AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alban Merirosvo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alban Merirosvo



Messages : 3
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: Alban Merirosvo   Mar 17 Jan - 22:49



Alban Merirosvo




Date de naissance: 13 Siméen 2745

Lieu de naissance: Sur les eaux intercontinentales, quelque part entre Rhadamanthe et Minos.

Lieu de vie: Son bateau, « L’Envolée ».

Rang: REPONSE

Citation: “He’s a pirate !” (bande son: theme de Luffy Moukou)


Situation et particularités

Race: Télépathe

Métier: Pirate

Spécialité: REPONSE

Pouvoir et dons: Plutôt bon télépathe, il peut lire les pensées des gens, parfois en sentir le goût sur sa langue communiquer avec eux par ce moyen. Certains disent qu’il peut aussi contrôler un peu leurs pensées, mais cela vient sûrement de sa maîtrise totale de son pouvoir, qui lui permet d’harceler les gens sans qu’ils s’en rendent compte lorsqu’il leur parle.

Apparence physique: Alban est un jeune homme plutôt plaisant. Grand, et plutôt musclé mais de façon assez fine pour ne pas avoir des boules à la place des biceps, il est souvent vêtu d’un pantalon assez proche du corps surmonté de bottes en cuir très souples. Généralement, il porte une chemise blanche, à jabots de dentelle les grands jours, masquant totalement son torse musclé, balafré et tatoué. Il porte fréquemment un grand manteau de pirate rouge, assorti au tricorne qui surmonte sa tête pleine de longs cheveux châtains clairs, tirant sur le blond dès qu’il y du soleil. Il les attache souvent en catogan, histoire d’empêcher le vent de les lui envoyer en plein visage. Son front trop grand de télépathe est caché par ses cheveux ou son chapeau en général. Il a un visage assez triangulaire, au menton plutôt pointu. Son nez fin est bien au milieu de son visage, et offre un contraste, par sa beauté, avec ses lèvres un peu trop fines et ses yeux un peu trop grands, très verts, et assez charmeurs. Son oreille droite est percée, et il y porte une boucle d’oreille unique.
C’est quelqu’un d’assez charismatique, qui sait capter l’attention d’un auditoire, et en obtenir à peu près ce qu’il veut, ce qui est surement accentué par ses capacités de télépathe. Il a un certain succès auprès des femmes … mais aussi auprès des hommes, ce qui ne le dérange apparemment pas.



Son histoire

Le jour de la naissance d’Alban Merirosvo, L’Albatros était de toutes parts attaqué. Autour de lui, partout, il y avait la tempête. Le ciel déversait sur eux des torrents d’eau froide qui se mêlait aux embruns de la mer déchaînée, qui ballotait le navire sur ses vagues comme elle l’aurait fait d’un fétu de paille. Le vent soufflait avec une extraordinaire force et lui qui, des semaines durant, avait forcé les marins à ramer, déchirait à présent les voiles. Les coups de tonnerre se mélangeaient aux coups de canon de la Marine Royale de Rhadamanthe, qui les poursuivait suite au vol d’un objet, il faut le croire, fort précieux. On n’entendait plus les cris des marins, et les bruits du combat qui faisait rage sur le pont entre l’équipage de l’Albatros et celui de La Licorne, monté à l’abordage, n’étaient plus que des cliquetis sous les grondements furieux. Les cadavres étaient évacués par la mer, qui par son roulis et ses vagues, les envoyait par-dessus bord. C’est sous ce chaos, dans les cales où l’eau s’infiltrait quelque peu, qu’Alban vit le jour. Sa mère s’était réfugiée là à l’ordre de son mari, qu’elle craignait alors ne plus jamais revoir. Pourtant, le capitaine de l’Albatros ne se sortir de cette terrible bataille qu’avec une cicatrice de plus et quelques membres d’équipage en moins. Caethlyn Merirosvo ne comprit jamais comment cette fois-là, ils avaient pu gagner, mais encore aujourd’hui, elle se souvient sûrement du rayon de soleil qui avait frappé le visage du nouveau-né lorsque pour la première fois  ils étaient sortis sur le pont redevenu calme. Elle doit  aussi se souvenir des yeux embués de larmes de son mari, à moins qu’ils n’aient été remplacés par quelques-uns des cris et insultes qui sont venu tout brouiller quelques années plus tard.
Alban grandit donc sur le bateau, avec ses parents et le reste de sa « famille » l’équipage. Sa petite enfance, il ne s’en souvient pas, mais il sait qu’elle fut pleine de pillages, d’abordages et le cliquetis de sabres s’entrechoquant.
C’est très peu avant l’arrivée visible du second bébé ans le ventre de sa mère que la vie sur le bateau avait commencé à changer. Son père s’était arrêté sur une île, et peu à peu, il  s’était séparé des membres de l’équipage. Il se disputait plus souvent avec Caethlyn. Et Alban perdait sa famille. Puis ils avaient arrêté de vivre sur un bateau. « L’albatros » avait été vendu, son équipage dispersé, et ils avaient acheté une maison sur Eaque, dans le port. Alban avait eu deux sœurs, et trois frères, un tous les ans et demi environ. Et, peu à peu, il n’avait plus eu de père. Les bouteilles s’étaient multipliées dans la maison, plus souvent vides que pleines lorsqu’Alban rentrait de l’école. Parfois il devait aller en chercher. Souvent, même, puisqu’il était le plus âgé. En rentrant, il était toujours agoni d’insultes par son père ivre mort, qui tanguait plus qu’il ne l’aurait fait sur le pont d’un bateau. Le mot « bâtard » était celui qui revenait le plus à son égard. Il le haïssait.
C’était en 2754 que tout avait basculé. C’était l’année de ses neuf ans. Son père avait été décrété alcoolique par tout le quartier, et plus personne ne venait jamais les voir. Un dernier bébé était prêt à naître ; De tout cela, Alban se souvient. Le ventre rond, les pleurs des autres, et les vociférations de son père. Il n’aimait pas ses frères et sœurs. Ils étaient trop geignards et comédiens, rien ne leur importait sinon eux-mêmes. Ils étaient aussi faux que leur père, aussi menteurs. Non, Alban ne les aimait pas. Puis Aëlia naquit. C’était en Lévien. Dehors, il faisait encore froid, et, surtout, il y avait une tempête, exactement comme lors de sa naissance à lui. Il n’aurait jamais cru pouvoir se sentir proche d’un des bébés sorti des cuisses de sa mère. Et pourtant, lorsque ce petit être fut nettoyé, il le trouva beau. Et il se souvient d’avoir croisé son regard. Il lui avait souri, et le nourrisson s’était endormi.
Une nuit, leur père avait fait tatouer sa petite sœur. Une forme étrange, immense sur ce dos minuscule, qui pouvait ressembler à un papillon coloré et déformé. Il en était fier, leur mère était outrée. Il l’appelait son trésor, sa boussole. Alban n’avait vu que le dos ensanglanté de l’enfant que l’on tirait d’un côté et de l’autre, et qui vagissait. Il était reparti se coucher, et n’avait dormi que lorsqu’il avait entendu les pleurs s’éteindre, et que sa sœur de deux mois avait été déposée dans son berceau, dans la chambre commune à tous les enfants.
Le premier sourire avait été pour lui, tout comme le premier éclat de rire. Mais les premiers coups du père aussi. C’était en Jaminien que son oncle était venu chez eux. Alban ne le connaissait pas, mais il avait vu son air dégouté en entrant, son nez froncé devant l’odeur de saleté, d’alcool, de vomi, de graillon et de sueur rance. Il avait vu sa surprise devant la tripotée d’enfants morveux et mal élevés que sa belle-sœur, empâtée alors qu’autrefois elle avait été si belle, traînait derrière elle. Seul l’alcoolisme de son frère ne l’avait pas surpris. Ses yeux ne s’étaient pas arrondis à la vision de ce visage gonflé et couperosé, de ces yeux luisants, de ce ventre énorme, de ce nez ressemblant à une fraise. Il savait comment était son grand frère, cet ancien illustre pirate, le plus redouté des mers, celui qi avait osé défier les plus grands. Et surtout, Alban avait vu le sourire de cet homme face à lui, qui était venu lui ouvrir la porte, la façon dont il lui avait ébouriffé les cheveux. Il n’avait pas assisté à l’échange mouvementé entre les deux frères Merirosvo, mais il avait entendu les cris, les grands cris. Il avait vu le regard de sa mère.  Il ne s’était pas attendu à ce qui allait suivre. Son oncle l’avait pris à part, et lui avait proposé de partir d’ici et d’intégrer l’armée, avec lui. Il y avait une unité pour les jeunes, que l’on entraînait à devenir de bons soldats. Il ne serait cependant pas obligé d’y rester, une fois majeur. Alban avait regardé cet homme aux traits fins et aux yeux verts d’un air dubitatif. Et il avait pris sa décision : ren n’aurait su être ipre que ce qu’il vivait ici, rien, rien du tout. Il était parti avec son oncle, sous les insultes de son père. « Bâtard ! », « Fils de Personne qui travaille tard ! », et « Faux fils ! » furent les dernières choses qu’il entendit alors que la porte se fermait. Il n’avait pas pu embrasser sa sœur, et c’était là son seul regret. Son oncle l’emporta avec lui, et Alban passa six ans dans l’armée d’Eaque. Six longues années durant lesquelles il s’entraîna dur, devint un excellent combattant, un fin stratège, et apprit à maîtriser son pouvoir. Six ans durant lesquels il apprit peu à peu des choses sur lui, et sa famille. Il apprit que son père avait défié les Eksezkiel, cette famille si puissante de Rhadamanthe, qui lui avaient volé sa femme. Il apprit tous les exploits de son père. Il apprit qu’il paraissait que celui-ci avait amassé un énorme trésor, et que lui seul avait trouvé le Magot du Pirate, qu’il avait tout rassemblé, et caché sur une île secrète, et qu’ensuite, il avait jeté la carte. Ou bien qu’il l’avait fait écrire quelque art où personne ni ne la trouverait, ni ne saurait la voir, ni ne pourrait la déchiffrer.
Puis, au bout de six ans, il quitta l’armée, et se fit engager sur un bateau. Un bateau pirate. Son seul nom fut une sorte de laisser-passer, quoique soit devenu son père. C’est un jour qu’il s’arrêtait à ce qui était encore Thésée, le port d’Eaque, qu’il entendit dire que le grand Merirosvo se séparait de sa femme, que cela passait devant le juge, et qu’il  avait un enfant en jeu. Alban sentit bouillir son sang, et il retourna chez lui, y trouvant sa mère, seule. Elle pleurait, et alors qu’ils parlèrent, elle n’arrêta pas. Elle lui raconta tout. Les violences de son père, leur ruine, ses propos informes, le départ progressif de tous les enfants, dont personne n’avait de nouvelles, son adoration farouche pour Aëlia, sa dépression à elle, ses médicaments, le juge, tout. Et Aëlia entra, encore pleine de sommeil. Alban la reconnut.  Il ne dit rien. Personne ne jugea utile de les présenter, alors qu’elle préparait le petit déjeuner, pour eux trois. Elle ne posait pas de questions, mais elle souriait, et discutait avec sa mère assez joyeusement, avant de commencer à s’adresser à lui en lui servant une sorte de compote de fruits et du pain un peu trop sec. Il parla un peu avec elle, et parvint à la faire rire. Ce rire déferlant le bouleversa. Il imagina la vie de l’enfant, avec son père alcoolique, ou avec sa mère dépressive, coincée entre deux enfers, promise à un futur des plus sombres. Sa décision fut prise. Il la sauverait. Il revint pendant deux jours, en demandant au capitaine du vaisseau de rester encore un peu. Au troisième jour, il expliqua à Aëlia qui il était, et les yeux de la petite fille se remplirent de larmes et elle le serra contre lui. « Tu partiras pas, hein ? Tu ne m’abandonneras pas, grand frère ? ». Cette demande le conforta dans sa décision, qu’il exposa au capitaine du navire, qui accepta, puis à sa mère, qui, les yeux pleins de larmes donna sa bénédiction. Il passa au tribunal, et revit son père, qui le dégouta plus encore que sa mère. Il demanda la garde de l’enfant, et sans réelle surprise, l’obtint : la dépression et l’alcoolisme n’étaient pas un bon environnement pour un enfant. Pas plus, certainement, que la piraterie, mais cela, il ne le leur expliqua pas.
C’est ainsi qu’Alban se retrouva à élever sa petite sœur. Quelques années plus tard, le Télépathe acheta son tout premier bateau. Sa sœur grandissant, il commença à s’autoriser à sortir le soir, avec ses marins. C’est ainsi qu’il comprit plusieurs choses : qu’il était addict aux jeux de hasard, qu’il avait beaucoup de chance, qu’il n’était pas Merirosvo, et que la carte au trésor vivait avec lui. Par les tavernes, il gagna beaucoup d’argent. Il tente toujours de retrouver son père, qu’il soupçonne être chez les Eksezkiel, être l’un d’entre eux. Et surtout, il protège sa sœur, qu’il garde près de lui comme la prunelle de ses yeux, et qui ne connait pas son propre secret. Alban seul sait qu’elle peut mener à un incommensurable trésor, et il compte ne le dire à personne. Il espère aussi parvenir à déchiffrer la carte-papillon du dos de sa sœur, et ça n’est pas une partie de plaisir: il a beau y avoir cru plusieurs fois, cela s'est toujours soldé par un échec dans les expéditions, certaines lui faisant perdre des membres de l'équipage et beaucoup d'argent. Alban est d'ailleurs actuellement dans une très mauvaise passe financière.


Son caractère

Alban Merirosvo peut paraître avoir une double personnalité. Sur le pont du bateau, face à son équipage, ou à sa sœur, dans son rôle de capitaine ou de grand frère, il est toujours très calme et autoritaire. Il paraît toujours avoir le sang-froid, et prend des décisions rapides, mais raisonnables. Rares sont les fois où il va s’agacer alors, sauf parfois face à Aëlia, avec qui il a parfois des rapports houleux, sûrement à cause de sa tendance à la surprotéger. Elle est un trésor, au sens propre, et il le sait. Lorsqu’il se bat il est fougueux et excellent bretteur, fin stratège, ce qui lui procure de nombreuses victoires. Il a cependant une tendance au sanglant …
A contrario, dès lors qu’il est dans un bar, hors de son bateau, dès qu’il sort de ses fonctions de capitaine ou de grand frère, Alban devient quelqu’un d’assez porté sur la boisson, la bonne chair, les plaisanteries parfois grivoises. Il a un rire fort, assez tonitruant. Mais c’est face aux jeux que son comportement peut être le plus étonnant. Il y a développé une addiction assez forte, depuis longtemps, que tout son équipage ignore, excepté son second, ami depuis l’école militaire. C’est pourquoi il part parfois du bateau, habillé de façon très différente, ses cheveux dissimulés, jouer. Il peut jouer des heures, des nuits entières. Il a beaucoup de chance. Là aussi, il peut être parfois stratège, mais joue bien plus à l’instinct. Son pouvoir de télépathe l’aide aussi énormément … lorsqu’il ne tombe pas sur un adversaire qui sait fermer son esprit, ce qui est fréquent. Lorsqu’il joue, il est nerveux, parfois même violent, porte sur les poings. Il a tué quelques hommes comme cela.
Alban est un homme fin et cultivé, qui aime lire et étudier des cartes. Il a beaucoup d’humour, et une étonnante capacité d’adaptation aux situations qui se présentent à lui. Il a de grandes qualités de négociateur, et d’embobineur, n’ayant pas la franchise de sa petite sœur. Il a tendance à rentrer sa colère, et peut parfois paraître assez froid et distant.


Un peu de vous
Le code: [Casse croûte de minuit de la blonde !]

Métier: euh

Un petit mot sur vous? i'm back, bitches (mais c'est un petit come-back)

Comment avez vous trouvé le forum? j'en entends parler TOUT LE TEMPS

Une remarque?

Code par Elegna avec l'aide de Never-utopia pour Elysion



Je sais pas si j'ai réussi à tout faire bien, avec ces copier/coller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aëlia Merirosvo

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 28
Localisation : En mer, toujours, sur l'Envolée, peut-être pas pour toujours.

Votre personnage et ses relations
Âge: 26 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Mar 17 Jan - 23:14

Coucou ! Ne t'en fais pas, on a tout réparé Wink Il te reste juste à ajouter un avatar ^^
En tous cas, je suis très contente de te voir parmi nouuuuuus \o/ La salade de fruits est réuniiiiiiiie pour le meilleur et pour le piiiiire ! \o/ (En plus je suis très contente de ton perso haha) (je suis aussi très fière que mon harcèlement ait payé haha x))

_________________
Malgré toutes ces bouteilles de rhum,
Tous les chemins mènent à la dignité,
Je te retrouverai, c'est sûr:
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es parti ça m'a coupé les voiles
Depuis les tréfonds m'appellent

Aëlia Merirosvo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nao Mui et Lisa

avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 24
Localisation : dans son armure/quelque part autour de nao

Votre personnage et ses relations
Âge: 23 & 8 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Mar 17 Jan - 23:27

Bienvenue parmi nous o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCdzjhI-L1F2JLJtlxa2cWGA
Natalia Koneko

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 26/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Lun 23 Jan - 1:45

OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

_________________
Esprit troublé 
Vérité ou tissu de mensonges 
Je ne discerne plus vraiment qui je suis 
ni même qui j'étais 
encore moins qui je serai 
rien de mon passé de mon présent ou de mon futur n'est certain
mis à part l'amour que je leur porte
Noïa et Angel.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alban Merirosvo



Messages : 3
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Lun 23 Jan - 13:52

Du coup, oui, faudrait que je mette un avatar, et que je commence un sujet... 
Qui ? Où ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séléné Saralondë
Métisse tourmentée (et bigame)
avatar

Messages : 622
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 25
Localisation : Peut-être juste derrière toi, peut-être n'importe où ailleurs

Votre personnage et ses relations
Âge: 23 ans
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Lun 23 Jan - 13:57

Haha mets donc ton avatar (tu vas dans Profil sur la barre des tâches, et une fois là, tu as une section avatar), et une fois que ce sera fait et que tu seras validée tu pourras poster une demande de RP dans les Doléances ... Ou en commencer un et voir qui accourt ! Razz

_________________
Si je m'abîme dans ce décor triste et sublime,
Si je me nuis, nuit après nuit, jour après jour,
Si le soleil ne m'atteint pas, si le sommeil ne m'éteint pas,
Si mes lèvres traînent mes regrets de tout et de rien,
Si j'écrase mon coeur vide pour en extraire l'acide,
C'est car au lieu de vivre je me souviens ...

Séléné Saralondë


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-bubble.over-blog.com
Alban Merirosvo



Messages : 3
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Lun 29 Mai - 13:56

Bonjour

Mouahaha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beldura Glow
Flamboyante reine de Minos effrayée
avatar

Messages : 394
Date d'inscription : 28/05/2011
Age : 23
Localisation : Au Palais de Minos

Votre personnage et ses relations
Âge: 22 ans.
Infos:
Relations:

MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   Jeu 1 Juin - 16:09

Espèce de petit troll x)

_________________
Je crains la nuit, les rues, le jour et les gens, la pluie, les éclairs et les chats noirs
Je crains les promesses et les serments, les cris, les mots séduisants
Je crains les saints, le mal et le bien
Je crains le monde et ses lois
Soudain je sursaute en ne croisant qu´un miroir
Mais n´ai-je peur que de moi?

Beldura Glow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alban Merirosvo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alban Merirosvo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Espionner... [Avec Alban]
» Alban
» Caresses de la mer [Pv: Alban Chaos]
» Vous n'auriez pas vu un archet ? [PV Alban]
» L'enfer, c'est le froid. [Alban]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysion :: Hors du temps :: Qui êtes vous donc ? :: Se présenter-
Sauter vers: