à n’importe qui pour survivre et ça, il ne le supportait pas. Alors il faisait attention, il se retenait, il déployait des efforts permanents afin de ne se nourrir que sur des gens qui semblaient mériter cette souffrance. Des criminels, des gens dangereux, de mauvaises personnes, autant que lui qui faisait souffrir pouvait en juger.

A Hypnos, des gens mauvais il y’en avait mais peut-être pas assez pour lui. Et puis il fallait les trouver. Et parfois il se demandait de quel droit il faisait ça ? Alors il jeunait. Comme en ce moment

Ce soir là, dans la pénombre il marchait au milieu d’une rue proche de l’endroit où il squattait en ce moment, se concentrant afin de ne pas humer l’air autour de lui et à ne pas suivre les odeurs alléchantes des gens autour de lui. Mais quelque chose le titillait, une sensation désagréable, une aiguille froide semblant posée dans sa nuque sans qu’il puisse s’en débarrasser. Ce n’était pas particulièrement habituel mais il sentait un besoin de protéger son territoire. Il était chez lui ici, et même si lui ne chassait pas, il avait cette sensation que personne d’autre n’avait le droit de chasser ses proies sous son nez.

Bien contre son gré, par un réflexe, ses narines tressaillirent et il sentit bien la présence d’une personne étrange non loin, une personne comme lui, une autre bête. Il se tourna en un mouvement rapide vers l’envahisseur.
Se battre contre sa bestialité. Juste un peu plus.
Il ferma l'oeil, inspira.
Des odeurs vinrent de nouveau lui faire l’effet d’un électrochoc.
Il sourit.
Ouvrit l'oeil.
Et fit un petit signe de la main sympathique à la Darah qui était là. Il n’y avait pas de territoire ici, pas tant qu’il l’occultait.
Si elle s’attaquait à quelqu’un ici par contre, il était presque sûr qu’il ne pourrait pas se retenir de l’attaquer elle pour la chasser. Et pourtant quelque chose lui disait en la voyant que c’était elle qui le jetterait hors de chez lui à coup de pieds au cul.


Dernière édition par Xerxès Adam le Mer 17 Jan - 17:12, édité 1 fois

_________________

avatar
La vie est belle dans ses tourments
Messages : 80
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 123

Votre personnage et ses relations
Âge: On ne demande pas son âge à une dame.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le parfum du vide [Xerxès]

le Jeu 16 Nov - 22:35
Les gens passaient et repassaient, chacune de leur odeur caressant les narines de Cynn et pourtant elle était obsédée par la vide fragrance face à elle, flottant sur le trottoir bondé. Il l'avait vue. Il la regardait. Maintenant elle le voyait. Elle voyait son visage émacié, ses cernes creusés qu'elle possédait elle aussi. Et  ces yeux...non...Cet œil. L'autre orbite était aussi vide que son parfum. Cela avait quelque chose de...Dérangeant. Elle jeta un rapide coup d’œil aux passants pour se rendre compte qu'elle n'était pas la seule à être mal à l'aise. Ceux qui le regardaient marquaient tous un temps d'arrêt face à ce visage rappelant une engeance d'Ouranos. Et pourtant...Celui qu'elle pouvait presque considérer comme un collègue n'était pas agressif. Elle ne pût s'empêcher d'arquer un sourcil quand il lui fit un signe de la main, avec un sourire affable. Quel étrange personnage...

Cynn se sentait repue pour ce soir. Du moins, assez repue pour être d'humeur suffisamment aimable pour aller faire la conversation. D'un pas calme mais décidé, elle traversa la route qui les séparait. Le vent vint balayer la rue au moment où elle arriva à une distance qu'elle jugeait raisonnable de son interlocuteur. Ses cheveux fouettèrent son visage, lui envoyant dans le nez des parfums délectables. D'un habile mouvement de main, elle chassa ces mèches rebelles, offrant un sourire franc au Darah face à elle, lui exposant ses deux magnifiques crocs, qu'elle ne voyait pas l'utilité de cacher. Il savait ce qu'elle était et elle ne savait pas s'il faisait figure de menace. Autant lui montrer qu'elle avait des attributs pour se défendre si nécessaire. Même si ces crocs n'étaient sans doute pas l'arme la plus dangereuse qu'elle avait en sa possession.

« Belle soirée n'est ce pas ? »

Sa voix était enjouée. Elle faisait rarement la conversation à ses congénères. Elle les fuyait d'ordinaire, les trouvant souvent fades et ennuyants. Pour une fois qu'elle tombait sur un Darah qui avait l'air aimable !

« Vous êtes de la région ? »

A Hypnos, et Eaque en général, il y avait peu de rivalités entre les Darahs. Il faut dire qu'il n'y en avait pas beaucoup. Chacun chassait un peu où il voulait. Elle n'était jamais tombée sur un vampire qui réclamait son territoire. Mais on n'était jamais trop prudent alors elle préférait se renseigner sur les positions territoriales de son interlocuteur. Elle était aussi prête à le remettre à sa place si nécessaire, ce n'était pas un petit jeune qui allait commencer à réclamer les terres Hypnosiennes.
avatar
La Vampire qui habite dans une cave
Messages : 234
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 23

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le parfum du vide [Xerxès]

le Mer 17 Jan - 17:35
Elle s'approcha, traversant la rue pour venir lui parler et commença à tailler le bout de gras avec lui. Belle soirée ? Quelle phrase d'accroche mes aïeux ! Elle lui souriait, un côté moqueur sur le visage -elle avait l'air intelligente, c'est ce qui devait faire cet effet- avant de lui demander si il était de la région.
Alors que lui se retenait et tentait d'avoir des interactions cordiales, elle venait lui ajouter sous le nez qu'elle chassait clairement sur son territoire. Cela se lisait sur son visage, elle était venu le moquer, le descendre parce qu'il avait tenté de passer outre leur instinct animal. Si elle voulait jouer à ça ...
Il imita cet espèce de rictus qu'elle lui faisait, agissant comme le plus parfait des mufles.

- Oui je vis ici, étonnant que nous ne nous soyons jamais croisés ici d'ailleurs. Nous ne devons pas chasser le même genre d'individus je présume ! Vous vous êtes perdu peut-être ?

"Moi je vaux mieux que toi ! Je bouffe que du criminel ! Nananère"

-En tout cas vous avez l'air perdu !

"Pourriez-vous virer d'chez moi s'iouplaît ?"

Là où elle avait l'air en forme et d'avoir bien mangé, la faim commençait vraiment à lui chatouiller plus que les côtés, il avait assez faim pour vider une prison. Au point que même si il ne savait pas cela possible chez les Darahs, son ventre se mit à gronder.

[Ne m'en veut point trop s'il te plait ! Je sais que c'est court mais c'est le temps de m'y remettre Very Happy]

_________________

avatar
La vie est belle dans ses tourments
Messages : 80
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 123

Votre personnage et ses relations
Âge: On ne demande pas son âge à une dame.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le parfum du vide [Xerxès]

le Dim 25 Fév - 16:46
Il lui fit un espèce de rictus, qui ressemblait à une grimace d'enfant essayant de paraître autoritaire. Cynn arqua un sourcil, gardant scotché au visage un sourire très Eksezkielien. Elle écouta posément ses questions, se demandant s'il essayait, d'une manière ou d'une autre, d'être menaçant ou provocateur.

Elle se souvenait de son arrivée à Hypnos, après la mort de Trystan et Isaac. Tiraillée par la faim, elle avait massacré tout un village sur Rhadamanthe et avait dû fuir pour ne pas mettre sa ville en péril. Eaque était le continent le plus proche. A la grande ville, elle avait d'abord préféré le calme et la discrétion qu'offraient les Montagnes Héraclès. Le temps de faire son deuil et de permettre à Eon d'arrêter d'envoyer des hommes la poursuivre. Marchant de village en village, cette errance salvatrice avait duré une dizaine d'années. Elle avait vu Hypnos grignoter petit à petit les Plaines Enéides, faire disparaître la faune et la flore. Elle avait déjà bien repris contenance quand elle avait décidé de s'y installer. La Darah avait pu obtenir son appartement pour une bouchée de pain, à l'époque.

« Je vis dans cette ville depuis...Quatre vingt dix ans, à peu près. Donc je pense que s'il y a quelqu'un de perdu entre nous...Ce n'est pas moi. »

Sa voix était aussi calme que ferme. Elle ne le lâchait pas du regard. La juvénilité de ses traits lui donnait une candeur charmante. Mais elle savait mieux que quiconque que les apparences étaient souvent trompeuses...Jusqu'à ce qu'elle entende la cacophonie émise par un ventre affamé : celui de son interlocuteur. Il avait faim. Est ce qu'il commençait juste sa chasse ? Ou est ce qu'il était encore trop hésitant dans le fait de vider de son sang un être au cœur battant ?

« Je ne sais quel genre de met vous préférez chasser mais il ne semble pas vous apporter la satiété nécessaire. A moins que vous n'ayez découvert ce nouveau mode de vie que très récemment ? Monsieur... ? »  
avatar
La Vampire qui habite dans une cave
Messages : 234
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 23

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le parfum du vide [Xerxès]

le Mar 25 Sep - 21:04
Sur les dents, Xerxès commença doucement à se décomposer quand son interlocutrice lui annonça un temps qui lui donnait au moins quatre fois l’âge du jeune Darah. Son visage se tordant doucement contre sa volonté, dans un ultime effort pour sauver la face et dans un mouvement trop large pour être naturel, il fit signe de s’essuyer la face et comme s’il enlevait quelque chose, reprenant une attitude digne et coléreuse. Sourcils arqués, coin des lèvres pincés et yeux lançant des éclairs autant qu’il le pouvait. Son visage des mauvais jours. Autour d’eux le monde s’est comme arrêté et les gens se sont écartés : Il ne vaut mieux pas fricoter aux alentours de Darah qui s’écharpent en soirée. Deux pensées et deux états émotionnels se battent alors dans le crâne du Darah :
Le colère face à une ignoble personne se nourrissant sans hésiter de n’importe qui, innocent, bénévoles, enfant de coeurs !?
L’incrédulité de voir que face à quelqu’un possédant la sagesse de l’âge, un genre de personne que l’on rencontre rarement en ville à ce genre d’heure en train de vider des pauvres innocents de leur sang, son âge à lui soit aussi facilement discernable.

Alors qu’il tente de se lancer dans un monologue hargneux et mensonger sur le fait qu’il n’a pas faim et que de toute façon, il a la capacité de se retenir pour ne pas tuer ou pire, faire souffrir inutilement une personne qui ne le mérite pas, c’est la deuxième idée qui écrase la première en lui par K.O. en à peine un round !
Les coins de lèvres pincés retombent et les sourcils se radoucissent et le jeune Darah incapable de débuter une phrase s’assied sur le perron le plus proche - Un magnifique perron d’ailleurs ! Avec une porte aux enluminures finement sculptées en forme de rosaces et de petites colonnes l’entourant et supportant le bois verni au dessus, le choix parfait pour déprimer assis !-. Etre un loup solitaire n’est pas la meilleure des idées au final et il aurait préféré être un chien entouré d’amis de confiances et ne souffrant pas des affres de la famine !

- J’admet que je ne chasse pas grand chose et ce depuis longtemps, je n’ai surement même pas le cinquième de votre expérience dans ce régime alimentaire alors que je suis né ainsi en réalité...

Décrochant d’une petite lanière intérieure à sa redingote une flasque d’acier ouvragée, il avale une lampée avec une semi-grimace de contentement puis la tend à l’autre

- Si jamais ça vous tente, c’est le sang d’un tueur ivrogne, je ne chasse quasiment que ça … Tentative de distillation maison, il avoisine les 40 degrés !

Et c’est le moment que choisi une vieille femme pour ouvrir la porte du perron sur lequel ils sont assis que nous nommerons pour simplifier “Mamie Gâteau”. Tenant un plateau de cookies et avec un air bienveillant, elle le regarde un seconde. Deux secondes. Même pas le temps de compter jusqu’à trois, elle se met à vociférer des insultes en lui jetant son plateau au visage servi d’une dose de “Dégage d’ici sale orchidoclaste nodocéphale ! Va parler à ta coureuse de rempart loin de chez moi !”.
Une déclaration suivi par la fuite du Darah, la tête rentrée dans les épaules, tenant d’une main son chapeau. Mais pas trop loin tout de même pour rester en vue de celle avec qui il tente de discuter.
Le moment que choisi Leilie la poupée sur son épaule pour apprendre un nouveau mot faisant grimacer son “grand frère”

- Nodocéphale !

_________________

Contenu sponsorisé

Re: Le parfum du vide [Xerxès]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit