Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 25
Localisation : dans son armure/quelque part autour de nao

Votre personnage et ses relations
Âge: 23 & 8 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.youtube.com/channel/UCdzjhI-L1F2JLJtlxa2cWGA

Re: L'Expédition

le Lun 28 Mai - 15:57
Un rire perça la futaie dans le brouhaha que provoquait l'expédition. Ils avaient reçu des renforts lors de leur halte à l'auberge d'un certains Esteban, drôle de tenancier à la connaissance parfois franchement anormale pour un tavernier au fond d'une jungle. Mais Lisa le trouvait amusant, Nao avait donc fini par passer à autre chose, la cible de son inquiétude ayant gatée la petite lors de leur séjour.
Aujourd'hui deux nouveau individus venait s'ajouter à la liste -déjà fort longue- de ceux qui amusaient Lisa: Deux caméléons géants s'était emballés... en s'emballant de ce qu'il avait pu comprendre. La frayeur de l'incident du col étant passé, le gorille laissait la jeune fille profiter de ce nouveaux et curieux paysage. Il avait de toute façon bien autre chose à surveiller: Il avait entendu d'étrange rumeur quand aux actions prochaines de traitres. Lisa lui ayant rapporté que quelqu'un avait dis du mal de "Mr Bois" comme elle l'appelais, il se demandait si ses rumeurs avait un fond de vérités ou si quelqu'un ne cherchait pas à provoquer la discorde dans le groupe.
Le petit groupe reprit sa marche exotique, tandis que l'animorphus réflechissait à la portée de ce qu'il avait appris.
avatar
Big Boss
Messages : 4
Date d'inscription : 31/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Mar 5 Juin - 17:42
L’expédition avait repris la route dès le lendemain de l’arrivée de Luther à l’auberge, il n’avait donc pas eu le temps de s’ennuyer à l’auberge. En même temps il n’avait pas vraiment eu le temps d’examiner ses nouveaux camarades, nombreux et hauts en couleurs au demeurant. Peu importe, cela viendrait au fur et à mesure.

Jusqu’à présent les choses suivaient leur cours tranquillement. Le seul incident notable fut l’arrêt provoqué pour un couple de caméléon emmêlé. Deux jeunes femme s'attelèrent  immédiatement au démêlage des deux reptiles alors que certains membres de l'expédition piaffaient d'impatience. Luther quant à lui se fendit d’un sourire et sortit de son sac de quoi écrire. Il laissa alors son esprit vagabonder en pensant aux caméléon invisibles devant lui et en dessinant quelques croquis accompagnés de notes dont lui seul connaissait la signification.

Au cours de cette petite pause, quelques bruits concernant l’expédition parvinrent aux oreilles de l’inventeur. Il les garda dans un coin de son esprit. Ne jamais croire à une rumeur mais toujours la prendre en compte. C’était une des grande leçon du monde de l’entreprise.
avatar
Messages : 293
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.elysionearth.net

Re: L'Expédition

le Ven 8 Juin - 17:05
Deux mois…

Cela faisait plus de deux mois que des tours, des détours et des retours se faisaient dans la forêt de Crannsliabh. Et aucune idée d’où ils se trouvaient réellement depuis l’extérieur, la canopée trop haute et trop épaisse les empêchant de monter facilement en hauteur pour avoir une vue d’ensemble. Une partie des membres de l’Expédition avait d’ailleurs commencé à perdre motivation et énergie pour les tâches du quotidien. Le manque de soleil se faisait cruellement sentir, et certains visage étaient plus que blêmes.

Le résultat était là après ces longs mois de voyage en terres inconnues : Ils étaient perdus. Une fois ce constat, terrible, fait, évidemment, le découragement s’empara de certains, et de plus en plus de râleries se firent entendre. Oh certes, ils avaient trouvé beaucoup de nouvelles plantes, et les botanistes de l’équipe étaient ravis de pouvoir ramener autant de spécimens chez eux . Oh certes, ils avaient découvert beaucoup de nouvelles espèces d’animaux, dont certaines leur avaient coûté des heures de voyages, des membres, de la santé mentale, et les éthologues des environs étaient ravis à l’idée de pouvoir autant augmenter leurs connaissances. Oh certes, ils avaient troué beaucoup de chose en fouillant et géologues et archéologues étaient ravis d’avoir autant de nouveautés, et étaient même d’accord pour penser qu’une civilisation avait pu vivre ici. Oh certes, les dessinateurs, crayonneurs, et autres scribouillards avaient déjà rempli des carnets entiers de croquis, et ne s’arrêtaient toujours pas – on se demandait même parfois si leurs mains n’allaient pas tomber tant ils dessinaient en permanence. Ils avaient aussi découvert nombre de nouvelles saveurs en goûtant les animaux et plantes endémiques, mais certains en étaient aussi morts, tristement, et d’autres étaient encore à vomir leurs tripes, ce qui était fort peu ragoutant. Cependant, ils avaient prévu assez. Ce n’était donc ni l’absence de nouveautés, ni la faim qui leur sapait ainsi le moral.
Non. C’était la sensation de ne pas savoir où ils allaient, de toujours s’enfoncer plus loin, sans rien pourtant apercevoir au bout, cumulé au venin qu’avaient distillé les différentes rumeurs qui circulaient sur le camp, et ce depuis le départ de l’expédition -souvenez-vous déjà le chef était inquiété aux montagnes. Et à cela s’ajoutaient depuis quelques semaines un certain nombre de symptômes étranges pour ceux qui, jusque-là, étaient très investis. Fatigue, nausées, maux de ventre, prise flagrante de poids au niveau du torse pour certains, une sensation de lourdeurs, des problèmes de circulation, une étonnante sensibilité aux odeurs, et des dégouts alimentaires soudains, bref, tout un panel étonnant, que les médecins avaient encore du mal à identifier. Et, pire encore, ils se sentaient observés. En permanence, mais sans jamais rien voir, ni évidemment pouvoir identifier qui les observait. Et un soir, ce qui devait arriver arriva : une bagarre éclata sur le camp. Impossible, évidement, de réellement en cerner les motifs, cependant, il y a du grabuge et des coups échangés : impossible d’y échapper, cela s’entend bien, et surtout, tout le monde va voir ce qu’il se passe, voir prend part à l’action.
avatar
Messages : 69
Date d'inscription : 17/11/2017

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Lun 11 Juin - 8:46
After two months…

Anhydre had fed up staying in this high moist environment for a long time. Moisture made her more irritable. Behind her straight face, thousand times of cursing and frowns were hidden. Nothing would she expect but just a calm, peaceful and undistributed tour. However, those who walked in front, behind and even beside her consistently let out the sound of throwing up or looked as if one more step would be too much for them. What the hell! To avoid the annoying crowd, she walked at the margin of road. No one was she interested in talking with.
It got worse after camping…
Uproar and following groans came up, doctors had no idea how to treat them and let them moan beside. She wondered how many people were left in this tour. Thanks to her “body”, Anhydre was not contagious to the bacteria or symptom humans were suffering. Despite of a variety of special creatures along the road, she didn’t lose her mind to “taste” or touch them.

This scene kept going on several days. Nothing special until one day evening… Hiding behind the trunk, it was too boring that she fell asleep but the sound of shouting and blows woke her up immediately.
People were fighting! Beats flew in the air. Punch, yell and scream… Live boxing show?
She walked forward and picked someone to ask at random-
“What the hell going on here?”

She didn’t know there were people still having enough energy for fighting.
Whom?
and
For what?

_________________
Nor white, neither black,
Coming by and slipping out,
Gone was she you'd know,
Later when the wind set out.

-Anhydre.
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 31/07/2016

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 et 22
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Lun 11 Juin - 20:08
Anna était adossée à un tronc. En débardeur et pantalon de toile léger, elle avait mis en boule son manteau et l'avait rangé au fond de son lourd sac à dos. Son pouvoir rafraîchissant était mis en échec par l'humidité sans pareille de cette serre sauvage et infernale. La jungle labyrinthique les faisait tourner en rond depuis déjà deux mois. La guerrière était dans un piteux état. Blême à susciter la pitié d'un Alf blanc, elle se reposait un instant, tentant de combattre un nouveau problème. Depuis quelques jours, elle était fiévreuse et luttait contre la touffeur ambiante mettait son corps et son esprit à rude épreuve. Elle commençait à perdre connaissance quand un liquide gelée vint frapper son front. Une petite quantité mais une fraicheur qu'elle croyait définitivement abstraite au sein de l'enfer vert. Meli se tenait face à elle souriante. La fée résistait étonnamment bien aux conditions délicates du lieu. Attentive aux indications des botanistes et géologues, elle trouvait toujours un moyen de se rafraîchir et de garder son esprit en bonne santé, en explorant sans cesse les étendues sauvages. Elle avait manqué d'être dévorée bien des fois. Mais ses sens avaient fini par s'aiguiser et la fine jeune femme était une proie bien délicate à gober pour les nombreux prédateurs. Se posant délicatement dans l'oreille de droite de sa comparse, elle se mit à lui chanter d'une voix de brise, une partition qui avait la faculté d'apaiser la fatigue de l'auditeur. Anna la remercia d'un léger rictus. Se sentant mieux, Anna se releva doucement et rejoignit un groupe proche qui inspectait d'une manière lasse un énième bosquet. La journée passa lentement mais sans incident particulier. Le soir, Meli pépiait avec joie, au côté d'un étrange petit robot du nom d'Orzée mettant en voix ses vers, tandis que d'autres improvisés avec ce qu'ils avaient sous la main un accompagnement musical. Anna sirotait un peu plus loin, une boisson concoctée par un alchimiste du groupe, qui avait pour tâche d'écarter pour un temps, la brume qui s'insinuait dans son cerveau. Un sourire aux lèvres, elle battait la mesure de son pied gauche.

Des éclats de voix éclatèrent le cocon festif qui les entourait. A un autre bout du camp, Meli vit plusieurs individus commençaient à se battre. La folie se répandait à toute allure. Bientôt les affrontements se multiplièrent. La fée se précipita vers Anna et l'implora de rester à distance. La guerrière allait se résoudre à l'écouter quand elle aperçut l'alchimiste, qui lui préparait gracieusement des remèdes depuis plusieurs jours, s'écroulaient le visage en sang alors qu'il tentait de sortir un blessé des rixes. Anna se releva brusquement. De son sac, elle tira une étroite et souple matraque et le corps grisé par l'adrénaline, elle se jeta dans la bataille. Les yeux injectés de sang, la peau couverte de sueur avant même ses premiers mouvements, Anna n'était guère impressionnante. Ce fut sans doute la pensée qui vint à l'esprit de ses premiers adversaires. Erreur. Prenant soin de ne pas blesser trop gravement, elle se tailla un passage jusqu'à la silhouette inanimée de son bienfaiteur. Meli l'aidant pendant ce temps à vérifier les agissements autour d'elles. Elle le tira bientôt hors du delirium environnant et le coucha près d'un groupe qui s'occupait des invalides. Elle repartit ensuite au sein de la micro guerre civile, décidée à tirer de là les plus touchés.

_________________
avatar
Messages : 7
Date d'inscription : 05/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Sam 23 Juin - 13:58
Deux caméléons amoureux
Bloquaient le passage
D'aventuriers désireux
D'atteindre d'autres rivages

Leurs langues nouées
En des nœuds compliqués
Posaient bien des difficultés
Aux explorateurs déconcertés

Les idées fusèrent dans la serre verte
Sans que l'une ne desserre le problème
L'homme arbre voulut que l'on laisse ceux qui s'aiment
Mais les appendices des sauriens épris, déliés, permirent la découverte.

-------------

Chancelle, chancelle, sous les chaleur cruelle

L'eau, le ciel et les arbres ne formaient qu'un
C'était l'enfer vert pour la téméraire expédition
L'humidité desséchante décevaient les chances
Des voyageurs en quête d'un Éden de sensations
Le métal de votre serviteur s'agitait en grésillements
Et les rouages encombrés d'une vapeur inconvenante
Souffraient en silence l'absence d'une fraicheur se faisait attendre

Chaleur et fatigue forment un belliqueux ménage
Le tapage éclata un soir, orage interne à cette jungle vorace
Les coups pleuvaient à défaut de gouttes, sans la que la voix du poète ne les touche
Dépité Orzée conclut sur ces fous qui s'agitent alors qu'ils suent déjà tant, percès
Comme des outres.
avatar
Novice
Messages : 6
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 19

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Lun 25 Juin - 9:45
En suivant la troupe, je vois très bien qu'ils sont tous perdus. Bravo les génies, il vous a fallu plus de deux mois pour me faire comprendre que vous ne savais pas vous repérer. Je ne comprends toujours pas ces personnes. Finalement on se pose et j'admire un peu la nature sans toutes cette humanité, neutre et calme. Enfin j'aurai pu en profiter si tout le monde la fermait au lieu de râler pour tout et pour rien, surtout pour rien. Sérieusement, fermez-la, ça vaudra mieux pour tout le monde. JE m'ennuie pendant des jours et des jours et, d'un coup, le bonheur, enfin: Une bagarre. OUI De l'action pour ce voyage, je n'attendait que ça! Je me met sur une branche et j'admire et commente le combat comme si je voyais une vrai mêlée:
"Et C'est parti mesdames, messieurs et autres créatures, voici venu le moment tant attendu de la mêlée générale de l'expédition, aujourd'hui est un très beau combat et les poings et les pieds s'échangent comme des lettres à la poste. OH les beaux bleus qu'il y aura demain. HAHAHAHA!"
J'adore ces rares moments de plaisir par la destruction.

_________________
Pierre-Claude-Victor Boiste disait que "La haine n'a jamais fait des heureux." mais la joie ne m'a jamais attiré
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 27/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge: 33 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Mer 27 Juin - 11:29
Les semaines, les mois étaient passés.
Ils s'étaient perdus.
Mais qu'est-ce que c'était que se perdre dans un océan de verdure ? Surtout, où voulaient-ils aller au départ ? Peut-être que pour certains, ils avaient véritablement perdus leur chemin, mais Tapahari sentait qu'ils s'étaient approchés un peu plus chaque jour du coeur de Crannsliabh, qu'elle sentait battre dans la terre, dans les arbres, dans chaque bouffée d'air qu'elle prenait. Chaque jour un peu plus proche...

Leur progression était hasardeuse, ralentie souvent par le besoin de faire une route pour les chariots, ou de construire un pont pour passer rivières ou ravins. Divers accidents avaient coûté la vie à de nombreux aventuriers, mais ils avaient continué.
La jungle fournissait nourriture et eau, même si Tapahari en était rendu à préparer sa potion contre les empoisonnements alimentaires par habitude désormais, et les scientifiques du groupe ne voyaient presque plus le temps passer tant leur travail était boosté par les découvertes réalisées.

La chamane avait pu profiter d'escapades régulières pour aller jouer avec ses différentes formes, apprenant à contrôler une à une ses différentes formes. Elle arrivait presque à voler en corbeau ! Et les sens du serpent ne lui donnaient presque plus mal au crâne !
Enfin, ça c'était avant que cette maladie ne se développe dans le groupe, et que la chamane se ruine la santé à rester éveillée nuit et jour pour tenter de comprendre, de restreindre et de soigner les étranges symptômes. Aidant les autres soigneurs et herboristes, ils réussirent à maintenir isolés la maladie, évitant que toute l'Expédition ne finisse affectés, mais régulièrement, inexorablement, de nouveaux cas apparaissaient...

Prise par les soins aux malades, Tapahari ne pouvait plus aller se dépenser sous ses formes animales, ce qui la laissait dans un état de fébrilité presque permanente, les esprits des animaux en elle impatients et difficilement tenables, comme des enfants laissés dans une pièce vide et sans rien pour les occuper.
Plus que les autres sans doute, elle sentait que quelqu'un ou quelque chose, avait posé sur l'Expédition un regard inquisiteur. Les soins l'empêchaient pour l'instant de tenter d'entrer en contact avec cette présence, mais elle espérait pouvoir le faire bientôt.

Ce fut donc lors d'un soir enfin calme au campement, alors que certains commençaient à jouer de la musique pour détendre l'atmosphère, que la bagarre commença.
La musique se tut, remplacée par les cris, les coups, les chutes. Certains se joignirent à la mêlée pour stopper les combattants, aidés par les gardes qui semblaient légèrement surpris. D'autres restèrent à l'écart, pour ne pas ajouter à la confusion. Tapahari était de ceux-là.
Elle était incapable de se battre, contrairement à d'autres, et elle observa de loin, choquée un peu par ce déchainement incompréhensible. C'était comme un feu de paille, la violence s'était répandue sans que l'on sache désormais d'où elle était venue.
Elle vit un homme qui s'était juché sur une branche et commentait l'action en ayant l'air de s'amuser de la situation, juste avant qu'une jeune fille ne sorte de nul part pour lui demander ce qu'il se passait.
Il fallut un instant à Tapahari pour répondre :

- Je ne sais pas... mais il vaut mieux rester en dehors pour le moment. Ca a démarré d'un coup. Espérons que ce ne soit pas un autre symptôme...

Tapahari détourna son regard de la violence dans le camp pour poser les yeux sur cette jeune fille. Il y avait quelque chose d'étrange chez elle, elle n'arrivait pas à vraiment percevoir quoi.
avatar
Messages : 69
Date d'inscription : 17/11/2017

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Jeu 28 Juin - 0:35
A woman turned back in a shock.
Her black long hair wiped through Anhydre’s face, which gave her an unpleasant impression. Anhydre. frowned at her and found everything in this woman was very different from her: tall, mature, coppery skin and long hair. However, when her glance moved on to her foot- Barefoot, and then looked hers. It seemed the woman also had a trait of being a rover.
Still, It’s full of noise and mess. People yelled, pushed and some of them egged those fighters on. Anhydre couldn’t see the front because of crowds…
 
The answer wasn’t a satisfied one, not resolving her confusion anyway.
“…Symptom in fighting? mental illness more likely. Hurting people are all psycho, insane, nut, spaz… and some are even worse, from back.”
It’s more murmuring than speaking. 
When it came to fights, Anhydre felt a strange and sudden anger. The flow of crowds was moving forward gradually, toward the center. The woman’s stare made her quite unease.
“Take your sight off me!”
 
Anhydre. wasn’t curious about this messy condition anymore, walking back to the trunk and waiting for the ending of this fight.
“Damn moisture, damn water, damn mist…. Damn every form of water!”
Perhaps, being talky was the symptom she got, just in another way.
Suddenly, a stone flied to her front and dropped… nearly hit her head that stopped her.
 
She picked the stone up-
And then, looked back at the woman who was the only one facing her-
“Are you a psycho?

_________________
Nor white, neither black,
Coming by and slipping out,
Gone was she you'd know,
Later when the wind set out.

-Anhydre.
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 27/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge: 33 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Ven 29 Juin - 0:22
Sa réponse ne sembla pas satisfaire la jeune fille.
Un symptôme oui, de cette étrange maladie qui se répandait dans le groupe.
Elle espérait de tout coeur que la rage et les accès de violence n'étaient pas causés par ce mal qu'aucun des guérisseurs n'avait su soigner efficacement jusque-là...
A moins que ce ne soit dû au stress d'être perdu dans la jungle depuis des semaines. Elle avait appris à connaître la majorité des membres de l'Expédition, et aucun ne semblaient capables de tels accès de violence en temps normal, mais la détresse pouvait changer quelqu'un en profondeur.

La jeune fille réagit violemment au fait que la chamane l'observait avec curiosité, puis finit par s'éloigner en marmonnant quelque chose à propos... de l'eau ?
La chamane la suivit du regard, surprise, sans bouger de là où elle se trouvait. La sensation d'étrangeté ne la quittait pas. Avait-elle déjà vue cette personne dans l'Expédition avant ? Elle n'en était plus certaine...
Soudain, un caillou manqua heurter la jeune fille à la tête. Celle-ci ramassa le projectile avant de se tourner vers Tapahari, encore plus en colère et accusatrice.
La chamane leva aussitôt les deux mains, paumes ouvertes, en signe d'apaisement.

- Ce n'était pas moi ! La pierre venait de...

Elle tourna la tête vers le point d'où était arrivée la pierre et vit aussitôt un autre projectile lui arriver dessus !
Se surprenant elle-même par ses réflexes, Tapahari fit un bond pour esquiver. Elle ne se savait pas aussi agile !
Avant qu'elle ait eue le temps de se rendre compte de ce qu'il se passait, une de ses formes animales se réveilla et s'imposa à elle. Son corps se transforma en une fraction de seconde, et ce fut un serpent de petite taille aux écailles vertes émeraude qui la remplaça.
Comme elle venait de bondir juste avant s'être transformée et qu'elle était maintenant d'une masse bien inférieure, elle atterrit beaucoup plus loin que prévu, sur la poitrine de la jeune fille à qui elle venait de parler !

Tapahari s'attendit à un choc et à rebondir mollement avant de retomber au sol...
Au lieu de cela, elle traversa la jeune fille comme si elle était une simple illusion ! La chamane eut la vision de courants d'énergie puissants qui composaient cette personne, sans cesse tourbillonnantes et mouvantes. Du vent... et du sable ?
Puis elle réapparut dans son dos et alla finir sa course dans l'herbe, un peu plus loin.
Elle avait la tête qui tournait, et laissa l'instinct prendre le dessus pour qu'elle s'enroule sur elle-même à peu près correctement.
Qu'est-ce qu'il venait de se passer, par les Anciens ?
Cette jeune fille n'était pas mortelle... elle était... esprit ? Vent et sables combinés !

Avec un temps de retard, Tapahari se rendit compte de sa situation précaire : sous forme de serpent - si fragile parmi des hommes en train de se battre et piétinant partout - dans le campement, à proximité de cette jeune fille qui sans doute n'allait pas apprécier qu'elle l'ait ainsi traversée et "touchée"...
Surtout, qui d'autre l'avait vu se métamorphoser, elle qui tenait à garder ce nouveau don secret ?
avatar
Messages : 69
Date d'inscription : 17/11/2017

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Ven 29 Juin - 13:50
The gut feeling drove Anhydre throwing rude words at the woman’s face straightly. She hurried to put hands up and was in a blameless look as soon as Anhydre cast a “DAMN” sight. Suddenly, a sense of guilty crushed Anhydre. She didn’t mean to scold someone like that but the back attack was what she couldn’t tolerate.
Somehow, she didn’t know the real reason. Just hate it, that’s all.
At the next moment, another flying stone proved Anhydre's mistaken. However, it was in the direction of the woman's head.
Who was in the back?
“Watch ou-”
The big stone that was in the same size as rock got more clear as it was getting closer. She dare not to imagine if the rock hit on her…
Just when Anhydre stretched out the palm and was about to pour sand for shooting it out. Sand would do the woman no harm anyway; just maybe, she might get a shower of sand wash.
A dodge from the woman was faster though.

After…
A jump.
Surprisingly, the tall human figure that almost blocked Anhydre’s front view turned into a little green snake. Had Anhydre given a blink then, she would believe the woman disappeared herself in only one second.
But wait, no…………
She saw the snake failed to control herself and the distance, dashing on her chest after a BIG jump.

The snake going IN her chest and out from her waist, having a bounce on the ground as an end, Anhydre could clearly feel something just "swarmed" in, a strip one. That feeling was beyond words. No one had ever "intruded in" her before.
After closing her eyes and gasping a deep breath, Anhydre looked back.

Will she find I am actually made of sand?
It was not a secret but she didn't want to let a total stranger…know. Perhaps, so did the woman feel to her transformation.
Then-
A crash. A hard push.
Nearly fell and kissed the land, Anhydre was jostled by the crowds behind. More and more people noticed the riot and moved forward blindly.
Now, nothing was more important than "grabbing" the snake. It's hard to notice "her" and maybe to people, snake was a little creature worthy of any care.

Steps and steps and steps like waves...
Anhydre had better get in hurry before any cruel step on "her".
"Don't worry! I'm coming!"
She shouted, shoveled those blocking her way and squeezed back.
Finally, she found her and crouched beside, covering her in the dome of two hands. Shivering... Anhydre could feel the snake was shaking, as if a kid were shocked by a big thunder or just like her, touching water at the first time.
"It's all right now."
Anhydre pulled out the weed and collected sand on the snake, begining buring her… and then a scoop.
Now a pile of sand was on her left hand with a snake inside.

Poooob!
A head of the little snake came out…
Seeing she wasn't in hurt and didn't get any harm, Anhydre gave a shiny smile at her.
"So…you are…?"
No answers but sticking tongue out for several times. She rised the snake beside her ear…no sound.
Maybe, she was a snake-woman.

Anhydre. stood up and carried her on her palm as high as the chest. Now, time to find out who threw stones at them.
Walking carefully, she was cautious in every side around them. It was not a funny thing if now she tumbled over or was pushed or hit.

The closer they got to center, where the fight kicked off, the tighter the snake scrolled in the sand. Without noticing, Anhydre's right hand had fenced aside.

Chaos…
Somehow, she could sense another hideous attack was brewing…near!

_________________
Nor white, neither black,
Coming by and slipping out,
Gone was she you'd know,
Later when the wind set out.

-Anhydre.
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 27/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge: 33 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Dim 1 Juil - 21:18
En tant que serpent, Tapahari n'entendait plus les sons. Elle les ressentait avec son corps entier, les vibrations du sol remontant dans ses écailles comme autant de grondements de tonnerre. Ses yeux voyaient plus de formes que de couleurs, les récepteurs thermosensibles sous son nez détectaient les zones chaudes, en nuages rougeâtres, et sa langue captait des odeurs avec une précision infiniment plus grande qu'un humain pouvait seulement imaginer.
Son corps savait quoi faire de ces perceptions nouvelles, mais son esprit avait du mal à suivre parfois.
Comme maintenant.
Stressée par sa situation précaire - n'importe qui risquait de lui marcher dessus sans même la voir au milieu du campement - la chamane transformée commença à se déplier pour chercher refuge sous un chariot, lorsque le sol trembla sous elle !
Elle s'immobilisa, et perçut la vague de corps chauds qui se rapprochait d'elle à toute allure !
"C'est comme ça que je vais mourir."

Les pieds frappèrent le sol autour d'elle et Tapahari se recroquevilla sur elle-même, incapable de bouger mais tentant de se faire la plus petite possible. Elle pria les esprits en elle de la laisser retrouver forme humaine, mais la peur l'isolait de ses pouvoirs.
Soudain, une ombre tomba sur elle, la protégeant sous un dôme que ses yeux mirent quelques secondes à identifier. Deux mains ! De la même température que le sol !
Était-ce la jeune fille esprit, de sable et de vent ?
Le sol continuait à vibrer sous elle, aussi la chamane décida de rester immobile. Elle ignorait pourquoi cette jeune fille autant sur la défensive était venue lui porter ainsi secours, mais elle n'allait pas s'en plaindre, bien au contraire !
Son corps tremblait à cause du stress, ce qui était assez anormal et dangereux pour un animal à sang-froid, mais elle ne pouvait s'en empêcher.

Après quelques secondes, la jeune fille remua la terre et la recouvrit de sable, avant de la soulever avec le tout. Tapahari se recroquevilla de plus belle : pourquoi la mettre ainsi dans du sable ? Elle ne pouvait pas la soulever en usant de ses mains directement ? Elle se souvint de la sensation qu'elle avait eue en la traversant de part en part et comprit qu'elle était peut-être intangible...
La chamane se secoua pour sortir la tête de son petit tas de sable et se retrouva avec le visage de la jeune fille esprit penchée sur elle et qui prenait presque tout son champ de vision. Son expression était plus détendue, souriante même, ce qui était bon signe. Elle remua les lèvres, mais Tapahari ne l'entendait pas. Elle darda sa langue, plusieurs fois, et la fille-esprit l'approcha de son oreille.
Mais la chamane ne pouvait pas parler une fois transformée.

Elle fut placée à hauteur de poitrine, puis la fille-esprit se dirigea vers le centre du campement, là où l'agitation était la plus grande.
Là où les corps se battaient, là où les esprits étaient les plus échauffés.
Là où Tapahari n'avait pas du tout envie d'aller !

La chamane recommença à se recroqueviller dans la main de la fille-esprit, tentant par son langage corporel de lui faire comprendre qu'elle ne tenait pas à aller dans cette direction.
Elle voulait juste s'éloigner de tout ce chaos, pour ne pas risquer se faire tuer, et pouvoir regagner assez de calme pour reprendre forme humaine.
avatar
Premier des Gaïens
Messages : 15
Date d'inscription : 07/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Ven 6 Juil - 17:46
Plus le temps passait, moins nous restions proche de ce groupe. Mes frères me parlent, me supplient de les écouter. J'accompagnais ces vivants pour découvrir de nouveaux lieux et voir si de nouveaux alliés à la cause de Mère pouvaient se lever.

J'était de verveine (ravissement) de toutes les découvertes botaniques que nous faisions. C'était comme revoir de vieilles cousines à un repas de famille. On ne s'est jamais vraiment quittés. Les plantes parlent et murmures de merveilleuses légendes sur ces endroits. De ce que j'en comprends, l'humus est ici au moins 10% plus nourrissant au troisième jour de pluie consécutive grâce à la décomposition accélérée d'une variété particulière de micro organismes. Fougère (fascination), vraiment. Que les biologistes croquent, goûtent et boivent leurs découvertes, pas de soucis, tout cela fait partie de l'expérience. Mais les récolteurs, qui mettent les plantes en bocaux m'agacent. Pourquoi ne pas mettre plus de noix dedans? Elles sont bien plus bourratives que ces pauvres feuilles. Je suis de soucis cependant. Mes feuilles jaunissent. D'autres tombent malades, les uns après les autres. Étrange. Cela ne nous pose pas de soucis particulier. Tel le veut Mère. Moi même, je ne suis qu'un fragment, et finirait nourriture pour un être vivant.

Plus les choses avancent, et plus les arbres parlent sourd. Lourd. Alors, fâcheux atours, je me perds plus longtemps dans leurs cercles, à les écouter. Nous ne sommes pas les premiers à être passés par ici. Ils mettent en gardent. Alors je me place et prépare l'oracle aux plantes que je fais parfois. Rien de bien particulier si ce n'est qu'après être plongé dans une lente méditation, je rouvrirai les yeux avec plusieurs fleurs dans le creux de mon cœur. Utiles, ou symboles, elles sont rarement sans utilité. Parfois, elle s'avère très lointaine.

Je ferme donc les sphères d'ambre qui me servent de globes oculaires et me concentre. Des bribes. Des morts, explorateurs anciens. D'étranges chariots d'un fer vert. Des pleurs de sève. Et une pointe de rouge. Rien de très... guidant. Le temps passe. Plusieurs nuits mon esprit se promène dans les couches de ma Sœur. Les racines de mes pensées fouillent le passé, et des images de plus en plus floues me viennent. A tel point que j'en perds le groupe. Peu importe. On veut me dire quelque chose.
La pluie tombe dans les branches, libérant les nutriments du sol. Mes racines vont plus profond encore. Et tombent sur des os. Des os d'une espèce que je ne connais pas. Plus fossiles que véritables dépouilles, un écho dans la roche. La roche aussi me parle. Et j'entends une pluie très fine. Quelques rares goûtent qui roulent sur une surfasse molle.

Le sol est riche ici. Riche de ces nutriments. Les arbres se sont nourris de ces dépouilles. Une bonne chose, vue la quantité.

Je me réveille. Peut être une semaine est elle passée? Des oiseaux ont commencé à bâtir un nid dans mes bois. Je le garde raidissant ma nuque pour ne pas le faire basculer.

Je me meus. Marchant à pas lent. Une jeune pousse de cyprès. De la roquette. Un narcisse. Et le bourgeon d'une de ces nombreuses plantes qui couvrent notre chemin. On en voit beaucoup dans le coin.

L'air est lourd, je m'en rends compte. Je me relève. Il va falloir que je rejoigne le groupe. Je passe avec douceur ma main dans mes feuillage. Le vert a légèrement regagné sur le jaune de mes feuilles.

Je me mets en route, et passe un long moment à suivre les traces du groupe, quoi que la piste, laissée entre les traces de bottes, de chariots, de sabots, de débris divers, des résultats des cures hasardeuses et des quelques tombes que j'ai pu voir a rendu la trace facile à suivre. Je cours à moitié, car j'aimerais discuter de ces visions avec la jeune changeforme et le maître du convoi. La route me pris bien une semaine de plus à remonter, malgré ma célérité relative.

Quand enfin j'arrivais proche de ces maudites fumées que composaient les feux de camps du convoi, je fus pris de vertiges. Du rouge. Un rouge profond. Et le sentiment sans fleur.

J'approchais plus doucement, mon corps s’adaptant à ce qui allait arriver, mon bâton se parant de quelques roches qui voulurent bien percuter quelques cranes.

Les arbres étaient eux aussi étranges. Le camps était attaqué, mais quelque chose d'étrangement peu naturel se passait me semblait il.

J'accélérai avec la subtilité d'une roche dévalant une montagne par jour de grand vent.

_________________
C'est par les fleurs que je parle
Et les arbres sont mes écrits

----

La force de la nature, la subtilité de la poutre
avatar
Messages : 69
Date d'inscription : 17/11/2017

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Sam 7 Juil - 9:42
Fist, blood, punch, yell…
…Shouts, drag, pull, slap….
 
Dismal sound pierced her ears. Every view was gross and unpleasant. It’s hard to look steadily at those scenes, which had wrinkled Anhydre’s face. Biting her lower lips, looking around to see who was targeting at her, she could feel the snake was quite in her nervousness. She was shivering.
Should we leave now?
Seeing the little snake had sank the half head in the sand, barely casting the straight glance at the front, Anhydre decided to go back. However, just in that moment, she saw a giant tree-man covered with rocks standing there, not far from the campfire, at the right side.
A tree-man!
 
“Hey, I think I find the attacker!”
Anhydre stared at the tree-man. Wind fluffed his green coats and hair. A simple giant tree she would believe if she didn’t see him clear.
She intended to go up and took a close look at him without any practical plan… but something stopped her. A heavy sinking force on her palm…snake?  
She pretended to have a stride, following up a sinking force... Stride, Force, Stride, Force… The strength was so heavy that made her hand unable to rise up. After a few times “playing”, the hand started to “shake”.
“But… no punishment to those who frightened you to be like this?”
Only shaaaaaaaaaaaaaaaaaaaake….. so did her hand….
They looked at each other…
An observation to the tree-man for few seconds later, Anhydre began to doubt her hunch…Even though there were so many rocks on his sticks, not any of them had been struck out and besides, his attention wasn’t on her… or to say, he didn’t even notice them. Forget it.
 
More and more people flooded in, building a thick wall behind and stuck the air circulation. Anhydre was afraid those people wouldn’t let them go so easily. She was almost drowned in the crowds.
“Excuse me…ex….cuse me….”
With no any desire to let people know she could “pass” them, she stiffened herself.
Irascible sights were cast on her, like bullets shot at a brainless child walking from conversed direction. Her hand kept close to her chest, in order not to spout out the snake due to SHOVELING.
S—Q-E--E-ZE, SQ—E—E-ZE.
Push, bump, hit, stagger…
Patience soon came to limitation. To shorten the torturing time, Anhydre relaxed herself and turned to be flexible, weaving among the crowds.
 
Eventually, “they” went back to a place few people around. Anhydre wheezed badly, paying too much energy on keeping her sturdy shape. Seeing the sand pile on her hand in safety, she got a sigh of relief and said:
“Hey, you can come out now.”
No answer. No motion.
“Hey, no one is around.”
No answer. No motion.
“Hey!”
No answer. No motion.

Something went wrong here. Only a stable pile of sand she got. Nervousness made her desperate, she stirring up the sand with fingers. Nothing. Then, she kneaded it with a clap. Nothing.
DAMN!
The snake was missing! Recalling the last time she saw her was- shaaaaaking-which meant she had gone while squeezing, or…
Anhydre bent herself down for checking the ground behind, left and right, behind, left and right… nothing!
Chances were as she “flew” among people, the snake had dropped through her body again "accidentally" and… fell to the ground… but she felt nothing intruded in her body.
Hardly could she imagine the little snake went to the ground and struggled against those heavy steps for existence. Once a missing step, then… blood stain on soil.
Gosh!
No more revolting images…
Anyway she had to find it out, no matter it was a snake or a body and the least way was walking back to those damn people crowds, which denoted she would find either nothing or a dead snake body.
 
One thing she would like to try was- detecting and searching. It was a special skill she learned from books. Even though she had no idea whether it worked on her or not, something was better than nothing. Anhydre got down on one knee, pressed on soil with two hands, and closed her eyes. If she had enough sensibility to soil, she could detect under the ground… sand sensed sand. And she wanted to know if there was “snake blood”.
It worked. Just like a detector, she got lots of information underground: name of a thing, colors, attributions and sites. Tons of creatures took soil as their houses. However, it was a rather detestable test. The scent of water, urine and blood kept her vomitous and buzzed her head. Thankfully, she got no trace of “snake blood” in the end. She escaped to open her eyes as soon as the rich experience had run a round.
DIZZZZZZY…
 
“A good sign!” She coughed.
 
Next, at the “searching” part, she got to find the snake alive.
Looking around to make sure nobody was staring at her…
Anhydre gulped, gave a big jump and caught the wind… dispersed herself- disappear.
In the particle form, she was pervading in the air. It was time to search every corner of this camping area thoroughly…
 
Why am I so eager to know where she is?

_________________
Nor white, neither black,
Coming by and slipping out,
Gone was she you'd know,
Later when the wind set out.

-Anhydre.
Contenu sponsorisé

Re: L'Expédition

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com