Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 87
Date d'inscription : 17/11/2017

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Ven 14 Sep - 6:22
Sinking in a green world of city, discovering another species of creature, somehow, Anhydre was in great excitement. After Tapahari helped her get rid of her damn body water and she had satisfied her hunger with rocks, everything got refreshed, clear and delightful. However, still, she preferred to be alone… so she left the crowds and intended to find a silent corner.
Living in the desert for such a long time- a branchless place- caught her in difficulty dealing with those trees and leaves. Before every stretch made, she looked at the brown branch in care, drew a deep breath and eyeballed the distance. Swing, swing, swing… she really swung to an isolated place, which few Gwazenntud- style buildings existed and none of residents appeared.
Just as she was ready to take a rest by leaning against the tree, her eyes widen at the sight, an eye-popping house. Getting closer to see it clear… she swung to another tree and straightened herself on a bough, plucking a piece of oak leaf by the way. Scrolled it as binoculars, Anhydre peeped…
 
Under a circle of sight, the house was decomposed in detail: The main part of it was made of the truck of Brazil nut, decorated with evergreen leaves and a cavity for chimney. The windows were patched with cicada’s thin wings, light-admitting quality. A big spider web as a balcony was perfectly used for gardening and hunting ground. And the gate was a roll of crocodile’s teeth, a concept of revolving door. Indoor, both wall and carpet were the skin of chameleons, a colorful design. As for the furni…
 
Abruptly!
The leaf in Anhydre’s hands was snatched off….She caught a second and sat up. Who? Looking at this uninvited guest, she almost fell off the bough by the appearance of HER, were it not for a quick holding!
SHE was small, with grass green long hair and two white horns on the head, dressed in the dark green leaves clothes; her height only reached to Anhydre’s chest probably. Nevertheless, Anhydre found her green eyeballs were emitting red hot glare. What’s surprising the most was SHE was standing on the bough!
 
“Uh……”
The shock put her in a blank word.
Suddenly, the elf crashed the leaf into pieces. Nails… SHE had long nails.
Seeing those fragments falling to the ground, Anhydre raised her caution and a defensive mind.
“You… I…Who are-”
Not waiting for a complete asking, the elf launched an attack… The long five fingernails plundered at Anhydre’s face straightly… a dodge. It really made Anhydre hit the ceiling. She knew it was rather unwise to hurt the elf in their place but she couldn’t let her harm her with no reason so she made an escape.
Escape! Where did she get such a foolish idea? Clumsy… Unable to weaving among the trees fast and stably, she nearly killed herself. Hide. Run. Dodge. The elf kept casting nuts and stones as weapon from behind… Quite astonishingly, she scored a bully’s eye every time, which made Anhydre become some kind of sand amoeba in order to dodge the attack. After all, she didn’t want to let the elf know it’s useless for her weapon to the sand construction, although it’s still hurt while being hit.
 
Apparently, there was no ending in running if they couldn’t make a compromise until death… but first, they needed to stop running… and first of first, the chaser had to stop!
In result, Anhydre hugged a trunk with one hand, turning around and poured tons of sand out of her left hand palm that was strong enough to strike back the upcoming attack, coconut!… Hardly did the elf know the coconut would fly back to her, followed by tons of sand… No much time to react… SO-
A HIT. THEN, DROP.
 
Anhydre screamed.
She saw the elf drop before her sight…
Her impulsive behavior led to disaster, which she didn’t mean to it…
She jumped to the ground and walked up closer to the small creature…lying there silently, covered by a pile of sand.

_________________
Nor white, neither black,
Coming by and slipping out,
Gone was she you'd know,
Later when the wind set out.

-Anhydre.
avatar
Messages : 310
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.elysionearth.net

Re: L'Expédition

le Dim 23 Sep - 16:52
C’est au 16 Isachaien 2783 [équivalent donc du 16 mai 2018 de notre calendrier Wink ] que les aventuriers quittèrent le camp des Gwezenntud, accompagnés par certains d’entre eux pour les guider. C’est donc ainsi, que chariots, chevaux, éléphants, piétons et grimpeurs tous mêlés se remirent à explorer la forêt dans un certain désordre. L’Expédition devenait protéiforme au fur et à mesure de leurs surprenantes aventures, et cela donnait un caractère très étonnant pour un observateur extérieur.
Cependant, la plupart des aventuriers, contents de repartir sur les routes jacassaient entre eux, tentaient de discuter avec les Gwezenntud, et certains même avaient droit à des explications sur la manière de monter aux arbres typique de ce peuple. Evidemment, il y avait aussi des mécontents, mais chacun, très concentré sur lui même, ne prêtait pas toujours attention à l’environnement très changeant autour d’eux. Les Alfs de Crannsliabh semblaient savoir comment les mener vers les Dizanvezel qu’ils étaient partis chercher, mais rares étaient ceux à y être déjà réellement allés. Ainsi, au bout déjà de quelques jours de marche, les arbres semblaient plus tordus, et les sols plus accidentés. Ils avaient l’impression d’avoir quelque chose d’irrégulier, qui montait puis descendait assez régulièrement, et cette impression s’accentua, jusqu’au cinquième jour de progression où ils arrivèrent dans une zone qui leur semblait bizarrement flétrie. Le sol semblait être fait de racines plus que de terre, et les arbres semblaient avoir fané, être fatigués. Il y avait une drôle d’odeur, indéfinissable mais présente. Plusieurs d’entre eux trébuchèrent, voire tombèrent sur des racines qui sortaient du sol.

- Ca s’est étendu …

C’est tout que ce Morena Hauterres entendit de la part des Gwezenntud avant d’être interpellée par Volgrim, qui lui demandait son avis sur le fait d’envoyer un groupe vers l’avant qu’elle commanderait. Elle hocha la tête, et accepta, à condition de pouvoir avoir avec elle des Gwezenntud. Elle avait des questions à poser ! Mais elle n’en eut pas le temps. Alors que les autres s’arrêtaient pour soigner les bras cassés et les chevilles tordues dus aux racines, eux partirent vers l'avant mais très vite, et de manière soudaine, Morena se sentit tomber. Le sol s’était dérobé sous ses pieds, comme sous celui de tous les autres, comme un lac gelé dont la glace trop fine se serait brisée sous leur poids. Ainsi, son groupe d’une vingtaine de personnes se retrouva piégé dans une cave moussue, où l'odeur était plus forte qu’ailleurs déclenchant d’ailleurs des hauts-le-coeur. Immédiatement elle vit que l’un de participants avait une jambe tordue dans un angle impossible, cassée dans la chute. Immédiatement, d’autres vinrent l’aider, et si tout le monde tentait d’attirer l’attention de ceux restés en arrière, ce fut sans aucun doute le hurlement de douleur du malheureux dont on venait de remettre en place la jambe qui les alerta. Certains se mirent alors à explorer la grotte, et s’il fut rapidement admis que seuls ils ne pourraient pas en sortir, puisque même les Gwezenntud en étaient incapables, il y avait par contre un passage dans la grotte. Mais vers où menait-il ? Morena refusa qu’on l’emprunte avant l’arrivée du reste du groupe. Elle profita de cette petite attente pour poser des questions aux Alfs qui l’accompagnaient qui lui révélèrent qu’ils connaissaient cette zone, mais qu’elle semblait s’étendre pour une raison mystérieuse à chacun de leurs passages. Jusque là cependant, aucun n’avait jamais vu cette cave, ce qui cependant semblait logique, puisque celle-ci était sous le sol et qu’eux même se déplaçaient bien au-dessus. A l’arrivée de Volgrim, ils négocièrent ensemble, et firent sortir à l’aide de cordes les quelques blessés, et décidèrent d’envoyer dans le tunnel un groupe d’éclaireurs, avec des Télépathes, tout en gardant eux aussi des Télépathes afin de pouvoir rester en contact.
Et ainsi fut fait.

Le groupe d’exploration partit donc en rampant dans le tunnel, armés afin de se prémunir contre d’éventuels dangers. Le boyau, déjà étroit, se resserrait encore par endroits, avant de s’élargir. La terre y était étonnamment sèche, par rapport à tout ce qu’ils avaient traversé jusque là, et l’air les piquait un peu par son absence d’humidité. Et soudain, ils furent face à un spectacle incroyable. Face à eux s’étendait dans une sorte d’immense poche une mer de choses qu’ils ne connaissaient pas, trempant dans une eau manifestement croupie depuis fort longtemps. Des sortes de véhicules de métal, de verre, aux formes oblongues, couverts de rouilles et dont les couleurs avaient disparus avec le temps. Des pneus aux alentours ainsi que d’autre formes métalliques non-identifiables. La cave était grande et semblait s’étendre un peu plus loin, laissant apparaître d’autres objets, tout au fond le sol se creusait dans un lac qui avait visiblement donné naissance à la mare où baignait cette décharge de métal et de plastique. Les quelques personnes qui s’y connaissaient annoncèrent que ce lac prenait probablement sa source ailleurs et avait peut-être même charrié tout cet attirail ici qui aurait fait briller les yeux de n’importe quel archéologue.
Mais déjà nombre de moustiques assaillaient les explorateurs dans la zone, ayant pu profiter de l’eau pour se reproduire ici, un repas leur était directement livré. Cela ne poserait pas problème en réalité mais entre l’odeur, l’eau croupie et les moustiques, la grotte se trouvait être un endroit particulièrement désagréable

L’autre groupe, resté au bord de la cave, soignait ses blessés, se reposait, et tentait de comprendre où ils étaient et la raison pour laquelle cette zone semblait si sèche. Cela leur semblait compliqué à imaginer, mais il semblait que cette zone très précise manquait d’eau. Manquait grandement d’eau. Terriblement. Mais pourquoi ? Alors que cette question les taraudait, un cri se fit entendre: on les attaquait. Et ce n’était certainement pas un adversaire auquel ils pouvaient s’attendre. Dans cet univers de feuilles flétries, marrons, de tiges fatiguée, des lianes, vertes, et tout à fait vivantes, semblant sortir de nulle part, les attaquaient tels d’énormes serpents, giflant, assommant, fauchant, étranglant. Ils devaient se défendre et vite contre ces adversaires non seulement solides, mais rapides et innatendus.

[A vous ! Libre à vous de choisir si vous faites partie du groupe d’exploration, qui se trouve vous l’aurez compris dans une sorte de décharge terrestre (au sens venant de la Terre !), ou de celui resté à la surface qui se fait attaquer. Vous avez 2 semaines ! Bon jeu ! ]
avatar
Belphégor - Réprouvé hibernatus
Messages : 42
Date d'inscription : 03/12/2012

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Sam 6 Oct - 19:16
Achéron avait passé le séjour dans la ville de ces alfs de Crannsliabh à dormir dans un hamac, écourtant ses périodes de sommeil pour de très courtes explorations des habitations. Les déplacements à ces hauteurs nécessitant souvent beaucoup d'efforts en termes d'escalade, de montée/descente d'échelles, il n'avait au final jamais été bien loin...
Une chose était presque certaine pour le jeune Réprouvé ; ce n'était pas chez ce peuple qu'il trouverait quelque chose susceptible de compléter sa mission. Alors il dormait. Voilà.

Le temps continuait ses courtes pauses pour lui, lorsqu'il voulait un peu plus de calme. En conséquence, Achéron avait encore grandi, ressemblant de plus en plus à un jeune adolescent à la silhouette un brin longiligne. Ses cheveux crépus avaient poussé encore plus, et la gêne que cela lui provoquait n'était pas passée inaperçue, si bien qu'une femme Gwezenntud avait offert de lui faire des tresses.
Le jeune Réprouvé avait accepté, et arborait maintenant un motif complexe de tresses noires sur le haut du crâne. La coupe lui donnait un air sauvage, qui contrastait beaucoup avec sa discrétion et son habitude de dormir sans cesse.

La reprise du convoi le sortit un peu de son ennui, aussi étrange que cela puisse paraître.
Il ne fit pas grand cas des arbres plus biscornus que les autres, ni de l'atmosphère plus lourde et des airs inquiets de leurs guides Gwezenntud.
C'était comme ça.
Le hurlement de douleur en tête de convoi, par contre, attira son attention, si bien qu'il descendit de lui-même de la petite carriole de ravitaillement pour aller avec les autres vers la source du bruit. Le blessé à la jambe cassée continuait de crier, avec le groupe coincé dans ce qui ressemblait à une caverne au toit effondré.
Le Réprouvé remarqua avec les autres la grotte plus loin, et écouta les adultes décider de la marche à suivre en sentant son excitation monter : s'il y avait bien un endroit où trouver de quoi compléter sa mission, c'était bien par là qu'il fallait aller chercher !
Aussi - et sans rien dire à personne - Achéron se joignit au groupe qui partit explorer cette grotte, avec l'aplomb des enfants qui se sentent légitimes dans tout ce qu'ils font, et malgré les regards en coin qu'il recevait des autres membres du groupe. Après tout, s'il était là, c'est qu'il avait bien le droit d'y être, pas vrai ?

La décharge nauséabonde et infestée de moustiques fit un effet étrange à Achéron.
Lui qui pouvait stopper le temps, voir ainsi un vestige d'une époque oubliée dans les méandres du temps l'emplissait d'une certaine fébrilité. Ce qui était étrange, il n'était pas certain de ressentir vraiment ça. C'était presque comme si quelqu'un lui soufflait ce sentiment à l'oreille, comme si une main s'était posée sur son crâne et le poussait vers l'avant, pour aller explorer ce tas de vieilleries...

Tic.

_________________
avatar
Tueur de l'Ombre, froid et sanguinaire
Messages : 215
Date d'inscription : 29/03/2011
Age : 31
Localisation : Non loin de ma prochaine cible

Votre personnage et ses relations
Âge: 28 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Dim 7 Oct - 17:37
Angel surveillait donc étroitement Acheron, qui l’inquiétait -Il avait d’ailleurs envoyé un message d’alerte à Eden, qui, il l’espérait, le transmettrait-. Mais ce n’était pas passionnant: l’enfant n’était, comme toujours, pas des plus vifs à son goût. Chez les Gwezenntud il avait beaucoup dormi, et Angel n’avait pas que ça à faire de le surveiller en sieste constante. Ainsi, il l’avait suivi lors de ses explorations, mais lui aussi avait beaucoup navigué autour des arbres, des éléphants, cherchant à évaluer la force de ce nouveau peuple, ainsi que leurs coutumes, histoire de savoir s’ils pouvaient représenter un risque, ou des alliés importants pour l’Ombre. Ainsi, il avait fait son possible pour être discret malgré sa haute stature, et ses yeux couleur de sang qui semblaient étrangement fasciner les Alfs de Crannsliabh.
Il avait cependant eu une surprise de taille lorsqu’il avait vu son ennemie de toujours, Saralondë débarquer, escortée d’un Gwezenntud, et à peu près aussi souriante que lui-même. Elle était représentante du gouvernement Eaquien, et si la tuer ne lui aurait rien apporté, il en crevait d’envie. Il serra les poings plusieurs fois, Faisant craquer ses gants, afin de se retenir de lui envoyer immédiatement des éclats ou une balle en plein visage. Il en aurait rêvé pourtant. Quelle revanche ! Cependant, elle disparut rapidement, et lui même continua l’expédition avec les autres. Le climat changeait, et ceci l’étonnait bien moins que la coupe qu’arborait le jeune Réprouvé, faite par leurs hôtes.
Il suivait donc le groupe, toujours aussi morose, et resta en arrière pour surveiller achéron lorsque le convoi se divisa. Pourtant, au cri, le garçon lui fila entre les mains, et dans le même mouvement que le reste du convoi qui poursuivait le bruit, lui le lança à la poursuite du garçon. Il le retrouva, mais de nouveau le perdit de vue lorsqu’il fut temps de se séparer. C’est lorsque les explorateurs du boyau furent partis, il qu’il ne vit le gosse nulle part qu’il comprit. Il était dans le boyau.

*Merde.*

C’est environ au même moment qu’il se prit un violent coup derrière la tête, qui manqua de l'assommer aussi sec. Il tomba, étourdi, mais se reprit vite, et son bras devenant un pistolet, il se retourna, pour se trouver nez à nez avec … Une liane ?

*Merde.*

Ca, ce n’était pas prévu, et ça ne l’arrangeait pas. Comment se battait-on contre des lianes ? Manifestement, autour de lui, on avait pensé à les couper, mais les lames semblaient rebondir, faisant plus de dégâts aux muscles des combattants qu’à l’étrange adversaire.

*Merde.*

Lui même tenta de tirer dessus. Le végétal se déchira, mais ne se coupa pas, et sembla se tourner vers lui pour l'attaquer de plus belle. Il n’était pas le seul à être aux prises avec cet adversaire inattendu: tout le groupe semblait avoir du mal à s’en démêler, certains étaient même sur el point de se faire étouffer. Il envoya dans la liane des éclats empoisonnés, cela sembla fonctionner, et la faire brunir partiellement. Il décida donc de continuer ainsi, attaquant via sa greffe, son revolver, ou encore ses larmes alternativement, n’hésitant pas non plus à utiliser ses pieds pour repousser les attaques. Cependant l’efficacité était loin d’être au rendez-vous: il allait falloir trouver une solution, et vite. Que craignaient des plantes ?

_________________
Je suis mort il y a longtemps
Et aujourd'hui je renais de mes cendres
Pour donner à la mort le monde entier
Et te prouver mon amour sanguinaire

Angel Dust

avatar
Messages : 310
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.elysionearth.net

Re: L'Expédition

le Dim 7 Oct - 18:06
Des messages télépathiques fusaient de chaque côté, partant et revenant de la grotte où une partie des explorateurs s’étaient introduits, en communication directe avec le reste des personnes présentes aux prises avec les lianes, attaqués. Le conseil principal qui en ressortit était de rester dans l’antre souterraine qu’ils venaient de découvrir tant que la menace n’était pas écartée à l’extérieur car il serait trop compliqué de gérer les attaques en même temps que la sortie avec les cordes impliquant une vulnérabilité des explorateurs.

Ainsi, à l’air libre les lianes fouettaient toujours l’air, tentant visiblement de repousser ces envahisseurs sur sont territoire. Les Gwezenntud esquivaient tous habilement les attaques, visiblement habitués à ce genre d’ennemis, ce qui n’était pas le cas de tout le monde du côté des explorateurs. Une des premières phrases que les Alfs de Crannsliabh communiquèrent au reste du groupe au début de l’affrontement fut celle-ci

- Ce n’est pas habituel que cette partie de la forêt se défende ainsi même si elle est différente du reste !

Le combat continua, continua et continua encore, semblant s’éterniser et épuiser les combattants de chairs, au profit des plantes extrêmement résistantes contre lesquelles la plupart des armes n’avait que très peu d’effet.
Les Alfs de Crannsliabh plus coutumiers de l’endroit semblaient plisser les yeux pour voir quelque chose que personne d’autre ne voyait. C’est alors que l’un d’eux aperçu ce qu’il cherchait pour assurer ce qu’ils suspectaient.

- Là !

De petites volutes et des éclairs verts et blancs s’échappèrent d’un appendice végétal dans l’amas qu’ils formaient à ce moment. Puis comme une main faite d’énergie sembla commencer à sortir de la plante avant d’être tirée à l’intérieur dans un bruit qui ressemblait à un cri qu’on étouffe.

- Des Dizanvezels verts sont dans les plantes ! Il y’en a un qui vient de tenter de sortir mais ne peut pas aller contre l’apparente volonté de cette nature. C’est probablement leur présence qui perturbe les choses et qui gène les plantes vivantes, une fois qu’on les aura sortis de là en se débarrassant des bonnes lianes, tout devrait se calmer !

A ces mots la plupart des aventuriers commencèrent à redoubler d’efforts sous les ordres des Gwezenntud et ceux des chefs de l’Expédition, tous vociférant pour se faire entendre dans la bataille.


Et pendant ce temps, dans la grande caverne en dessous, plusieurs découvertes vinrent égayer le calme et l’attente angoissante avec l’interdiction de sortir pour le moment. Tout d’abord un explorateur découvrit sur le sol un petit objet qui était contrairement au reste dans un état parfait : Assez petit pour se retrouver dans la paume d’une main et avec des inscriptions légèrement effacées, on pouvait lire quelques lettres et chiffres, O, I, A, 3 et 1 et était couvert de petites touches.
Une autre personne avait trouvé un objet encore plus petit, ovoïde avec comme une petite antenne et faisant du bruit de temps en temps, l’écran dessus laissant apparaître tout un mur de petits cacas sous formes de symboles.
Finalement, très étonnés de leur découverte, ils étaient tombés sur de la vie. Un certain nombre de chats vivaient dans cette décharge, trouvant probablement leur nourriture quelque part aux alentours, ils virent de nombreuses paires d’yeux se balader en reflétant la légère lumière qu’ils avaient amenés.

Un sursaut de peur parcourut le groupe, laissant quelques frissons traverser les échines pour certains lorsqu’un grand bruit retentit dans la caverne, brisant le silence. S’apparentant à un grand “tuuut” abîmé, presque grinçant et difficilement descriptible, il résonna pendant un temps contre les murs alentours avant de se perdre de nouveau dans le silence.
Morena, présente pour diriger en partie le groupe ici mais visiblement relativement peu sûre d’elle surtout depuis le bruit, semblait peser le pour et le contre, de ce qui était le pire pour eux entre rester ici avec ses bruits et des possibles dangers inconnus ou les lianes de l’extérieur, prêtes à les assommer et les blesser.
Soudain un des membres lança une interjection dans la caverne

- Hého ! Y’a quelqu’un ?

La vice-capitaine avait a peine eu le temps de venir l’enguirlander sur leur manque de connaissance de ce qui se trouvait ici qu’un bruit étouffé leur revint du fin fond de la caverne, une voix difficile à comprendre, grésillante, étouffée semblant interrompue par un léger bruit de fond.

- Que… -uis-je *grzzt* p-pour vous ?
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 27/11/2016

Votre personnage et ses relations
Âge: 33 ans
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L'Expédition

le Mar 16 Oct - 22:19
Le séjour parmi les Gwezenntud avait été plus qu'enrichissant pour la chamane, qui se sentait un peu comme un poisson dans l'eau au milieu de ce peuple reclus vivant de ce que la nature autour d'eux avait à offrir, si proche des moeurs de sa propre tribu, tout en étant très différents d'elle. Et assez secrets aussi...
Mais, par un savant jeu de diplomatie basé sur les échanges équivalents et la mutualité, elle avait su gagner la confiance de quelques Alfs et avait pu en apprendre plus sur ce peuple et leurs croyances.
La chamane savait toujours que son objectif final n'était pas à Crannsliabh, et elle rongeait son frein de devoir partir de l'Expédition en avance pour reprendre sa quête. Sa curiosité, son émerveillement et les réponses qu'elle obtenait concernant les Gwezenntud l'aidaient beaucoup à tenir aussi, tout autant que la crainte de devoir annoncer son départ au chef Volgrim, qui l'intimidait un brin.
Le départ vers la demeure des Êtres Dizanvezels l'emplit plus encore d'excitation, tout autant que de remords de retarder davantage son départ. Mais elle voulait vraiment rencontrer plus avant ces Êtres immatériels qui avaient besoin d'autres êtres-vivants pour s'incarner et survivre. Ils lui semblaient tellement ressembler aux Êtres du Voile qu'elle connaissait...

Lorsqu'elle dut courir, sauter et esquiver à grand peine les assauts de lianes qui bougeaient de façon fort peu naturelle, la chamane regretta légèrement son choix...
L'Expédition dans la jungle l'avait aidé à rester en bonne forme physique, et elle était naturellement plus athlétique que ses camarades des villes. Il y avait tout de même des limites et elle s'essoufflait, ayant déjà récolté deux-trois coups ici et là qui lui faisaient de belles ecchymoses. Tout en courant pour esquiver les lianes qui la "poursuivaient" Tapahari se demandait ce qui pouvait bien causer une telle animosité chez ces végétaux. Presque malgré elle, elle chercha dans les environs la présence de l'arbre fait homme, seul être à sa connaissance capable de ce genre d'éveil végétal...
Le cri d'un Alf de Criannsliabh la fit tourner la tête dans la direction qu'il indiquait et elle vit, avec horreur, le Dizanvezel tenter d'échapper sans succès à l'emprise de la liane, tel un naufragé luttant pour rester à la surface de l'eau.

Tapahari ne prit pas le temps de réfléchir, surtout lorsque des lianes profitèrent du ralentissement de ses gestes pour l'attaquer sur plusieurs fronts à la fois ; elle appela à elle l'un de ses esprits-animaux, souhaitant être plus petite et pouvoir voler au secours du Dizanvezel !
Le monde tourna sur lui-même, et elle fut aveugle et sourde pendant un court instant...
Lorsque ses sens lui revinrent, elle ouvrit ses ailes couleur de jais et décolla aussitôt, échappant aux lianes pour plonger vers l'endroit où l'Être immatériel était apparu.
En touchant le sol, elle redevint humaine, secoua la tête pour dissiper le vertige et la fatigue qui allaient de pairs avec une utilisation trop rapprochée de son don de change-peau, plaqua ses deux mains sur la liane, et se mit à chanter.
Sa voix était gutturale, le chant lancinant. Bien qu'un brin improvisé, elle y mit toute sa volonté pour tenter de donner de la force au Dizanvezel prisonnier, pour l'aider à s'échapper.

[Ajout d'un lancer de Dé à la fin, en D100, parce que c'est marrant ^^]


Dernière édition par Tapahari le Mer 17 Oct - 5:56, édité 1 fois
avatar
Messages : 310
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.elysionearth.net

Re: L'Expédition

le Mar 16 Oct - 22:19
Le membre 'Tapahari' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'25 Faces' : 8, 13, 16, 23
avatar
Messages : 310
Date d'inscription : 07/11/2010

Votre personnage et ses relations
Âge:
Infos:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.elysionearth.net

Re: L'Expédition

le Dim 21 Oct - 21:37
Soudain, il y eut comme un chant. Un chant sourd, lancinant, guttural. Plusieurs d’entre eux eurent un instant de surprise, et se tournèrent vers la source du bruit. Une jeune femme, qui s’était déplacée manifestement très rapidement puisqu'elle n’était pas là l'instant auparavant. Elle semblait presque ne transe,e t la surprise qui s’était emparée du groupe leur valu quelques coups de lianes à l’arrière du crâne fort peu agréable. Pourtant, cette intervention leur permit d’avoir un instant de répit: les laines semblaient fatiguées par ce chant, ou bien, le chant renforçait les Dizanvezel à l’intérieur. En tous cas, la lutte semblait moins dure. Et cela leur permit d'échafauder un plan: les Enfants de l’Eau, inspirés par leur environnement proche, firent en sorte de dessécher les plantes agressives, qui furent finalement assez rapidement réduites à l’équivalent d’une longue peau de banane noircie, ce qui était fort peu appétissant, mais permit aux esprits enfermés de se libérer. Et c’est ainsi que ceux qui n'étaient pas assommés virent apparaitre devant eux des sortes de volumes de brume en nuances de verts, qui flottaient environ à leur hauteur. Rapidement ceux-ci prirent des formes qui leur ressemblaient. Les aventuriers étaient médusés pour la plupart, mais les Gwezenntud semblaient eux parfaitement habitués, et fouillaient déjà dans les bourses à leur tailles, dont ils sortirent des sortes de graines, qu’ils purent donner aux Dizanvezel. Ceux-ci semblèrent les aspirer, et soudain, ils ne furent plus éthérés, mais semblaient presque humains, quoique flous à leurs contours, comme un hologramme qui fonctionnerait mal.
Volgrim n'avait pas de mots, et il écouta simplement la discussion qui se déroulait devant lui.
Ainsi, il comprit qu’il y avait parmi les Dizanvezel 3 races différentes: les Rouges qui les avaient attaqués, les Verts, qu’ils avaient sous les yeux et qui se nourrissaient de l’énergie des végétaux. Ils vivaient dans un Arbre maison et s'excusaient du comportement des Ehtérés Rouges. Aujourd’hui, ils avaient été attaqués par les lianes, et expliquaient que la forêt leur semblait de plus en plus agitée depuis quelques temps, comme perturbée, comme se défendant de quelque chose, et de plus en plus agressive. Ils les remerciaient donc de les avoir aidés, car ils auraient manifestement pu mourir dans ces lianes.
Puis, enfin, le chef de l’Expédition retrouva les mots. Il leur expliqua ce qu’ils faisaient là, et leur besoin d’informations sur cette forêt. Les Gwezenntud, manifestement inquiets de cette histoire de forêt agitée, renchérirent. Pourtant, les Dizanvezel face à eux secouèrent la tête.

- Nous ne savons presque rien. Nous nous contentons de vivre aujourd’hui. Ce sont les Gris qui connaissent tout. Ils savent tout de cette forêt, de notre maison à tous.

Ainsi, Volgrim apprit l’existence des Dizanvezel Gris, la troisième race,
Qui s’étaient séparés des autres des siècles auparavant, et se nourrissaient de l’énergie minérale. Peuple discret et peu nombreux, ils étaient apparemment parmi les êtres les plus sages qu’il était possible de rencontrer.

*C’est d’eux dont nous avons besoin !!*

Arrivé à cette conclusion, Volgrim ordonna que le groupe reste là, le temps que remontent les explorateurs de la caverne. Ainsi, ils partiraient ensemble.

Dans la grotte par contre, les explorateurs eurent beau chercher, cloitrés comme ils étaient avec l’attaque dehors, ils ne trouvèrent rien de réellement intéressé. Tout était brisé, hors d’état et le bruit qu’ils avaient entendus ne semblait alors être que les grésillements d’un appareil peut-être encore en fonctionnement …
Une fois le message transmis qu’à l’extérieur les choses s’étaient calmés, ils durent laisser ce trésor caché, emportant ce qui restait et semblait encore en état mais tout de même avec un sentiment d’inachevé.

Suite à cela le groupe d’explorateurs, appelés par ceux restés au sommet, fut remonté à l’aide de cordages, et ils purent repartir.
Les Dizanvezels verts avaient indiqué un endroit proche où les explorateurs s’étaient empressés de se diriger. On leur avait dit que les Gris étaient pacifiques et ne s'attaqueraient pas à eux mais la plupart des membres étaient sur leur garde, prêt à affronter des colonnes de pierres les attaquant ou d’autres fantaisies de ce genre. Ils arrivèrent face à un grand dénivelé sur le sol de la Forêt, de plusieurs mètres avant de s’aplanir bien plus bas. Les affaire commencèrent doucement à s’installer ici, la nuit tombait, il fallait s’arrêter et ils ne pourraient explorer les alentours que le lendemain annonça Volgrim.
Une annonce qui ne fut pas suivie par les Gwezenntud visiblement pas prêt à écouter pour deux sous les “Civilisés” comme ils disaient en faisant des pointillés avec leur doigts et en étouffant des rires. Ainsi ils commencèrent à sonder le sol alentour et à vérifier eux-mêmes ce qu’ils voulaient voir dans les alentours alors que le reste de l’équipe préparait le terrain pour la nuit.

Un appel d’une Gwezenntud retentit, et comme ils n’haussaient que très peu le ton, plusieurs personnes vinrent voir la trouvaille de l’Alf, dont Morena et Volgrim qui savaient bien que cela augurait de l’avancement.
Un trou dans le sol semblait s’enfoncer ici, comme si encore une de ces cavernes souterraines étaient présentes. C’était monnaie courante par ici apparemment. En effet une sorte de cheminée descendait, un boyau qui aurait pu descendre jusqu’au centre de la Terre tant on n’en voyait pas le fond. Evidemment les Gwezenntud insistèrent pour descendre de suite, n’écoutant que les leurs et faisant la sourde oreille aux injonctions des autres Races. Finalement une partie de l’Expédition de nouveau gérée par Morena qui avait exploré le caveau précédent commença à installer des cordes afin de descendre dans cette caverne, s’équipant de lumières magiques pour pouvoir y voir comme en plein jour … Ou presque.

Une fois le pied posé dans le sous-sol, plusieurs dizaines de mètres plu bas, un grand réseau de grottes qu’ils n’auraient pas le temps d’explorer se révéla devant eux. Aveuglés par les cristaux qui tapissaient les murs, reflétant les lumières qu’ils avaient amenés, tout le monde dut abaisser la lumière qu’il produisait afin de pouvoir de nouveau observer l’environnement.
En effet, des minéraux de couleurs différentes se trouvaient partout autour d’eux, veinant les murs de diverses couleurs, vives, sombres, impressionnantes voir magnifique. Une vraie mine d’or au figuré ! Et au travers de ces veines quelque chose semblait bouger. Morena préférant prévenir que guérir annonça :

- Ne bougez pas ! On ne sait pas si quoique ce soit d’hostile traîne dans les parages

Un Gwezenntud bougea tout de même, et s’approcha des murs, regardant de plus près ces minéraux mouvants. Il revint, chuchota quelque chose à l’oreille des autres Alfs de Crannsliabh, puis …

- Ce sont des Gris qui peuplent cette caverne, pas de souci, nous n’avons jamais eu de soucis avec eux… Par contre ils ne possèderont pas les graines, c’est contre leur éthique.

Et après un léger silence gêné:

- Nous ne pouvons pas communiquer sans les graines …

- Nul besoin.

Une voix caverneuse venait de résonner partout autour d’eux, comme un souffle rauque mais compréhensible.

- Ces réseaux sont nos gorges, nous n’avons pas besoin de vos graines, laissez ces petites en paix. Que venez-vous chercher ?

Morena, plus prompte cette fois à répondre et n’ayant pas perdu ses mots leur expliqua de nouveau leur besoin d’information sur la forêt de Crannsliabh. Une demande qui sembla ravir la première voix, rejoint par une seconde puis encore une autre qui se couvraient les unes les autres et commençaient à diverger sur anecdotes et à accabler les explorateurs des secrets de la forêt. Alors que les explorateurs comme d’un seul coup en classe se mettaient à prendre des notes, les cours s’éternisa.
D’autres participants descendirent afin de relayer les premiers, les Dizanvezels Gris semblant intarissables, le flot de découvertes continuant à couler. Une heure, deux heures, trois heures, répondant à toutes les questions, quatre heures. A ce rythme là ils allaient y passer la nuit ! La vice-chef de l’Expédition coupa la parole nette aux sages pour leur demander :

- Excusez-moi, vos connaissances nous sont d’un grand secours mais est-il possible d’aller à l’essentiel sur les points ? Notre groupe est épuisé du voyage !

- Oh mais nous allons déjà à l’essentiel, et nous n’en sommes qu’au début !

Dépités, les explorateurs commencèrent à tourner, de nouveau continuant à prendre le relais. A l’aube, il fut décidé que les plus férus de cours de ce genre, resteraient pour mettre par écrit tout ce qui venait des Dizanvezels qui ne se montraient toujours que par les veines rocheuses au coeur des murs. Cela promettait d’être très long.
Une information essentielle était ressortie de la conversation avec les Gris : Un dernier peuple organisé en communauté et intelligent réclamait aussi une partie de Crannsliabh, en lien avec l’attaque de la liane. Pour rencontrer les Kabellstank, il leur faudrait se rendre au lac au centre de la forêt, les sages avaient laissé planer le suspens, préférant taire la nature de ce nouveau peuple apparemment par pur esprit de jeu, ils l’avouèrent eux-mêmes plus tard.
Après un peu de repos bien mérité, le trajet fut de nouveau lancé.
Contenu sponsorisé

Re: L'Expédition

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit