Partagez
Aller en bas
avatar
Chevalier aux pieds fumants
Messages : 467
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 29

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Dim 12 Nov - 2:40


Sorga n'était jamais venu à Albus.
Il en avait souvent entendu parler, ça oui, mais n'avait jamais pris le temps de venir voir de ses propres yeux ce qu'on lui avait décrit ; la ville coupée en deux par le fleuve, le pont de Cristal reliant les deux moitiés, les maisons parfois très originales nées du travail des Créateurs, la surabondance de fleurs dans les jardins et les fenêtres, les sourires vissés sur le visage des habitants...
Il savait donc peu ou prou à quoi s'attendre, lorsqu'il ressortit du portail qui venait de le déposer aux abords de la ville, et astucieusement installé sur une hauteur permettant de découvrir dans un glorieux panorama la belle Albus. Et il comprit que les descriptions entendues étaient loin de rendre justice à la naïve cité, même les plus grandiloquentes !

Le soleil particulièrement lumineux en cette matinée sublimait le grand pont en cristal qui semblait juste sorti d'un livre de contes. Les maisons issues de l'imagination des Créateurs n'étaient pas en reste : certaines défiaient jusqu'à la gravité avec leurs formes improbables, parvenant toujours à rester d'une beauté à couper le souffle.
Les rues "normales" étaient bien agencées, propres et, comme pour une oeuvre d'art, guidaient le regard vers les monuments les plus beaux de la ville.

Sorga admira le tout en grattant machinalement les écailles noires et craquelées de son visage. Il s'appuyait sur sa lance comme à une canne, même si ses douleurs articulaires avaient diminué depuis le départ du Palais d'Elysée.
S'il avait su, il serait venu visiter Albus plus tôt !
L'homme-lézard était certes un homme des bois à la base, mais il avait appris à apprécier les charmes architecturaux avec le temps.
Il se retourna en entendant le son un peu bizarre du portail qui laissait passer une autre personne, juste à temps pour sourire :

- Je n'ai jamais beaucoup aimé les portails, mais avoir une vue comme ça à l'arrivée compense l’inconfort du voyage, tu ne trouves pas ?

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.


Spoiler:
avatar
Flamboyante reine de Minos effrayée
Messages : 435
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Ven 17 Nov - 20:30
- Je n'ai jamais beaucoup aimé les portails, mais avoir une vue comme ça à l'arrivée compense l’inconfort du voyage, tu ne trouves pas ?


Albus avait toujours été magnifique. Beldua le savait: elle y avait vécu. Tout la terrifiait, mais c’était beau. Elle le savait, le sentait. Elle sourit, en voyant son ami ainsi étonné par la splendeur de la ville. contrairement à d’autres endroits magnifiques, il n’y avait rien d’écransant. c'était peut-être là le miracle Minosien. Elle hocha la tête.

Oui. Albus est une cité splendide.

Elle chercha ses mots un instant.

En hiver aussi, c’est assez incroyable. Ca ressemble à un conte de fées.

Elle sourit, rêveuse.

Là-bas, au fleuve, il y a toujours des canards. Ils sont gentils, je crois, mais j’ai toujours préféré les éviter. Je vivais par là.

Elle désignait une zone de la main, vers laquelle elle commença à marcher.

Le marché s’étendait sur toute cette place. J’y étais à un moment, mais je trouvais vraiment cela trop effrayant. Il y avait plein de monde, plein de bruit, tu sais. Et personne ne me voyait.

Elle haussa légèrement les épaules.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


avatar
Chevalier aux pieds fumants
Messages : 467
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 29

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Ven 24 Nov - 23:41
Sorga emboita le pas à la Reine, sa lance claquant sur les pavés. Il l'écouta avec curiosité, notant les quelques mots décrivant sa vie d'avant sa nomination en tant que Reine.
Elle lui avait raconté son passé, brièvement, un soir, mais ça avait été dans un moment assez fort en émotions et ils n'en avaient jamais vraiment discuté par la suite. Aussi l'homme-lézard restait curieux de cette vie de marchande de fleurs, terrifiée de tout, avant que Beldura Glow ne devienne la Reine de Minos... terrifiée de tout aussi.

- En hiver oui, j'imagine. Tout doit briller de milles feux avec la neige et le givre, surtout le pont. Et je suppose que les habitants décorent leurs maisons pour l'occasion aussi ?

La rue qu'ils suivaient descendait vers le centre-ville, et était assez calme, malgré le beau temps ensoleillé.

- Hmmm... d'ordinaire, j'aime bien les oiseaux, mais je suis d'accord avec toi concernant les canards. Leur chant est vraiment trop peu harmonieux pour pouvoir les apprécier vraiment. Surtout qu'ils m'ont déjà gâché plusieurs parties de pêche en faisant fuir le poisson...

Sorga souriait.
Il était amusé malgré lui en imaginant Beldura effrayée à la vue des volatiles barbotant sur les abords du fleuve.
Lorsqu'elle évoqua sa peur de la foule sur la place du marché, l'homme-lézard hocha la tête ; ça, c'était plus habituel, la concernant.
Lui aussi, d'ailleurs, n'appréciait toujours pas vraiment les foules nombreuses, aussi bigarrées soient-elles.

- Ta boutique donnait sur le marché ? Ou tu installais un étal temporaire ces jours-là ?

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.


Spoiler:
avatar
Flamboyante reine de Minos effrayée
Messages : 435
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Lun 4 Déc - 19:13
Elle hocha la tête à ses questions, alors qu’ils descendaient vers le centre ville. Elle eut un rire léger en imaginant Sorga dépité face aux poissons enfuis, et elle lui sourit gentiment.

Non, non, je me promenais avec une sorte de corbeille, entre les étals, afin de vendre mes bouquets et mes couronnes. J’aurais été bien incapable d’avoir mon propre étal ! On m'aurait trop vue … Au moins, dans la foule, si je ne vendais rien, je me mélangeais aux autres. Quant à ma boutique … Le comptoir était au fond, on me voyait finalement assez peu aussi. Je pouvais me cacher facilement …

Elle lui sourit, en mettant un peu nerveusement une mèche derrière son oreille.

enfin, je suppose que tu imagines tout cela très bien … Tu m’as vue dans mes derniers instants d’inconnue et mes premiers moments de Reine, après tout …

Elle se racla la gorge.

Quant aux décorations, oui, évidemment, tout ici est décoré lorsqu’on approche la Prodigalité ! Mais les Albusiens aiment décorer leurs maisons lors des fêtes traditionnelles. J’ai rarement vendu autant de fleurs que lors de la Fête du Courage. C’est très joli, même s’ils ont toujours tendance à en faire un peu trop.

Et soudain, elle s’arrêta. Ils étaient face à une petite maison, qui paraissait comme coincée entre deux autres plus grandes. Discrète, sans étage, elle aurait pu passer inaperçue, assortie comme elle l'était aux autres, avec ses murs clairs et ses volets pimpants, si ce n’était l’énorme panneau “Jo Lafleur” qui la surmontait et la plaque dorée près de l’entrée, indiquant manifestement qu’ici avait vécu la Reine. Les abords de la maisonnette étaient plein de fleurs. On avait manifestement repris sa boutique, et celle-ci avait prospéré. Il lui semblait en effet vaguement avoir signé un papier cédant le tout à un certain Joseph Bezac, au début de son règne. Elle se racla la gorge.

Je … Voilà, c’était ici. Il n’y avait pas le panneau quand j’y étais, et encore moins la plaque, évidemment. Et puis, il y avait moins de fleurs aussi … Mais c’était là.

Elle lui sourit. Elle revoyait son intérieur, alors meublé de façon très simple, sans chichi aucun, et qui lui ressemblait dans cette maxime: surtout, ne pas se faire remarquer. Elle séparait l’espace chambre, composé d'un petit lit une place enfoncé dans une alcôve toujours fait, aux draps blancs fraîchement lavés embaumant le jasmin parfaitement tirés, du reste par un mignon rideau de dentelle qu’elle avait aidé à confectionner représentant des fleurs et des scènes bucoliques. Le reste de son intérieur était en bois brut. Elle n’avait alors rien pour faire chauffer et cuire, et mangeait toujours froid et cru, ou bien des choses qu’on lui offrait, ce qui était rare, ou qu’elle achetait à un petit marchand ambulant qui faisait toujours beaucoup de plaisanteries et s’annonçait d’une clochette. Son carrelage était fait de pavés d’argile rouge que le temps, les nettoyages et le passage avaient patinés. Elle avait une petite armoire, où elle rangeait le peu qu’elle possédait. Tout cela faisait un ensemble très vide. Par une petite porte, on accédait à une salle de bains où on ne pouvait se tenir debout, composée de toilettes, d’un lavabo, d’un placard et d’une baignoire creusée dans le sol. Il y avait quelques fenêtres qui éclairaient largement assez. Elle n’avait pas de rideaux, ce qui lui permettait de laisser pénétrer la lumière de la Lune et de ne jamais avoir à allumer. Elle se doutait que cela aussi avait bien changé, et n'avait pas vraiment envie d’aller le constater par elle-même.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


avatar
Chevalier aux pieds fumants
Messages : 467
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 29

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Lun 25 Déc - 14:54
Sorga l'écouta tranquillement, son regard passant des alentours à Beldura. Il l'imaginait très bien déambuler dans le marché, un panier empli de fleurs dans les mains, sursautant dès que quelqu'un lui demandait de voir ses fleurs pour les lui acheter...
Même s'il restait persuadé qu'elle avait toujours eu en elle la force de caractère et la compassion dont elle faisait preuve en tant que Reine de Minos.

En découvrant la petite boutique, il s'immobilisa et sourit, s'appuyant sur sa lance. En l'écoutant, il alla examiner brièvement la plaque qui indiquait que la Reine avait vécu à cet endroit, s'amusant du côté très touristique de la plaque. L'air embaumait du parfum des fleurs, ce qui lui faisait un peu tourner la tête.

- Hmm... c'est un bel endroit pour une boutique. Elle ressemble à une petite maison de campagne qui se serait déplacée jusqu'ici. Tu as cédé l'affaire à un homme si je me souviens bien ? Tu as suivi l'évolution de la boutique depuis ?

Il se dirigea vers la porte, avant de se retourner vers la Reine.

- On entre ?

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.


Spoiler:
avatar
Flamboyante reine de Minos effrayée
Messages : 435
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Dim 7 Jan - 15:58
Elle hocha la tête à ses paroles.

Tu as bonne mémoire ! Mais non, je ne suis jamais revenue … Et je n’ai pas du tout suivi l’évolution de la boutique.

Lorsqu’il se dirigea vers la porte, elle se sentit frissonner. Elle n’était pas sûre d’avoir envie d’entrer là-dedans, et de voir toutes les modifications. C’était prendre le risque de laisser le passé lui ressurgir dessus, et prendre aussi le risque qu’on la reconnaisse. Elle n’était pas certaine d’y être prête. Pourtant, lorsqu’il lui posa la question fatale, elle le rejoignit en deux enjambées, et s'accrocha à son bras, se cachant un peu derrière lui, avant d’entrer chez Jo Lafleur, dans son ancienne maison.
A vrai dire, il y avait là beaucoup plus de lumière qu'au temps où elle tenait la boutique. Et beaucoup plus de fleurs aussi. Leur parfum et leurs couleurs saturèrent ses sens un instant, et sa tête tourna légèrement. Elle cligna des yeux, toujours accrochée à Sorga, incapable de reconnaître sa précédente demeure derrière tous ces pétales.

[Je te laisse t’amuser avec la description de l’intérieur, hehe !]

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


avatar
Chevalier aux pieds fumants
Messages : 467
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 29

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Jeu 18 Jan - 1:13
[Pas de problèmes. ˆˆ]

La Reine s'accrocha à son bras et Sorga marqua un temps d'arrêt, surpris de la découvrir aussi nerveuse. Il savait qu'elle avait eu un passé mouvementé, et espérait de tout coeur ne pas risquer de réveiller des souvenirs désagréables en venant voir son ancienne boutique. Pourtant, et malgré sa volonté visible de se faire la plus petite possible, elle le suivit sans ralentir, tandis qu'il ouvrait finalement la porte.
Le bruit du carillon, très clair, sembla déchirer l'air [lul] tandis qu'un parfum entêtant de dizaines et de dizaines de fleurs différentes saisissait ses sens.

L'intérieur de la boutique n'était guère plus grand qu'un petit salon, mais chaque centimètre carré de surface était rendu utile par des présentoirs, des pots montés le long des murs en véritables jardins verticaux, des paniers emplis de graines mises en sachets, des fleurs de saisons ouvertes et odorantes partout où les yeux pouvaient se poser, des outils de jardinage dans un coin...
Et tout cela était astucieusement tourné vers le comptoir, comme des musiciens tournés vers le chef d'orchestre, ce qui faisait que le regard du visiteur était immanquablement dirigé vers ce dernier.
Et le chef d'orchestre du lieu était justement là, à travailler sur un bouquet immense, paires de ciseaux dans une main pour tailler feuilles et tiges, fleurs et rubans dans l'autre main. Le fleuriste ne payait pas de mine, avec sa petite taille, ses cheveux bruns grisonnants aux tempes et ses lunettes rondes, mais ses yeux brillaient et son sourire fut jovial lorsqu'il salua ses clients, ne marquant qu'une infime pause en découvrant le faciès de lézard de Sorga :

- Bonjour ! Que puis-je faire pour vous ?

Du coin de l'oeil, l'homme-lézard nota le véritable atelier de haute-couture installé derrière le comptoir, où régnait un joyeux bordel organisé de pots, d'outils, de papiers de toutes les couleurs pour les bouquets... et des fleurs, partout, postée sur chaque centimètre de libre.
Il s'avança, souriant :

- Bonjour, j'aimerais vous prendre un bouquet pour honorer un disparu... et puis... est-ce que tu aimerais quelque chose ?

Il avait posé cette dernière question plus doucement, en se tournant vers Beldura.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.


Spoiler:
avatar
Flamboyante reine de Minos effrayée
Messages : 435
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 24
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Jeu 8 Fév - 16:16
Il y avait toujours le bruit du carillon. Elle l’aurait reconnu entre mille, et il la fit sursauter comme à l’époque, même accrochée au bras de Sorga comme elle l’était. Au moins, on ne pouvait louper aucune entrée dans la boutique.
Ensuite, ce fut le parfum qui l’assaillit, comme un bloc, soudain,avant qu’elle ne puisse distinguer des odeurs différentes, plus fines, de fleurs variées. Il y avait aussi l'odeur de l’eau, et celle des produits ménagers.
Elle remarqua ensuite la profusion de plantes et d’objets. Rien n’était laissé au hasard, tout était parfaitement organisé dans une symphonie pour le regard, que tout amenait vers … un homme plutôt petit, grisonnant, qui portait des lunettes, et travaillait sur un immense bouquet derrière son comptoir.
A vrai dire, si elle reconnaissait peu à peu les murs de son ancienne demeure, elle avait toujours du mal à croire à l’intense transformation du lieu. Aussi, elle clignait des yeux, un peu interdite, et la voix de Sorga la surprit. A vrai dire, sa tête était assez proche de son torse pour qu’elle entende sa voix vraiment forte, et surtout, déformée. Elle leva la tête vers lui, assimilant ses paroles, puis secoua la tête. Elle ne voulait rien. Cela lui faisait un drôle d’effet d’être là, et elle en voulait pas transporter des fleurs avec elle. Les fleurs supportaient mal le transport, elle le savait, et ne voulait pas s’en encombrer pour rien. Ainsi, elle resta muette, cachée derrière Sorga.

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


avatar
Chevalier aux pieds fumants
Messages : 467
Date d'inscription : 30/10/2011
Age : 29

Votre personnage et ses relations
Âge: 27 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

le Ven 9 Mar - 19:06
Sorga sourit à Beldura qui semblait soudain avoir dix ans de moins, ainsi accrochée à son bras, telle une enfant timide. Pendant un instant, il eut l'impression de revoir la jeune femme du Bal, avant sa nomination, celle qui s'était isolée sur un balcon pour s'éloigner de la foule.
Il espérait néanmoins ne pas avoir fait d'impair en insistant pour venir voir son ancienne boutique.

Le fleuriste lui posa quelques questions pour déterminer plus précisément de quel fleur il avait besoin, avant d'attaquer le bouquet proprement dit.
L'homme-lézard le regarda faire un moment, puis se tourna une nouvelle fois vers Beldura :

- J'ai bien envie d'aller voir de plus près le grand pont, histoire de ne pas repartir aussi sec. Ca te dit aussi ?

Il ne voulait pas arriver trop vite à leur pochaine étape du voyage, car cela aurait été s'approcher trop vite de la toute dernière étape. Et il ne se sentait plus aussi fatigué maintenant qu'ils avaient quitté le Palais de Minos, même s'il soupçonnait le don de son frère d'être pour quelque chose dans cette nouvelle vigueur.
Après tout, il avait quelqu'un à protéger...

Sa commande prête, Sorga paya le fleuriste et ils ne tardèrent pas à ressortir de la boutique, l'homme-lézard portant désormais un bouquet de fleurs blanches. Il inspira à fond sous la lumière du soleil, appréciant la chaleur sur ses écailles couleur suie avant de dire à Beldura :

- C'est vraiment un bel endroit pour une boutique.

_________________
Le désir de protéger est comme une flamme.
Qui réchauffe l'âme en temps de paix.
Qui s'embrase à la moindre menace.
Qui pourrait incinérer même le ciel pour défendre l'être aimé.
Ne laissant que des cendres.


Spoiler:
Contenu sponsorisé

Re: Une Belle randonnée II : la petite marchande de fleurs [Beldura, Libre]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit